Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2915 fois

Nakab -

“Nous voulons rester”

Par

05.07.2016 - Ahlam Khalil, 19 ans, refuse l'avenir que le gouvernement israélien a prévu pour elle. "Nous voulons rester. Le gouvernement essaie de nous prendre tout ce que nous aimons. Comment pensez-vous que nous allons nous sentir ? Ce sera la chose la plus dure à affronter," dit-elle, assise devant sa porte dans le village bédouin d'Atir, dans le désert du Naqab, au sud de ce qui est actuellement Israël.

“Nous voulons rester”

Ahlam Khalil devant une structure démolie par les autorités de l'Etat dans le village non reconnu d'Atir, dans le Naqab, en 2014.
Après plus d'une décennie de contentieux, la haute cour israélien a statué en mai de l'an dernier que l'Etat est légalement autorisé à démolir le village d'Atir, ainsi que son voisin Umm al-Hiran. Atir deviendra une extension de la forêt plantée de Yatir alors que Umm al-Hiran deviendra la colonie juive de "Hiran"

Non reconnus

Les deux villages, dont les populations s'élèvent à environ 1.000 habitants, font partie de la quarantaine de communautés palestiniennes bédouines vivant dans le Naqab, qu'Israël appelle "le Néguev", qui ne sont pas reconnues par l'Etat et ne reçoivent pas les services de base comme l'eau et l'électricité.

Dans de nombreux cas, ces villages pré-existent à la création de l'Etat d'Israël. Dans le cas de Umm al-Hiran et Atir, les habitants ont été transférés de force en 1956, par ordonnances militaires, de leur village originel de Khribet Zubaleh, "qu'ils avaient cultivés depuis des siècles," précise le groupe de défense des droits Adalah.

Le gouvernement accélère le développement dans le Naqab. De nouvelles routes, des zones industrielles, des bases militaires et un réseau de chemin de fer sont en construction pour transformer cette région jadis marginalisée en "Silicon Valley" israélienne.

Transfert forcé

Mais ces plans ne sont pas dans l'intérêt des communautés bédouines indigènes. Suhad Bishara, d'Adalah, dit que "la plupart des projets de développement [d'Israël] visent à faire venir des communautés juives dans la région, en particulier dans le Naqab."

Au lieu de leur procurer les services qui font cruellement défaut, au cours des dernières années, le gouvernement israélien a cherché à transférer de force des dizaines de milliers de Bédouins vivant dans les communautés non reconnues du Naqab, un projet connu sous le nom de Plan Prawer.

Des protestations de masse ont fait capoter ce plan mais Adalah dit que la décision de la haute cour sur Atir et Umm al-Hiran "donne à l'Etat une portée juridique plus large pour détruire ces communautés."

C'est pourquoi les habitants comme Ahlam Khalil insistent sur la reconnaissance, pas la démolition.


Silvia Boarini est une photojournaliste basée à Bir al-Saba ; elle travaille actuellement sur un documentaire sur les Bédouins du Naqab.

oo00oo


L'article de Silvia Boarini est accompagné de magnifiques photos, dont la qualité serait nettement réduite par une mise en ligne ici. Retrouvez sur The Electronic Intifada les images poignantes des communautés palestiniennes du Naqab menacées de nettoyage ethnique, sous nos yeux, en toute connaissance, et dans l'indifférence générale.




Source : Electronic Intifada

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Nakab

Même sujet

Nettoyage ethnique

Même auteur

Silvia Boarini