Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2958 fois

Cisjordanie occupée -

6 morts à Huwwara et Beit Ommar dans des incidents séparés

Par

Vendredi 25 juillet, un colon israélien a tué un adolescent palestinien dans le village de Huwwara qui se situe à environ 10 km au sud de Naplouse. Deux heures plus tard, un second adolescent originaire du même village a été tué par un sniper israélien.
Après avoir assisté aux prières du vendredi dans la mosquée de Huwwara, les villageois ont entamé une marche en solidarité avec les victimes du massacre de Gaza. De nombreux enfants participaient à la marche et certains d'entre eux portaient des pancartes témoignant de leur soutien à leurs frères et sœurs de Gaza. Deux jeeps israéliennes se trouvaient un peu plus loin le long de la route, et certains soldats prenaient des photos de la manifestation pacifique. Alors que la procession s'en retournait vers la mosquée, un colon a soudain surgi au volant de son véhicule et a freiné brutalement.

6 morts à Huwwara et Beit Ommar dans des incidents séparés

Les trois martyrs de Beit Ommar, Abd al-Hamid Breigheth,Sultan al-Zaaqiq et Hashem Abu Maria
« Il se trouvait à environ un mètre des enfants quand il a commencé à tirer depuis la fenêtre de sa voiture, » a raconté un témoin. « Il est clair que son intention était de tuer des gens. » Il est parvenu à toucher 4 personnes avant de fuir les lieux. Khalid Owda, âgé de 19 ans, est décédé d'un tir reçu à l'abdomen, et Tarik Dmadi, qui a été atteint à la poitrine, demeure dans un état critique. Les deux autres blessés, Hassan Dmadi et Jihad Owda, ont depuis quitté l'hôpital.

« S'il ne s'était pas retrouvé à court de munitions, il aurait continué à tirer et tué d'autres personnes, » a commenté un autre témoin. « Tuer des Palestiniens n'est pas un problème pour les colons, vu qu'ils ne sont pas punis. Sans compter sur les soldats ! Ils sont juste rester là à regarder, sans rien faire. »

La ville de Huwwara a été frappée par une seconde tragédie, deux heures plus tard, avec l'assassinat par un sniper israélien du jeune Tayab Shohaada, âgé de 18 ans, qui étudiait à l'université de An-Najah à Naplouse, tout comme Khalid Owda. Durant des affrontements qui opposaient une dizaine de jeunes Palestiniens aux militaires israéliens, une soldate israélienne a visé Tayeb à la tête, a raconté Ahmed Owda, personnel soignant au Croissant Rouge. Son sergent l'a alors félicitée, et lui a donné une tape amicale sur l'épaule.

Ahmed a cherché à atteindre Tayeb blessé, mais en a été empêché par les tirs israéliens. Quand Tayeb a enfin pu être évacué vers l'hôpital Rafidia à Naplouse, il a été déclaré cliniquement mort à son arrivée. Le médecin de garde a indiqué que les dégâts au niveau du cerveau étaient tels qu'ils n'avaient pu être provoqués que par des balles expansives (balles dum-dum). Bien que les balles expansives soient interdites selon les Accords de la Convention de La Haye de 1899, Israël a souvent été accusé de les utiliser contre les Palestiniens.

Ce même 25 juillet, dans le village de Beit Ommar qui se situe dans les environs d'Hébron, en Cisjordanie occupée, alors qu'une manifestation en solidarité avec les Palestiniens de la Bande de Gaza se déroulait calmement, les forces israéliennes ont soudain envahi le village et tiré, tuant 3 Palestiniens. Hashem Abu Maria a été mortellement touché au torse par un tir à balles réelles, peu de temps après le début de la manifestation, et Sultan al-Zaaqiq, 30 ans, et Abd al-Hamid Breigheth, 35 ans.

Abu Maria travaillait avec Defence for Children International (DCI) - Palestine, et était à la tête de son unité de mobilisation communautaire. DCI-Palestine a indiqué dans une déclaration de presse que « Hashem travaillait en tant que coordinateur de l'unité de mobilisation communautaire de DCI-Palestine, réalisant un travail formidable de participation constructive auprès des enfants, à travers toute les territoires palestiniens occupés. Son travail le plus récent s'est fait avec des adolescents de Hébron et consistait à leur donner la possibilité de filmer et témoigner des violations des droits des enfants dans leur ville. Il laisse derrière lui sa femme Samira, et leurs 3 enfants âgés de 13, 11 et 6 ans. »

Rifat Kassis, directeur exécutif de DCI-Palestine, a dit « La famille de DCI-Palestine et sous le choc et dévastée par la perte de notre ami et collègue Hashem. Hashem, pour qui la défense des droits des enfants n'était pas simplement un travail, mais le but de sa vie. Qu'il soit le dernier en date des civils innocents à perdre sa vie par les mains des forces israéliennes est une tragédie. Nous adressons nos plus sincères condoléances à sa famille. »

Photo

Les affrontements se sont poursuivis tard dans la soirée, et les Palestiniens ont réussi à mettre le feu à la tour de guet construite à l'entrée du village. De nombreux blessés sont également à déplorer.

Ce même soir, les forces israéliennes ont encore tué en utilisant des balles réelles. La victime, Eid Abd al-Kadir Fadhelat, était âgée de 28 ans et habitait le camp de réfugiés d'Aroub, situé juste au nord de Beit Ommar.


Sources : Equipe Naplouse d'ISM, Electronic Intifada.

Traduction : CR pour ISM





Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Cisjordanie occupée

Même sujet

Nettoyage ethnique

Même date

28 juillet 2014