Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 876 fois

Jénine -

"A Jénine, le Hamas est sous contrôle".

Par

Entretien avec Hisham Rohr, responsable de la Sécurité Préventive à Jénine, en charge de la «surveillance du Hamas».

Le texte qui suit est extrait d’un entretien que j’ai réalisé dans le cadre de mes travaux de recherche. J’estime néanmoins qu’il présente un intérêt pour tous ceux et toutes celles qui veulent mieux comprendre la complexité de la situation dans les territoires palestiniens.
On pourra partiellement mesurer, à la lecture de cette interview, à quel point la société et le champ politique palestiniens sont traversés de contradictions.

'A Jénine, le Hamas est sous contrôle'.

Hisham Rohr, 37 ans, est l’un des responsables de la Sécurité Préventive (SP) à Jénine. La SP est l’un des multiples services de sécurité palestiniens mis en place après les Accords d’Oslo. Hisham Rohr est en charge de la «surveillance du Hamas» dans l’ensemble de la Zone autonome de Jénine (ville, camp de réfugiés, villages).

Comme la plupart des hommes du camp de réfugiés de Jénine, dans lequel il réside, il a été arrêté à de multiples reprises par les autorités israéliennes.
Au total, il a passé près de 9 ans en prison et n’était âgé que de 16 ans lors de sa première arrestation en 1987. Sa maison fait partie des centaines d’habitations qui ont été détruites par l’armée israélienne en avril 20021.

Notre discussion a eu lieu dans un restaurant, situé à l’extérieur de Jénine, lieu de rendez-vous favori des responsables du Fatah et des services. Physique imposant, habillé en civil, lunettes de soleil, pistolet à la ceinture… Mon interlocuteur a le look typique des jeunes cadres des services de sécurité palestiniens. Il a répondu spontanément à l’ensemble de mes questions.

J’ai choisi, pour l'instant, de ne pas ajouter de commentaires à l’interview. Chacun appréciera donc, au sens strict du terme, la portée des propos de mon interlocuteur.


Quand, comment et pourquoi avez-vous rejoint la Sécurité Préventive ?

Après avoir signé les Accords d’Oslo, Abu Ammar [Yasser Arafat] a bâti plusieurs services de sécurité pour assurer la bonne marche de la construction de l’Autorité Palestinienne. La Sécurité Préventive était l’un de ces services, sûrement le plus essentiel d’entre eux.
Comme c’était le service le plus important, Abu Ammar a choisi de mettre à sa tête des hommes forts et reconnus : [Mohammad] Dahlan(2) pour Gaza et Jibril [Rajoub](3) pour la Cisjordanie .

C’est principalement parce que les responsables locaux de la Sécurité Préventive étaient des gens avec qui j’avais fait de la prison que j’ai décidé de rejoindre ce service. Ceux qui ont été choisis pour être les responsables locaux étaient en effet, dans chaque ville, des gens qui avaient été des combattants pendant la première Intifada, des gens honnêtes, des gens reconnus, avec du pouvoir et du prestige. Donc je leur ai fait confiance et j’ai rejoint la Sécurité Préventive dès le début.

Ce service a commencé à être construit avant même que les Accords d’Oslo ne soient signés : j’ai moi-même participé à un camp d’entraînement de 3 mois en Jordanie au milieu de l’année 1993.

Au début j’étais l’un des gardes du corps de Fayçal [al-Husseini]4 à Jérusalem, à la Maison de l’Orient. Et plus tard je suis revenu travailler à Jénine. Pour moi il s’agissait de participer à la construction de l’Autorité Palestinienne et de l’Etat palestinien.


Quel est le rôle de la Sécurité Préventive ?

Elle a été créée pour surveiller tous ceux qui s’opposent à la construction de l’Autorité Palestinienne et de l’Etat palestinien, tous ceux qui font obstacle au processus de paix. Pour les surveiller et aussi pour les combattre si nécessaire.

C’est pour cela que lorsque la Sécurité Préventive a été établie les seuls qui pouvaient être recrutés étaient des gens du Fatah. Personne du Hamas, du Jihad Islamique ou des autres partis ne pouvait être recruté.

On ne voulait que des gens du Fatah, que des gens biens. Et cela ne suffisait pas d’être au Fatah : on organisait des enquêtes approfondies sur la famille, les amis, les activités de tous ceux qui voulaient intégrer la Sécurité Préventive avant qu’ils ne soient recrutés.


