Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2120 fois

Vallée du Jourdain -

"Vous êtes des Arabes répugnants et vous devriez être battus comme des animaux et rester en prison."

Par

Ils ont décidé de nous garder, mon ami et moi, jusqu'à ce qu'ils aient obtenu une réponse des services secrets et ils nous ont dit de rester au checkpoint et de ne pas utiliser nos téléphones.
Ils ont également demandé au conducteur d'emmener les volontaires internationaux loin du checkpoint.
Le soldat agressif a continué à nous crier dessus en nous disant : "Vous êtes des Arabes répugnants et vous devriez être battus comme des animaux et rester en prison, vous ne devriez pas circuler avec de jolies filles américaines et européennes."

Après une manifestation non violente réussie contre le Mur d'Apartheid israélien illégal dans le village de Bil’in en Cisjordanie , nous sommes revenus à l'appartement de l'ISM pour avoir notre réunion d'évaluation habituelle afin de discuter de ce qui avait été réussi dans la manifestation et ce que nous pourrions améliorer.


Au cours de la réunion, nous avons reçu des informations concernant un petit village de la région de Jénine appelé Bardala qui est fermé par un checkpoint contrêlé par les Forces de l'Occupation Israélienne.

La population de Bardala et quelques organisations locales organisaient une manifestation non-violente contre le checkpoint qui empêche non seulement la libre circulation de la population mais également leur capacité à vendre leurs produits fermiers.

Nous avons décidé que certains activistes de l'ISM iraient là-bas en solidarité avec les fermiers de Bardala dans leur lutte contre le checkpoint illégal.

Un Palestinien devait accompagner les activistes internationaux, donc, je me suis proposé pour les accompagner et nous sommes retournés à Ramallah pour prendre un taxi afin d'aller à Jénine.

Après nous être changés et pris nos sacs, nous avons quitté Ramallah en taxi à midi et nous avons commencé notre voyage à travers ma belle Palestine.

Nous avons voyagé pendant plus de deux heures et nous sommes arrivés dans un petit village appelé Al Zababda près du lieu de la manifestation. Nous sommes restés dans le Centre Na'eem Khader où nous avons reçu un excellent accueil.

Nous avons traîné un peu et j'ai dit à mes amis que nous devrions nous coucher têt parce que nous devions être prêts à 9h pour partir à Bardala où se déroulait la manifestation.

Le lendemain matin, nous avons pris une voiture mise à disposition par le PARC, Comités d'Aide Agricole Palestiniens, l'organisation qui nous avait demandés de venir à la manifestation.

Sur la route, nous avons réalisé que nous allions passer le checkpoint de Tayaseer. Malheureusement, quand le conducteur a vu l'un des soldats au checkpoint, il dit ce soldat était le pire de tous. Quand j'ai vu comment le soldat traitait les gens devant nous, j'ai réalisé qu'il avait raison.


Quand ce fût notre tour dans la file d'attente, le soldat a rassemblé nos cartes d'identité et passeports et, soudain, il nous a demandé de sortir de la voiture et de nous mettre en rang.

Il parlait en Hébreu, alors je lui a dit : "Nous ne vous comprenons pas, que dites-vous ?" et alors il a commencé à me hurler dessus en disant : "Fermez-la, à ce checkpoint, on ne parle qu'Hébreu !"

Puis, nous avons réalisé qu'il y avait un soldat qui parlait Anglais sur le checkpoint, c'était un Américain qui servait dans l'armée israélienne et environ 40 minutes plus tard, le soldat vraiment agressif a appelé le soldat américain pour qu'il rende les passeports aux volontaires internationaux.

Ils ont décidé de nous garder, mon ami et moi, jusqu'à ce qu'ils aient obtenu une réponse des services secrets et ils nous ont dit de rester au checkpoint et de ne pas utiliser nos téléphones. Ils ont également demandé au conducteur d'emmener les volontaires internationaux loin du checkpoint.

Le soldat agressif a continué à nous crier dessus en nous disant : "Vous êtes des Arabes répugnants et vous devriez être battus comme des animaux et rester en prison, vous ne devriez pas circuler avec de jolies Américaines et Européennes."

Nos amis ont essayé de nous appeler mais il ne me laissait pas répondre au téléphone et m'a dit de l'éteindre. Au lieu de cela, j'ai coupé la sonnerie du téléphone et je suis resté en contact avec le reste du groupe, qui étaient à environ 100 mètres de nous, par l'intermédiaire des textos.

Le soldat agressif m'a dit que j'étais un terroriste du Hizballah et qu'il me briserait les os. Je lui ai dit : "ok" et il a répondu en disant : "Ferme-là !"

