Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 3009 fois

Montpellier -

"Nous sommes innocents des accusations portées contre nous ! Nous en appelons à votre solidarité" - Rendez-vous jeudi 25 juin à 13h30 devant le tribunal correctionnel de Montpellier, Place Pierre Flotte (Près jardin du Peyrou)

Par

DECLARATION
PROCÈS D’ANTISÉMITISME PAR LA LDH
CONTRE DEUX PORTE-PAROLES DU COMITÉ BDS FRANCE 34
Une affaire grotesque et préjudiciable

Le mardi 9 juin 2015, une délégation de cinq membres de BDSFrance 34 dont nous, Saadia et Husein, avons rencontré la délégation de la LDH (Ligue des Droits de l’homme), dont son président d’honneur, Michel Tubiana, et la présidente de la LDH34, Sophie Mazas.

'Nous sommes innocents des accusations portées contre nous ! Nous en appelons à votre solidarité' -  Rendez-vous jeudi 25 juin à 13h30 devant le tribunal correctionnel de Montpellier, Place Pierre Flotte (Près jardin du Peyrou)

De gauche à droite : Maitre Gilles Devers, Husein Abuzaid (porte-parole du comité BDS France34, président de l’APLR - Association des Palestiniens du Languedoc-Roussillon, affiliée à l’APF - Association des Palestiniens en France), Saadia Ben Fakha, porte-parole du comité BDS France34, devant le commissariat central de Montpellier pour l'audition du 19 mars 2015 (Source)
Lors de cette rencontre, strong>Sophie Mazas, à l’origine de la plainte contre nous, a bien reconnu qu’elle savait pertinemment que nous n’étions ni antisémites ni négationnistes. M Tubiana l'a également déclaré. Mais ils s’acharnent néanmoins à proclamer que nous devons « assumer nos responsabilités politiques » et reconnaître publiquement « notre erreur ». Si nous le faisons, « on en reste là ! » disent-ils.
 
Mais où en reste-t-on ?
Nous sommes convoqués le 25 juin au tribunal. Les membres présents de la LDH, avocats pour certains, nous précisent que quoi que nous fassions, nous serons poursuivis et que des organisations comme la LICRA ou leCRIFpourront également se porter partie civile.
 
Alors pourquoi cette rencontre aujourd’hui ?
La seule proposition de la LDH est que nous refassions un communiqué confirmant nos propos déjà écrits dans notre communiqué du 19/03. Nous répondons ici favorablement à cette demande en renouvelant nos déclarations déjà publiées, à savoir :
. nous n’avions pas vu le texte caché derrière une image que nous avons partagée sur Facebook ;
. nous sommes totalement en désaccord avec les propos ignobles tenus dans ce texte ;
. dès que nous avons été informés de notre méprise, nous avons immédiatement supprimé le texte, la photo et l’expéditeur du post en question ;
. nous combattons avec toute notre énergie l’antisémitisme mais aussi l’amalgame qui assimile antisionisme et antisémitisme.
 
Mais alors pourquoi cette plainte ?
Pourquoi avoir porté publiquement ces accusations extrêmes alors même que les dirigeants de la LDH nous connaissent et reconnaissent que nous ne sommes pas ceux qu’ils prétendent ? 
Pourquoi porter plainte contre un groupe actif qui ne ménage pas son énergie pour défendre les droits humains, notamment des palestiniens ?
 
Le fait d’avoir omis de publier un démenti écrit au moment des faits justifie-t-il une telle plainte ?
Car c’est uniquement sur cette omission en temps et en heure que les dirigeants de la LDH justifient leurs accusations. Nos explications sur le contexte de l’été 2014, où nous étions tous mobilisés pour dénoncer les crimes de l’Etat israélien, où plusieurs d’entre nous tremblaient pour leur famille à Gaza qu’ils tentaient de joindre difficilement, révoltés par les vidéos circulant sur le net, montrant des militaires israéliens ouvrant le feu sur des enfants sur la plage de Gaza… pourraient être prises en compte pour comprendre cette « omission »…
 
Non, rien n’y fait, vous avez commis une erreur clament les dirigeants de la Ldh, vous devez assumer !
Nous sommes poursuivis et allons passer en procès pour : « Contestation de crimes contre l’humanité, provocation publique à la commission de crimes ou délits, à la discrimination ou à la haine raciale – apologie du crime sur Facebook ».
Ces accusations vont laisser une trace indélébile dans nos mémoires et nous poursuivre toute notre vie, avec les conséquences que l'on peut imaginer.
Mais au-delà de nous, c'est aussi à la cause palestinienne que nous pensons. Cette affaire va surtout renforcer la criminalisation des militants de BDS, cette campagne non violente initiée par le peuple palestinien pour dénoncer les crimes de l'Etat d'Israël et réclamer Liberté, Justice et Egalité.
Avec cette plainte, la LDH a ouvert la porte aux attaques des officines sionistes (LICRA et Cie) et renforce le climat actuel qui profite aux amalgames, aux raccourcis de pensée ne permettant pas un combat clair anticolonial contre tous les racismes : antisémitisme, islamophobie, anti-rom ….
                                                                   

NOUS SOMMES INNOCENTS DES ACCUSATIONS PORTÉES CONTRE NOUS !
NOUS EN APPELLONS À VOTRE SOLIDARITÉ
Rendez-vous jeudi 25 juin à 13h30
Devant le tribunal correctionnel de Montpellier
Place Pierre Flotte (Près jardin du Peyrou)
 
Saadia et Husein,
Avec le Comité BDS France 34

Montpellier le 15 juin 2015


Source : BDS-34

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Montpellier

Même sujet

Boycott

Même auteur

BDS-34

Même date

22 juin 2015