Vous êtes « responsable de la surveillance du Hamas ». Ce qui veut dire ?

Mon travail est de réunir le maximum d’informations sur le Hamas, sur ses membres, sur les associations qui lui sont liées… Nous avons au cours des années mené des enquêtes et constitué des dossiers sur chaque membre et chaque association du Hamas. Que font-ils ? Ont-ils des armes ? D’où vient leur argent ? Que font-ils avec ?

Je peux vous le dire : à Jénine, le Hamas est sous contrôle. Après ce qui s’est passé à Gaza nous avons lancé une grande opération contre eux en exigeant qu’ils viennent nous déposer leurs armes.

En un an nous avons arrêté plusieurs centaines de membres du Hamas, ici à Jénine, mais nous les avons relâchés rapidement lorsqu’ils acceptaient de nous remettre leurs armes et de s’engager à ne pas en acheter de nouvelles.
Donc je vous le dis : ils sont sous contrôle.


L’ancien responsable de la Sécurité Préventive à Hébron m’a confié qu’ils devaient faire face à plusieurs problèmes pour imposer leur autorité, notamment le poids des grandes familles, les conflits avec le Hamas et le travail de sape de l’armée israélienne. Jénine est une ville très différente d’Hébron… Quels problèmes avez-vous rencontré ici ?

Le seul problème que nous avons eu ici, c’est l’armée israélienne. Car ici le Fatah était tellement fort que personne ne pouvait, côté palestinien, s’opposer à notre autorité.
Par contre les incursions israéliennes, les arrestations, et à partir du début de la deuxième Intifada les attaques contre la Sécurité Préventive elle-même nous ont fait beaucoup de tort. Ils m’ont arrêté plusieurs fois, alors que j’étais membre de la Sécurité Préventive…

Et aujourd’hui nous avons le même problème : comment faire notre travail si les Israéliens entrent dans le camp et tuent des habitants ?
Comment expliquer aux gens que nous faisons notre travail pour que la paix avance si Israël ne fait rien pour faciliter la paix ?


Mais vous travaillez tout de même en coordination avec les services israéliens… Même au plus haut niveau.
Dès janvier 1994 il y a eu à Rome une rencontre entre Dahlan, Rajoub et des responsables de l’armée israélienne et du Shin Beith afin de coordonner les activités de la Sécurité Préventive et celles des services israéliens…


Oui, bien sûr… Nous avons des connexions avec eux, nous essayons de nous coordonner. C’est d’ailleurs dans leur intérêt que nous puissions faire notre travail. Souvenez-vous : il y a un peu moins d’un an, un officier israélien s’est retrouvé par erreur au beau milieu de Jénine.
Des membres du Jihad islamique ont voulu le kidnapper.
Je fais partie de ceux qui se sont interposés et qui ont protégé l’officier israélien.
Nous l’avons récupéré, mis dans ma voiture et nous l’avons ramené à la frontière…

Certains membres du Hamas ont dit qu’il fallait m’assassiner parce que j’étais un traître… Mais les autorités israéliennes m’ont remercié pour ce geste et se sont engagées à ne plus m’arrêter.


Il y a 20 ans vous lanciez des pierres sur les soldats, aujourd’hui vous protégez un officier israélien… Comment expliquez-vous cette évolution ?

Je veux la paix pour mon peuple. Je veux faire la paix avec Israël. J’ai lancé des pierres, comme tous les jeunes de mon âge, pour que les troupes d’occupation s’en aillent et nous laissent tranquilles.

Aujourd’hui quand des Palestiniens vont tirer sur des Israéliens, leur réponse est terrible. Ils sont beaucoup trop forts, en face, avec leurs avions et leurs tanks. Les attaquer, cela ne peut que nous causer encore plus d’ennuis. Ici ils ont détruit le camp en avril 2002. Ils ont tué des dizaines de gens. Il faut que cela cesse. Donc il faut empêcher ceux qui veulent leur tirer dessus de le faire.

Pour parvenir à la paix il faut que règnent la loi et l’ordre. Faire respecter les lois, tel est mon travail. Et je continuerai de le faire même si cela ne plaît pas à certains. C’est de cette façon que je contribue à la construction de l’Autorité Palestinienne et de l’Etat palestinien.


Que répondez-vous à ceux qui affirment que Dahlan et Rajoub ont plus travaillé pour protéger Israël que pour défendre les Palestiniens ?

