Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 10993 fois

Iran -

Uranium iranien enrichi : l'AIEA soumet un projet d'accord à Vienne

Par

Le directeur de l'AIEA, Mohamed ElBaradei, a présenté mercredi un projet d'accord aux négociateurs iraniens, américains, russes et français sur l'enrichissement à l'étranger d'une partie de l'uranium iranien à usage civil, laissant ainsi la balle dans le camp des capitales.

Uranium iranien enrichi : l'AIEA soumet un projet d'accord à Vienne


"Arrête, Vanunu ! Tu vois pas qu'on est occupés ?" - Caricature Bendib

Un accord entre l'Iran et les puissances nucléaires est considéré comme crucial pour tenter d'apaiser les tensions sur le programme nucléaire controversé dont Téhéran affirme qu'il est purement civil alors que les pays occidentaux suspectent l'Iran de viser la fabrication d'une bombe atomique.

Le Directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a souligné que le texte avait été envoyé aux capitales des pays discutant depuis lundi à Vienne : "Le délai pour que les parties se prononcent et donnent, j'espère, leur approbation, expire vendredi", a-t-il précisé.

Ce "projet d'accord reflète, à mon avis, une approche équilibrée", a annoncé Mohamed ElBaradei à des journalistes, sans en révéler les détails.

Selon des diplomates, interrogés sur place, l'accord demande à l'Iran, comme prévu, d'exporter la plus grande partie de l'uranium faiblement enrichi dans ses usines.

Il s'agissait de déterminer "les modalités et le moyen d'assurer que l'Iran aura le combustible requis pour son réacteur de recherche", a souligné le responsable de l'AIEA qui n'a pas indiqué si l'Iran approuvait son projet d'accord.

L'ambassadeur iranien, Ali Ashgar Soltanieh, s'est contenté de son côté de lancer aux journalistes que "tous les détails seront révélés vendredi". Il a tout au plus indiqué que l'Iran serait en position "d'obtenir le combustible" pour son réacteur nucléaire de recherche.

Mohamed ElBaradei a d'ailleurs tenu à préciser qu'il s'agissait d'une "mission à objectif purement humanitaire" car le réacteur de recherche iranien, pour lequel des pays tiers vont enrichir l'uranium iranien, est "utilisé pour produire des isotopes médicaux" utilisés dans le traitement de certains cancers.

S'adressant à Téhéran, il a suggéré qu'une mesure-clé pour rétablir la confiance avec les Occidentaux serait de ne pas "transformer d'uranium enrichi" en combustible en Iran même, ce que Téhéran a jusqu'à présent toujours refusé.

L'Egyptien Mohamed ElBaradei, Prix Nobel de la Paix en 2005, qui quittera ses fonctions à l'AIEA fin novembre, a également demandé à toutes les parties de prendre conscience que "cet accord pourrait préparer la voie à une normalisation totale des relations entre l'Iran et la communauté internationale".

La réunion de Vienne, qui se tenait depuis lundi à huis-clos au siège de l'AIEA, avait été décidée à l'issue de la première reprise de contact après 15 mois, le 1er octobre à Genève, entre l'Iran et les pays du groupe des Six (Etats-Unis, Russie, Chine, Grande-Bretagne, France et Allemagne).

A Genève, les experts avaient envisagé que l'Iran reçoive de pays tiers de l'uranium enrichi à 19,75%, spécifiquement comme combustible dans son réacteur de recherche, sous contrôle de l'AIEA et à des fins médicales. En échange, Téhéran devrait remettre, en principe à la Russie pour l'enrichissement, une partie des 1.500 kg d'uranium, jusqu'à éventuellement 1.200 kg, qu'il a faiblement enrichis malgré les sanctions du Conseil de sécurité de l'ONU. La France devrait ensuite transformer l'uranium enrichi en cœurs nucléaires pour servir de combustible dans le réacteur de recherche de Téhéran.

Les Iraniens avaient affirmé qu'ils seraient l'année prochaine à court de ce type de combustible, qui leur avait été fourni précédemment par l'Argentine.

Malgré le refus annoncé mardi par le chef de la diplomatie iranienne, Manouchehr Mottaki, de voir la France participer au processus en raison d'un litige nucléaire remontant au passé, Paris a été partie prenante des négociations.


L'Iran dément toute discussion avec l'entité sioniste
Al Manar, 22.10.2009

Le porte-parole de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA), Ali Shirzadian, a démenti jeudi toute discussion entre l'Iran et Israël, selon le site internet de la télévision d'Etat.

"Ce mensonge est un acte de propagande qui vise à affecter le succès de la diplomatie iranienne lors des réunions de Genève et Vienne" avec les puissances du groupe des Six , a déclaré M. Shirzadian

Auparavant, une porte-parole de la Commission pour l'énergie atomique d'Israël avait indiqué à l'AFP qu'une représentante de cette commission avait rencontré à plusieurs reprises en septembre un important responsable iranien.

Source : Al Manar

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Iran

Même sujet

Même auteur

AFP

Même date

22 octobre 2009