Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2190 fois

Ramallah -

« Ils m’ont mis un fusil dans le dos » - Muhammed, 10 ans, raconte son arrestation

Par

12.03.2019 – Après que de violents affrontements ont éclaté à al-Bireh, Ramallah, pendant l'enterrement de Samah Moubarak, des soldats israéliens ont pénétré par effraction dans la maison de la famille Abu Msallam et ont arrêté leur fils de 19 ans. Puis ils ont commencé le chantage : « Donnez votre enfant de 10 ans pour récupérer votre fils de 19 ans ! » Peu de temps après, ils ont trouvé Muhammad aux alentours et l'ont arrêté.

« Ils m’ont mis un fusil dans le dos » - Muhammed, 10 ans, raconte son arrestation

Muhammad a nié avoir eu peur, mais il se souvient encore que son corps tremblait. « Je n'avais pas peur du tout, mais j’avais terriblement froid », dit-il innocemment. « Ils m'ont frappé dans le dos avec les fusils et l'un d'entre eux a continué à me pousser en avant avec son fusil », a-t-il ajouté à QNN.

Muhammad a subi un interrogatoire poussé au cours de laquelle ils lui ont posé des questions sur le fait de faire partie des confrontations et de lancer des pierres, mais tout cela était inutile. Ils ont gardé l'enfant pendant quelques heures dans le centre militaire de Beit El. « Les soldats dansaient autour de moi et chantaient à tue-tête », a déclaré Muhammad.

Les soldats ont obligé Muhammad à regarder son cousin Mahmoud se faire battre dans une salle d’interrogatoire avant d'être relâché onze heures plus tard pour raconter ce qu'il avait vu.

La mère de Muhammad, Nazmiyyeh Abu Msallam, a déclaré à QNN qu'elle avait perdu un fils il y a 2 ans à cause d'un cancer. Quand les Israéliens ont demandé à elle et à son mari de remettre Muhammad, ils ont paniqué et ont refusé. « Ils ont battu mon mari et l'ont poussé à terre alors qu'il tentait de leur prendre Muhammad », a-t-elle déclaré. « Tous les membres de la famille ont essayé de libérer Muhammad mais nous n’avons pas pu y arriver », a-t-elle ajouté.

Ca a été difficile pour Nazmiyyah et sa famille d’attendre la libération de Muhammad, mais à son retour, il lui a tout raconté. « Il m'a dit qu'il avait supplié les soldats de lui permettre d’aller aux toilettes mais ils ont refusé pendant plusieurs heures », a-t-elle déclaré.

Nazmiyyeh confirme que Muhammad n'était pas pleinement conscient de ce qui lui arrivait. Il appelait le soldat 'Ammo (oncle) ! « Il m'a dit qu'il avait essayé de retirer le bandeau pour regarder le ciel lorsqu'il était dans la cour du centre », a-t-elle déclaré. « Mais chaque fois un soldat s'approchait et le resserrait, lui ordonnant de baisser la tête ».

Nazmiyyeh a déclaré que son fils était toujours sous le choc de cette expérience et qu'il en parlait sans cesse. « Je l'ai emmené à l'hôpital parce que je ne savais pas quoi faire ni comment m’occuper de lui. Il n'est pas allé à l'école pendant quelques temps, mais il y est allé aujourd'hui dans l'espoir de ne plus penser à cette épreuve », a-t-elle déclaré. Malheureusement, son professeur m'a dit qu'il était toujours choqué et incapable de se concentrer sur ses études », a-t-elle ajouté.

Muhammad reste dans un coin, racontant à sa mère comment il a été menotté, comment il a eu les yeux bandés, comment ils ont battu Mahmoud devant lui et comment ils dansaient et chantaient autour de lui. « Muhammad continue d’avoir peur. Il pense beaucoup à cette expérience. Il veut continuer à m'en parler ».

Mme Abu Msallam a révélé que sa famille est l’objet des assauts israéliens continuels parce qu'elle vit à proximité de la colonie illégale de Psagot. Les résidents palestiniens du secteur redoutent que leurs femmes enceintes et leurs enfants ne soient asphyxiés par des grenades lacrymogènes, que les soldats lancent de manière intensive sur leurs maisons. « Nous n'avons pas une vie normale. Les attaques israéliennes nous angoissent. Même les enfants ne peuvent pas jouer dehors en toute sécurité. ”


Source : Quds News Network

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Ramallah

Même sujet

Enfants

Même auteur

Quds News Network