S’ils ont été critiqués de la sorte, c’est à cause de gens du Fatah qui ont répandu des rumeurs sur eux… Des gens qui n’appréciaient pas l’importance qu’ils avaient dans l’Autorité Palestinienne et qui ont voulu leur nuire. Croyez-moi Mohammad Dahlan est un homme fort et bon. S’il avait été soutenu il aurait pu empêcher le Hamas de s’emparer de Gaza.

Je fais appliquer la loi, je respecte la loi et j’obéis aux ordres de mes supérieurs de la Sécurité Préventive. Dahlan n’est plus à la tête de la Sécurité Préventive. Mais si jamais demain il me demande de faire quelque chose, je le ferai.


Notes

1. Du 3 au 11 avril 2002, dans le cadre de l’opération « Rempart », plusieurs dizaines de véhicules blindés israéliens, appuyés par des hélicoptères de combat et des bulldozers, envahissent le camp de Jénine.
Dans ce que les Israéliens appellent la «bataille de Jénine» et les Palestiniens le «massacre de Jénine», 23 soldats israéliens seront tués. Côté palestinien les rapports parlent d’au moins 52 morts, dont une majorité de civils.
De multiples enquêtes ont établi que l’armée israélienne s’était rendue coupable de nombreux actes de crimes de guerre. Environ 200 habitations ont été totalement détruites au bulldozer et plusieurs centaines d’autres endommagées.
On pourra lire, entre autres :
Daniel Bensaïd, Jénine : chroniques d’un crime d’Etat,
Amnon Kapellouk, "Jénine, enquête sur un crime de guerre", Le Monde Diplomatique, mai 2002,

2. Mohammad Dahlan, né en 1961 à Khan Younes (dans le Sud de la Bande de Gaza), dirigeant de la Shabiba, mouvement de jeunesse du Fatah, emprisonné en Israël pendant les années 80 puis, peu après le début de la première Intifada (1987) banni des territoires palestiniens. Il rejoint alors la direction de l’OLP à Tunis et occupe rapidement des responsabilités dans le secteur des forces de sécurité.
Associé aux négociations dans le cadre du processus d’Oslo, il revient en 1994 dans les territoires palestiniens avec Yasser Arafat qui le nomme responsable de la Sécurité Préventive à Gaza (il démissionnera du poste en 2002).
En contact régulier avec la CIA et Israël, il est aujourd’hui établi qu’il a été un des éléments-clés de la tentative états-unienne de renversement du gouvernement Hamas en juin 2007.
Plus de détails et de commentaires sur Mohammad Dahlan dans mon article «Comment les Etats-Unis ont organisé une tentative de putsch contre le Hamas».


3. Jibril Rajoub, né en 1953 à Dura (près d’Hébron), rejoint très tôt les rangs du Fatah. En 1968, il est condamné à une peine de prison à vie pour avoir lancé une grenade sur un bus israélien. Il sera libéré en 1985 dans le cadre d’un échange de prisonniers.
Banni des territoires palestiniens en 1988, il rejoint la direction de l’OLP à Tunis et est rapidement associé au commandement des forces de sécurité.
Il revient en 1994 et est nommé responsable de la Sécurité Préventive en Cisjordanie . Il entretient une rivalité avec son homologue de Gaza Mohammad Dahlan.
En 2003 il est nommé Conseiller National à la Sécurité par Yasser Arafat pour contrer l’influence de Mohammad Dahlan, nommé Ministre de la Sécurité intérieure par Mahmoud Abbas.
Il quitte son poste au début de l’année 2006.


4. Fayçal al-Husseini, né en 1940 à Bagdad où son père avait émigré dans les année 30, rejoint la Cisjordanie en 1964. Membre de l’OLP, arrêté à de multiples reprises par les autorités israéliennes, il est un important acteur de la Première Intifada, membre du Commandement National Unifié du soulèvement. Israël refuse qu’il participe aux négociations de Madrid (ouvertes en 1991) avant d’accepter qu’il rejoigne l’équipe des négociateurs en 1993. Nommé au Haut Commandement du Fatah en 1994, représentant de l’OLP à Jérusalem (à la Maison de l’Orient) à partir de 1996, il décède en mai 2001.

Source : http://juliensalingue.over-blog.com/

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.

Faire un don

Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Jénine

Même sujet

Interviews

Même auteur

Julien Salingue

Même date

16 mai 2008