Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 3294 fois

Jérusalem -

"Al-Mostaariboun", un piège contre les manifestants palestiniens de la ville d'Al-Quds (vidéo)

Par

Les occupants israéliens ne reculent devant rien pour tenir les Palestiniens sous leur joug, pour faire main basse sur leurs territoires et leurs biens, sur leur ville sainte d'Al-Quds. Et parmi les méthodes utilisées pour mater les habitants de la ville occupée d'Al-Quds (Jérusalem) et leurs manifestants, il y a "Al-Mostaariboun", des forces spéciales déguisées en Palestiniens. Ces forces ne sont pas nouvelles ; par contre, elles n’arrêtent pas d’utiliser leurs anciennes méthodes et y ajoutent des nouvelles.

'Al-Mostaariboun', un piège contre les manifestants palestiniens de la ville d'Al-Quds (vidéo)

Arrestation par un mostaariboun en habit palestinien lors de la 63ème commémoration de la Nakba, mai 2011 (photo New York Times)

Un esprit criminel

En effet, les forces d’"Al-Mostaariboun" changent leurs manières d’agir, en profitant de leurs erreurs.

Mohammed Abdul Rahman, expert juridique, habitant de la ville d'Al-Quds, croit que les agissements de ces forces expriment bien l’esprit criminel de l’Etat d’occupation. Cette entité ne respecte aucune loi, aucun accord, aucune convention, ni juridique, ni humanitaire. Ces forces d’"Al-Mostaariboun" tuaient les Palestiniens durant l’Intifada d’Al-Aqsa, et maintenant, elles se donnent pour mission d’arrêter les manifestants pacifiques, surtout dans la sainte ville d’Al-Quds.

Le journal hébreu Maariv avait une fois écrit que ces unités de forces spéciales sont composées de forces d’élite qui mènent beaucoup d’opérations contre les Palestiniens ; certaines réussissent et d’autres moins.

Déguisés en Palestiniens

Pour atteindre leur but, ces forces spéciales israéliennes usent de toutes les ruses, toutes les astuces, tous les déguisements pour arriver à leur fin. Elles portent des vêtements palestiniens, parlent couramment l’arabe, utilisent des véhicules palestiniens.

Durant cette année 2011, ces forces ont mené plusieurs opérations dans la ville d'Al-Quds et en Cisjordanie .

Dans la ville occupée d'Al-Quds, Madji Abou Nasser a été témoin d’une de leurs opérations : « Je regardais des manifestations du balcon de ma maison, dans le quartier As-Salwan, lorsque j’ai vu de ma place des gens masqués qui réagissaient du centre des manifestants pour frapper les jeunes Palestiniens qui jetaient des pierres sur l’armée israélienne. Ils les frappaient puis les arrêtaient. Il s’est avéré plus tard qu’ils faisaient partie de ces "Al-Mostaariboun" ».

Notons que ces forces sionistes spéciales ont pratiqué plusieurs opérations durant l’Intifada d’Al-Aqsa. Beaucoup ont réussi, beaucoup ont vu l’échec. Mahmoud Abou Hinoud, membre des brigades d’Al-Qassam, a même pu tué trois d’entre eux.

"Al-Mostaariboun"

"Mistaravim", en arabe "Al-Mostaariboun", un mot hébreu donné à ces unités militaires secrètes sionistes. Ces forces travaillent en Palestine et dans certains pays arabes voisins, depuis 1942. Leur but est de ramasser des informations et d’assassiner des Arabes et des Palestiniens. Ils s’infiltrent dans des localités en se déguisant en Arabes.

A partir de 1988, l’Entité sioniste a fait usage de ces unités pour faire face à l’Intifada d’Al-Aqsa. Celles qui opéraient en Cisjordanie prenaient la nomination d’"Al-Karraz", des unités mises en places par Ehud Barak. Celles qui travaillaient dans la bande de Gaza avaient le nom secret de "Shamshoun".

Notons enfin que la dixième chaîne de télévision israélienne a montré un échantillon des crimes perpétrés par les membres de ces forces. Un des "Al-Mostaariboun" exposait son album de photos où il a rangé les photos de ses victimes. Sans aucune honte, il disait : « Celle-là, c’est la photo du jeune palestinien Sabih que j’ai tué. Celle-ci est la photo d’un autre jeune dont j’ai déchiqueté le corps, voilà ce qui reste de lui… »




Source : Palestine Info

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Jérusalem

Même sujet

Même auteur

Palestine Info

Même date

29 juin 2011