Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1788 fois

Gaza -

"Je ne peux pas perdre mon emploi" : Les vendeurs du bord de mer dénoncent l'embourgeoisement de la plage de Gaza

Par

Pour les habitants de la bande de Gaza assiégée, la plage a longtemps été un lieu de répit. Le long de la côte, des centaines de jeunes Palestiniens ont installé des chariots pour vendre du café, du thé ou du maïs à petit prix aux passants qui profitent de la vue sur la Méditerranée. Debout derrière un stand en bois souvent pendant plus de dix heures par jour, ils rentrent généralement chez eux avec 20 à 25 shekels (5 à 6 euros) dans leurs poches.

'Je ne peux pas perdre mon emploi' : Les vendeurs du bord de mer dénoncent l'embourgeoisement de la plage de Gaza

Les carrioles de vente sont monnaie courante à Gaza, et fournissent des boissons et des en-cas à des prix abordables aux résidents du territoire palestinien sous blocus israélien (MEE/Mohammed Salem)
Mais lundi, les dirigeants de Gaza-ville ont ordonné que tous les chariots mobiles le long du front de mer, dont la plupart fonctionnent sans permis, soient remplacés par des stands de ciment appartenant à la municipalité.

Les vendeurs potentiels devront payer à la municipalité 2.200 euros de loyer par an pour un stand – 1.300 euros avant le 20 juin afin d’en obtenir un, et 900 euros supplémentaires au cours de l'année. Ceux qui ne peuvent pas payer le loyer de la municipalité ont été menacés de se voir confisquer leurs carrioles, ont déclaré les vendeurs à Middle East Eye.

La municipalité de la ville de Gaza, qui est dirigée par les autorités du Hamas dans l'enclave assiégée, a fait valoir que le déménagement est une tentative d'améliorer les infrastructures et d'embellir la vue le long de la côte.

Les vendeurs du territoire appauvri font valoir que la décision va essentiellement canaliser tous leurs revenus vers le loyer.

La perte d'un emploi

Le chef de la municipalité de Gaza, Yahya Sarraj, a déclaré à MEE que le projet visait à faciliter les conditions de travail des vendeurs et à leur apporter une certaine stabilité.

"Ils travaillent dans la crainte d'être poursuivis par la municipalité car ils sont illégaux, mais avec ce projet, ils auront leur propre place sous la protection de la municipalité", a-t-il déclaré. "Les vendeurs paient trop cher pour déplacer leurs marchandises chaque jour car ils ne peuvent pas les garder sur la plage, mais avec ce projet, ils auront plaisir à garder leurs outils à l'intérieur du stand, donc le projet est bon pour eux.

"La plage, ces dernières années, était chaotique, désorganisée, et ne donnait pas une image civilisée de la ville. Le projet permettra de résoudre ce problème et d'améliorer la vue", tant pour les vendeurs que pour les autres.

Il a ajouté que les vendeurs de plage actuels seraient prioritaires pour la location des nouveaux stands, s'ils peuvent se le permettre. "Ceux qui ne le peuvent pas seront remplacés par d'autres qui veulent louer l'une des cabines", a déclaré M. Sarraj.

Le projet, selon le fonctionnaire, commencera avec 60 à 80 cabines à louer. À 2.200 € chacune, les nouvelles cabines pourraient en théorie rapporter jusqu'à 180.000 € de recettes à la municipalité chaque année.

Tamer Doghmosh, 27 ans, attend la naissance de son cinquième enfant. Depuis neuf ans, il soutient financièrement sa famille grâce à sa petite carriole de bord de mer.

Aujourd'hui, incapable de payer le nouveau loyer, il a replié sa carriole et l'a emmenée loin de la plage.

"Depuis deux jours maintenant, on m'empêche de travailler et je ne pense qu'à ce que ma famille va manger aujourd'hui", a-t-il déclaré à MEE. "Je vais mettre le feu à ma carriole et à moi-même pour faire croire à la municipalité que je n'ai pas d'argent pour les payer.

