Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 588 fois

Nation arabe -

Un sondage révèle que l’opinion publique arabe s'oppose massivement à la normalisation

Par

07.10.2020 - Un sondage mené dans la région arabe a révélé que les citoyens de 13 États sont massivement opposés à la normalisation, bien que certains de leurs gouvernements envisagent d'établir des liens avec Israël.

Un sondage révèle que l’opinion publique arabe s'oppose massivement à la normalisation

Manifestation contre l'accord de normalisation avec Israël à Khartoum, au Soudan, le 25 septembre 2020 [Abbas M. Idris/Anadolu Agency]
L'indice annuel de l'opinion arabe (AOI) publié hier par le Centre arabe pour la recherche et les études politiques a révélé que plus de 85 % des 28.000 personnes interrogées étaient opposées à la reconnaissance diplomatique d'Israël. Seulement 6 % des personnes interrogées ont déclaré qu'elles soutiendraient une telle démarche.

Notamment, le Soudan, qui a été largement présenté comme le prochain État à établir des liens avec Israël, a vu 79 % de ses citoyens répondre qu'ils s'opposeraient à la normalisation ; seuls 13 % soutiennent cette démarche.

Néanmoins, à la fin de la semaine dernière, le chef d'Etat adjoint soudanais, le général Mohammad Hamdam Dagalo, a déclaré qu'il faisait pression pour établir des liens diplomatiques avec l'Etat d'occupation parce que le Soudan "a besoin d'Israël". Cependant, Dagalo a souligné dans une interview télévisée qu'il fait pression pour "des relations, pas une normalisation", mais il n'a pas expliqué quelle est la différence.

Pendant ce temps, 65 % des personnes interrogées en Arabie Saoudite, un autre pays qui pensait envisager une normalisation, ont déclaré à l'AOI qu'elles s'opposeraient à cette initiative, alors que seulement 6 % la soutiendraient.

Près d'un tiers des Saoudiens qui ont répondu à l'enquête se sont cependant abstenus de répondre aux questions sur une éventuelle normalisation, ce qui suggère qu'ils ont pu se sentir contraints de ne pas s'exprimer contre leur gouvernement.

Néanmoins, bien que les responsables américains et israéliens aient déclaré qu'ils ne s'attendaient pas à ce que l'Arabie saoudite normalise ses relations prochainement, le Royaume a modifié son discours sur le conflit israélo-palestinien au cours des derniers mois. En août, les médias contrôlés par l'Etat ont loué les Emirats arabes unis et le Bahreïn pour avoir établi des liens avec Israël.

Lundi, l'ancien chef de l'agence de renseignement saoudienne, le prince Bandar Bin Sultan Bin Abdulaziz, a ouvertement critiquéles dirigeants palestiniens, qualifiant de "râtés" ceux qui défendent la cause palestinienne. "Il y a quelque chose que les dirigeants palestiniens successifs ont historiquement en commun : ils parient toujours du côté des perdants, et cela a un prix", a-t-il ajouté.

L'enquête AOI a été réalisée en Mauritanie, au Maroc, en Tunisie, en Égypte, au Soudan, en Algérie, en Palestine, au Liban, en Jordanie, en Irak, en Arabie Saoudite, au Koweït et au Qatar entre novembre 2019 et septembre 2020. Le sondage a également interrogé le public sur diverses questions, y compris leurs opinions envers les groupes extrémistes tels que Daesh, la religion, la démocratie et le Printemps arabe.


Source : VPalestine

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Nation arabe

Même sujet

Normalisation

Même date

9 octobre 2020