Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2150 fois

Gaza -

7ème jour de Ramadan à Gaza : La pauvreté créée tue tout espoir

Par

Dans le quartier où vit la famille al Bateran, après la rue Zarga, juste à l’extérieur de la ville de Gaza, l'ambiance était plus lourde, triste. Ils vivent dans la pauvreté et ils n'ont aucun espoir de s’en sortir. Dans la plupart des familles que je connais, il n'y a pas d'hommes jeunes, pas de soutien de famille.

Pas de greffon vidéo disponible...

Les pères sont malades ou handicapés, et les enfants sont pour la plupart d'âge scolaire, ce qui signifie pas de salaire, mais plus des trous dans les dépenses familiales.


Certains des hommes au chômage maintenant travaillaient en Israël, mais ces emplois ont été perdus lorsque les frontières ont été fermées aux travailleurs palestiniens après la seconde Intifada [soulèvement]. Avec 95% des industries de Gaza à l’arrêt depuis le siège israélien et les attaques, et sans ciment, le secteur du bâtiment n’offre pas de travail à Gaza.

Saud dormait – non pas pour échapper au jeûne du Ramadan, mais pour essayer d'échapper à la douleur et à la psychose qui se développent quand il ne peut pas prendre ses médicaments. Il n'a pas de médicament, il n'y en a pas dans Gaza, lui a dit sa femme il y a quelques semaines. Même situation aujourd'hui, mais encore pire pour Saud.

Le groupe de familles dans ce secteur n’a vraiment aucune perspective de joie, et cela se voit sur leurs visages et dans leurs attitudes. Hadwa est assis seul, les épaules voûtées et répond toujours "sauer bin aysch, aiyishiin," [qu'est-ce que je peux faire, je suis vivant].

Pourtant, ils sont accueillants, sans rien à offrir, mais essaie toujours de le faire quand même. Les invitations à l’Iftaar viennent de toutes les familles, mais aujourd'hui ce n'était pas possible.

Plus tard, après la rupture du jeûne au bord de la mer, un ami me parle de son souhait de se marier. Mais comme la plupart des jeunes hommes à Gaza, il ne peut pas se le permettre. Un mariage coûte 12.000 $; si vous faites au plus simple, cela coûtera peut-être 9000 $.

Il parle aussi de son désir de reprendre ses études à Gaza, des études de troisième cycle, et comment c’est du domaine de l’impossible, il ne peut pas payer les plus de 1000 $ pour une année.

Le 7ème jour de Ramadan se termine alors que je suis assise à écouter les moteurs des pêcheurs palestiniens, revenant ou partant en mer, et à me demander ce qui les attend, à espérer qu’ils prendront quelque chose, à espérer que la marine israélienne décidera d’ignorer ce qui est sûrement des ordres d’au-dessus et qu’ils ne tireront pas ou qu’ils n’enlèveront pas les pêcheurs. Yarayt [si seulement].

Source : http://ingaza.wordpress.com

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Gaza

Même sujet

Blocus

Même auteur

Eva Bartlett

Même date

30 août 2009