Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1451 fois

Cisjordanie occupée -

« Nous étions armés, nous avons détruit sa cuisine et nous sommes partis. »

Par

Nadav Weiman est un ancien combattant du peloton de reconnaissance Nahal et le directeur adjoint et directeur de plaidoyer de Breaking the Silence.

10.12.2020 – Lorsque vous parlez aux Israéliens de l'occupation, ils ont tendance à penser aux postes de contrôle. À l'étranger, les gens pensent au mur de séparation. Mais en tant qu'ancien soldat israélien qui a régulièrement effectué des invasions de domicile, je pense à un enfant palestinien que je suis venu arrêter au milieu de la nuit. A son père, qui a foncé sur le plus gros soldat de notre unité. Et à la façon dont j'aurais fait exactement la même chose si j'avais été à sa place.

« Nous étions armés, nous avons détruit sa cuisine et nous sommes partis. »

Une Palestinienne constate les dégâts causés dans sa maison par un raid nocturne des soldats israéliens, camp de Balata à Naplouse, le 3 janvier 2017
(Ahmad Al-Bazz/Activestills.org)

Cela s'est passé dans la ville de Naplouse en 2007. On nous a dit que nous devions arrêter quelqu'un qui avait pris contact avec le parti politique libanais et organisation militaire Hezbollah sur internet. A l'époque, nous parlions d'"arrestations de graveurs de CD" - un nom de code péjoratif pour le bas de l’échelle lorsqu'il s'agit de Palestiniens recherchés. Nous sommes venus au milieu de la nuit, tout un peloton de reconnaissance, pour arrêter un adolescent de 16 ou 17 ans - dont la chambre, par coïncidence, était pleine de graveurs de CD.

Nous avons attaché les mains du garçon derrière son dos avec des colliers de serrage et l'avons ramené à la base avec nous, mais pas avant que son père n’intervienne. Il a choisi le plus grand soldat de notre équipe et a couru vers lui. Pendant que nous arrêtions ce gamin avec ses CD de jeux informatiques piratés éparpillés dans sa chambre, un des soldats frappait son père, tandis que sa mère, sur le côté, criait.

Je ne me souviens pas comment j'avais imaginé à quoi pourrait ressembler mon activité opérationnelle avant de rejoindre l'armée. Je savais que je devrais aller dans des maisons palestiniennes. Je savais que je devrais procéder à des arrestations. Je n’avais pas pensé à ce que ce serait d'arrêter quelqu'un d'aussi jeune, ou de voir un père impuissant et furieux à la vue de son fils menotté. Ce ne sont pas des choses auxquelles on pense, et il n'y a personne pour vous en parler. Il y a des choses que vous devez découvrir par vous-même, et une fois que vous les avez découvertes, bonne chance pour les oublier.

On ne parle pas en Israël de l’invasion des maisons palestiniennes dans les territoires occupés. C’est une opération de routine que presque tous les soldats israéliens connaissent, mais vous ne trouverez aucun expert qui en parle aux informations, ni aucun article sur ce sujet dans les journaux. La couverture médiatique la plus proche pour parler de ces incursions consiste à annoncer : "Cinq Palestiniens recherchés arrêtés ce soir."

C'est ainsi que les Israéliens aiment aussi penser à ces choses : des raids localisés et chirurgicaux dans le but de procéder à des arrestations légitimes. Si seulement ce n'était que cela.

En fait, les soldats envahissent les maisons palestiniennes tout le temps. Ils le font pour prendre de nouvelles positions stratégiques, pour effectuer des fouilles au hasard et, dans de nombreux cas, simplement pour "faire sentir leur présence".

Dans certaines unités de l'armée, faire sentir sa présence est appelé « créer le sentiment d'être poursuivi ». Cela signifie qu'il faut faire peur à toute la population palestinienne, une mission qui, par définition, ne fait aucune distinction entre les suspects et les civils innocents, ou entre les "personnes impliquées" et les "personnes non impliquées", comme on dit dans le langage des FDI.

Parfois, les soldats envahissent les maisons au milieu de la nuit juste pour s'entraîner. J'ai fait des raids dans des maisons à Jénine ou à Naplouse simplement pour saisir des positions d'observation plus optimales. Selon un ancien soldat qui a témoigné à Breaking the Silence, ils envahissaient les maisons pour tester un nouveau dispositif d'effraction des portes. Un autre témoin a déclaré qu'ils se rendaient dans une maison palestinienne pour être filmés en train de manger des sufganiyot (beignets de Hanoukka) pour un reportage sur le bien-être qui devait être diffusé ce soir-là à la télévision israélienne.

Je connais trop d'Israéliens qui connaissent l'intérieur de la maison d'un Palestinien alors qu'ils ne devraient pas. Ils ont vu des dizaines de chambres d'enfants, des cuisines qui appartiennent à des étrangers, les placards d'autres personnes. J'essaie de penser aujourd'hui, en tant que père de deux enfants, aux enfants que j'ai réveillés au milieu de la nuit ou à leurs parents effrayés, et quelque chose en moi s'éteint.

Nous ne parlons pas assez de ces pratiques habituelles, et encore moins de ce qui se cache derrière elles. Nous nous contentons de marmonner que les invasions de domicile sont un "besoin opérationnel" et nous passons à autre chose. Mais la plupart de ces invasions ne sont une nécessité que si l'on accepte l'hypothèse que "démontrer une présence" justifie tout - même d'envahir le domicile de quelqu'un sur lequel on n'a aucune information. C'est ce qui sous-tend le "besoin opérationnel", et je ne suis pas sûr que le public israélien l'accepterait s'il savait ce qui est fait sur le terrain en son nom.

La semaine dernière, Breaking the Silence a publié "A Life Exposed", le rapport très attendu de l'organisation sur les invasions de domicile, qui a été co-écrit avec les groupes de défense des droits de l'homme Yesh Din et Physicians for Human Rights-Israël. Le rapport est basé sur des centaines de témoignages fournis par d'anciens soldats qui ont participé à des missions d'invasion de domicile ainsi que par les Palestiniens qui les ont subies.

Les témoignages palestiniens étaient difficiles à lire. Ayant participé à des invasions de maisons, je pensais pouvoir imaginer à quoi ressemble cette routine opérationnelle de l'autre côté de la porte. Je me trompais. J'ai vu des Palestiniens pleurer dans leurs maisons de mes propres yeux, mais je n'ai jamais pensé à ceux qui ont retenu leurs larmes jusqu'à notre départ. Je n'ai jamais pensé à ceux qui se sont habitués à cette pratique, à ceux qui la considèrent comme faisant partie de la vie.

Avant d'entrer dans la maison du graveur de CD à Naplouse, nous sommes accidentellement entrés dans une autre maison. Il y avait deux unités israéliennes au rez-de-chaussée, et nous avons essayé d'entrer par la mauvaise porte. Nous avons tambouriné à la porte d'une femme au milieu de la nuit jusqu'à ce qu'elle ouvre. Nous sommes entrés, armés, prêts à procéder à une arrestation, et nous avons fouillé la maison.

Une des portes était fermée à clé. J'ai lancé une grenade assourdissante dans la porte fermée. Ce que nous avons entendu ensuite était du verre brisé ; il s'est avéré que la pièce fermée était la cuisine. Ce n'est que plus tard que nous avons découvert que nous nous étions trompés de maison. Nous avons réveillé une femme au milieu de la nuit ; nous étions armés ; nous avons détruit sa cuisine et sa porte ; et nous sommes partis. Nous n'y avons même plus pensé. Il est grand temps que nous commencions à y penser - nous tous.





Source : 972mag

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Cisjordanie occupée