Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2055 fois

Jérusalem -

« Pas de Noël à Jérusalem pour vous »

Par

Le 7 janvier est Noël pour ma famille (tradition chrétienne orientale). Après avoir organisé un grand rassemblement d’une petite centaine de membres du clan Qumsiyeh et avoir rendu visite à mes sœurs et aux personnes âgées de ma famille, j’ai essayé en vain d’aller à Jérusalem (avec mon passeport des Etats-Unis et ma carte d’identité palestinienne). L'idée était de visiter l’Eglise du Saint-Sépulcre et dîner à Jérusalem.

« Pas de Noël à Jérusalem pour vous »

L'énième arrestation de Mazin pendant une manifestation près de Bethléem, en 2016
Voici la vidéo de ce qui s’est passé ; malheureusement elle est brève et ne montre pas l’échange dans sa totalité :



Cette courte rencontre révèle au moins six violations du droit international, que je liste ci-dessous.

J’ai été enseignant de collège à Jérusalem. Bethléem est la banlieue de Jérusalem, à 6 km. Les économies furent/sont interdépendantes et inséparables pendant cinq mille ans, jusqu’à ce qu’Israël décide de nous séparer après la signature des accords d’Oslo en 1994 (l’une des nombreuses raisons pour lesquelles ces accords félons ont enraciné l’apartheid et la colonisation). Je n’ai pas l’autorisation d’entrer à Jérusalem avec mon passeport américain parce que je suis un Palestinien qui ne peut avoir de visa de tourisme sur mon passeport US (je suis titulaire d’une carte verte d’identité de résident dans mon propre pays). La plupart des Palestiniens ne sont pas autorisé à aller dans leur propre ville de Jérusalem sauf avec des permissions spéciales. En certaines occasions, comme les fêtes musulmanes et chrétiennes, les Palestiniens au-dessus d’un certain âge (les hommes de plus de 55 ans) sont autorisés à y entrer.

Dans mon cas, ils ont affirmé que le Shabak (la sécurité israélienne intérieure) avait dit que même si j’avais plus de 55 ans, je ne suis pas autorisé et que si j’essayais à nouveau de passer, je serais mis en prison (nonobstant le défaut de procédure régulière). Pendant que j’étais interrogé, l’autobus de Bethléem était parti et nous avons donc été obligés de revenir à pied dans le froid.

La politique israélienne qui consiste à séparer Bethléem de Jérusalem et de nous empêcher d’y entrer sont des violations du droit international qui peuvent être assimilés à des crimes de guerre. Voici les violations dont se rendent coupables ces soldats et le gouvernement israélien, en vertu du droit international :

1) Les changements par Israël des limites de la municipalité de Jérusalem de manière à inclure des parties de Bethléem (illégal de la part d’occupants, selon plusieurs résolutions des Nations unies).

2) L’annexion de Jérusalem Est par Israël (Jérusalem ouest et Jérusalem est ne sont pas israéliennes en vertu des résolutions des Nations unies qu’Israël lui-même s’est engagé à mettre en œuvre lorsqu’il est devenu membre des Nations unies).

3) L’établissement par Israël de 23 colonies exclusivement juives à Bethléem est un crime de guerre et le fait que ces colons juifs et le fait que ces colons juifs passent sans permis (tasrih) est raciste.

4) Israël ne peut pas empêcher la liberté de circulation entre une ville occupée (Bethléem) et une autre ville occupée (Jérusalem).

5) Construire de murs et des clôtures dans les zones occupées en 1967 est également illégal (Décision de la Cour pénale internationale 2004).

6) Le fait que le shabak puisse donner pour instruction d’empêcher des gens comme moi de passer, simplement parce que nous prônons la résistance non-violente (j’ai écrit un livre sur le sujet) est contraire au droit local (la supposée liberté d‘expression, procédure équitable) et au droit international (par ex. violation de la Déclaration universelle des droits de l’homme).

Ces tactiques de colonisation ne sont rien moins que du terrorisme d’Etat.
Cet affront fut une déception à Noël mais nous avons la paix de Noël dans le cœur et la lueur d’espoir est que ça nous donne une nouvelle motivation pour redoubler d’efforts pour mettre fin à ces crimes contre l’humanité en cours. D’autres souffrent et même sont blessés, emprisonnés et torturés, nous sommes donc reconnaissants.

Puisse 2017 nous rapprocher de la fin de ce cauchemar de l’apartheid, du retour des réfugiés palestiniens, de la justice et de la paix.

Restons humains.

Mazin Qumsiyeh
Un bédouin dans le cyberspace, un villageois chez lui
Professeur et Directeur (bénévole)
Musée d’histoire naturelle de Palestine
Institut palestinien de la biodiversité et du développement durable
Université de Bethléem
Palestine occupée
http://qumsiyeh.org/
http://palestinenature.org

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.

Faire un don

Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Jérusalem

Même sujet

Sionisme

Même auteur

Mazin Qumsiyeh

Même date

11 janvier 2017