Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 3489 fois

Jordanie -

Vive polémique en Jordanie sur un accord gazier avec "Israël"

Par

Une polémique enfle en Jordanie au sujet d'un important accord gazier prévu avec "Israël", ses détracteurs rejetant toute coopération avec un pays considéré encore comme un "ennemi" 20 ans après le "traité de paix".

Cet accord de 15 milliards de dollars ferait d'"Israël" le principal fournisseur en gaz du royaume, extrêmement dépendant sur le plan énergétique, pour les quinze prochaines années. Il mettra aussi fin à la dépendance jordanienne du gaz égyptien.

Aucune date n'a été fixée pour la signature de l'accord qui doit encore soumis à l'approbation du gouvernement jordanien.

C'est en septembre que les exploitants du champ de gaz Leviatan ont signé le protocole d'accord avec Amman qui prévoit la vente de 45 milliards de m3 -au total sur toute la période- de gaz à la Compagnie électrique nationale jordanienne.

Mardi, le Parlement a tenu une session consacrée à cet accord controversé après la signature par 79 députés sur 150 d'une pétition réclamant son annulation, alors que les Jordaniens, dont environ la moitié sont d'origine palestinienne, continuent de rejeter toute normalisation avec "Israël".

"La fourniture de l'énergie fait partie de notre sécurité nationale, alors comment peut-on la lier directement à un ennemi qui ne respecte ni les traités ni les engagements ?", a demandé le président de la commission parlementaire de l'énergie, Jamal Qamwa, interrogé par l'AFP.

'Otage' d'Israël ?  
  
Il a appelé le gouvernement à trouver "une solution de rechange", soit en ayant recours aux énergies renouvelables soit en important le gaz d'un pays autre que "l'ennemi sioniste". "Acheter du gaz à Israël fera de nous un otage du régime sioniste", affirme-t-il.

Cet accord constituerait la plus importante collaboration entre "Israël" et la Jordanie depuis leur accord de paix en 1994.

Pour sa part, Youssef Mansour, qui préside l'Agence jordanienne pour le développement économique, dénonce le projet comme une initiative "très stupide". "Nous ne pouvons pas compter sur Israël. Si ce pays décide de cesser la fourniture de gaz ou d'augmenter les prix, nous nous retrouverons à la merci d'un Etat qui, jusqu'en 1994, était l'ennemi de la Jordanie".

M. Mansour, qui dirige aussi Envision Consulting Group basé à Amman, met en outre en avant la nécessité de "respecter" les "sentiments d'environ 400.000 réfugiés palestiniens et ceux de la moitié de la population jordanienne qui ont des proches en Palestine".

Réfutant elle aussi toute collaboration avec Israël, la confrérie des Frères musulmans, principale force d'opposition, a "condamné et rejeté un accord susceptible de soutenir l'économie de l'ennemi sioniste, de contribuer à sa politique de meurtre de nos proches en Palestine et de prolonger son occupation détestable".

Source : Al Manar

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Jordanie

Même sujet

Collabos

Même auteur

Al Manar

Même date

13 décembre 2014