"Je n'ai pas de nourriture chez moi, et je dois payer 2.200 € à la municipalité, pour quoi ? Pour rester debout toute la journée au soleil pour avoir 20 shekels ?" demande-t-il. "Sur une année entière, nos ventes ne nous rapportent pas 2.200 $."

Doghmosh insiste sur le fait que les autorités de Gaza devraient aider les résidents pour leurs moyens de subsistance, au lieu de sévir contre leurs petites entreprises existantes et de leur imposer des conditions strictes, pour qu'elles puissent continuer à fonctionner.

Menacer un havre de paix en bord de mer

Pour ceux qui ont gagné leur vie sur la plage, cette décision est considérée comme une catastrophe, tant pour eux-mêmes que pour la communauté qu'ils servent.

Après 13 ans d’un blocus sévère imposé par Israël sur le petit territoire palestinien, le chômage des jeunes de 18 à 29 ans à Gaza a atteint 45 %, selon des statistiques récentes de l'organisation palestinienne Miftah.

Selon un rapport de la Banque mondiale, le revenu annuel par habitant à Gaza était de 1.600 euros en 2018 - soit 133 € par mois.

Bien que de nombreux vendeurs du bord de mer aient un diplôme universitaire, les obstacles à la recherche d'un emploi stable et convenable les ont amenés à se tourner vers des petits boulots pour subvenir aux besoins de leur famille.

Adham, 29 ans, est diplômé de la faculté de droit mais n'a pas pu trouver de travail dans son domaine d'études. Ce père de quatre enfants, qui a demandé que son nom complet ne soit pas utilisé, travaille actuellement dans un stand dont il n'est pas propriétaire, et gagne environ 2,60 € par jour en vendant du café.

"Je travaille dur au soleil pour obtenir le repas le plus pauvre pour ma famille - lentilles, mulukhiya, riz, tous les repas qui coûtent deux à quatre shekels", dit-il. Je me faufile hors de la maison [pour aller travailler] afin de ne pas être gêné et honteux car je ne peux pas subvenir aux besoins de mes enfants".

"La municipalité pense-t-elle que nous gagnons des millions grâce à ce travail ?" demande sarcastiquement l'aspirant avocat. "Nous avons besoin du soutien et de l'aide du gouvernement et de la municipalité, mais ils nous donnent davantage de raisons de mourir de faim avec nos familles.

"Ce loyer nous fera travailler toute la journée pour la municipalité, parfois nous devrons emprunter de l'argent pour payer le loyer", a-t-il ajouté.

L'embourgeoisement prévu de la côte affectera également les clients de ces petites entreprises.

La plage, a déclaré M. Doghmosh, est depuis longtemps un refuge pour les habitants de Gaza qui cherchent des divertissements abordables en famille et entre amis. Le vendeur de rue a déclaré que les gens achètent généralement du café ou louent des chaises pour deux shekels chacune.

"Nous servons près de 15 à 20 clients par jour, la plupart issus de familles pauvres qui viennent pour un pique-nique bon marché sur la plage", dit-il. "Les gens se rendent à la plage pour profiter de la vue, et parfois ils nous commandent un café ou de l'eau à bas prix. Ils aiment ne pas payer trop cher, et nous travaillons pour nourrir nos familles.

"Si nous augmentons les prix, les gens se dirigeront plutôt vers les cafés et nos entreprises fermeront, car elles sont actuellement ouvertes et en activité en raison de leur caractère abordable".

Pour certains, comme Bilal Ahmed, ces changements signifient que ses projets de vie devront être mis en veilleuse.

Ce jeune homme de 24 ans travaille sur le front de mer depuis neuf ans. Il veut fonder une famille et a mis de l'argent de côté pour se marier. Mais aujourd'hui, ses économies sont consacrées au loyer d'un stand en ciment.

"Je peux retarder mon mariage, mais je ne peux pas perdre mon emploi", dit-il.


Source : Middle East Eye

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Gaza

Même sujet

Economie