40 autres minutes plus tard, l'officier a reçu l'ordre de son commandement de prendre nos numéros de téléphone et nous lui avons donné. J'ai trouvé ainsi une occasion de parler parce qu'il nous avait dit de mettre en marche nos téléphones parce que le Shabak pourrait nous appeler pour vérifier.

Après seulement trois minutes, j'ai reçu un appel téléphonique d'un ami qui travaillait avec l'ISM demandant si nous passions le checkpoint ou si nous étions toujours détenus.

Quand j'ai commencé à lui parler, le soldat agressif a commencé à me hurler de couper mon téléphone mais je lui ai dit que le Shabak m'avait appelé et que je leur parlais. Je ne sais pas pourquoi, mais le soldat m'a cru.

15 minutes plus tard, ils recevaient l'ordre de nous libérer mais l'officier a refusé et a renvoyé un message disant qu'il fallait que ce soit le commandant du secteur qui lui dise de nous libérer.

L'officier a reçu l'ordre de nous libérer à trois reprises mais il cherchait une raison pour nous garder et nous frapper. Quand ils ont reçu l'ordre pour la première fois, un officier du checkpoint a dit au soldat agressif : "Va manger et tu pourras être fort et prêt à les battre."


Mais après 15 autres minutes, deux internationales qui étaient venues avec nous ont décidé de marcher vers le chekpoint pour demander pourquoi les soldats nous détenaient toujours.

Soudain, le soldat fou, sans tenir compte de ses problèmes de langue a couru en direction du barrage routier et s'est caché derrière pour que les filles ne puissent pas le voir.

Il a commencé à crier en Hébreu et les filles ne pouvaient pas le comprendre. Alors, il a chargé son arme et l'a pointée sur elles. Quand j'ai vu ça, je suis devenu comme fou parce que j'ai eu peur qu'il leur tire dessus.

Son commandant lui criait de ne pas tirer et soudain le soldat américain est à nouveau apparu et a crié : "Stop ! Stop !" et il a dit aux filles de s'éloigner du checkpoint.

Le soldat fou a baissé son arme et s'est éloigné et le soldat américain a suivi les deux filles pour voir ce qui se passait et pourquoi elles avaient voulu lui parler. Elles lui ont parlé et lui ont demandé quand nous serions libérés et s'il y avait un problème.

Puis le soldat fou est revenu au checkpoint et son commandant lui a demandé de nettoyer son arme et lui a dit : "C'est une chose terrible que ce qui vient s'arriver sur mon checkpoint, et avant de me parler, nettoie ton arme."
Ensuite il lui a demandé pourquoi il était devenu fou pour tirer sur des internationaux parce qu'ils ne sont pas dangereux comme les Palestiniens.

Le soldat a répondu en disant : "Vous connaissez les ordres que nous avons" (si quelqu'un vient vers le checkpoint et que vous lui demandez en Hébreu d'arrêter et qu'il continue, vous devez tirer sur eux, peu importe si la personne devant vous ne comprend pas l'hébreu ou même se elle est sourde ou folle, il faut juste tirer!).

Ensuite, le commandant a appelé le soldat américain et lui a donné nos papiers d'identité et lui a dit de dire aux internationaux que c'était parce que les Israéliens les respectent qu'ils nous libèrent."

La politique israélienne d'Apartheid et de racisme ne réussira ou n'aidera jamais à résoudre le conflit et elle n'a rien à voir avec la 'sécurité.'

Elle augmente seulement la haine et la situation sanglante dans laquelle nous sommes continuera.

C'est contre les intérêts de nous tous, et le droit international et les Conventions de Genève sont clairs; Les résolutions 242, 338 des Nations Unies demandent à Israël de mettre fin à l'occupation de la Palestine et la résolution 194 demande à Israël de résoudre le problème des réfugiés.

La Convention de Genève et la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme déclarent que les populations sous occupation ont le droit de résister, et que les Forces de l'Occupation devraient respecter les droits des civils.

La communauté internationale devrait garantir les droits de l'homme pour tous, pourtant elle a échoué mésérablement pour les Palestiniens. Les différents activistes qui viennent de partout dans le monde pour nous soutenir dans notre lutte non-violente contre l'occupation israélienne illégale montrent un réel soutien envers les droits de l'homme.

Nous voyons ces activistes risquer leurs vies avec nous, et ils viennent parce qu'ils pensent que nous avons tous les mêmes rêves, même si nous vivons dans ce qui s'appelle le Tiers Monde.

Je demande aux peuples du monde entier de venir visiter la Palestine : Jerusalem, Bethléem, Naplouse, Ramallah, Hebron et tous les autres endroits, pour seulement observer la situation ici.

Je vous souhaite une nouvelle et heureuse année, pleine d'amour et de paix et j'espère vous voir en Palestine.


Source : www.palsolidarity.org

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Vallée du Jourdain

Même sujet

Checkpoints

Même auteur

Raad

Même date

14 janvier 2006