Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2381 fois

Gaza -

A ton âme vivante, Vittorio Arrigoni

Par

Le 15 avril 2011, notre camarade d'ISM était assassiné à Gaza par les salafistes du Jahafil Al-Tawhid Wal-Jihad fi Filastin, qui l'avaient kidnappé la veille pour faire pression sur le Hamas pour qu'il libère leur chef. Le 19 avril, son amie Shahd Abusalama écrivait ce texte où elle exprime sa douleur, notre douleur.

Dévastée. C'est ce que je suis depuis que tu es mort, Vittorio. Ce terrible choc ne me lâche pas. Cela fait cinq jours que des tueurs cruels ont écourté ta vie. Quand j'ai appris que tu avais été kidnappé, le 14 avril, nous étions juste en train de fêter le retour de mon frère Majed, après 10 mois de voyage à travers l'Europe. Une heure après son arrivée, mon père a reçu un appel l'informant que Vittorio avait été kidnappé, transformant l'atmosphère festive en tristesse.

A ton âme vivante, Vittorio Arrigoni

Je n'en croyais pas mes oreilles et j'ai crié, "C'est impossible ! Ça ne peut pas être vrai. Et si c'est vrai, il doit être en train de plaisanter avec ses ravisseurs et de leur répéter son expression favorite, 'mushkili' !" Je me suis mise à rire mais instantanément je me suis tue, à voir l'inquiétude sur les visages. Je me suis précipitée sur le téléphone pour t'appeler, mais ton portable était toujours éteint. Alors mon cœur s'est mis à tambouriner aux souvenirs de la veille.

Tu m'avais envoyé un texto dans la soirée du 13, pour me dire, "Je serai libre à 16h. Amène ton carnet de croquis pour faire mon portrait. J'ai une barre de chocolat pour toi." Je t'ai appelé de nombreuses fois dans la matinée du 14, pensant te retrouver au Café Al-Salam, notre endroit préféré sur la plage de Gaza mais ton portable était éteint.

"Vous les Italiens battez les Arabes question retard," me suis-je dit. J'avais l'intention de t'en faire la remarque la prochaine fois que je te verrais, ou quand tu rallumerais ton portable, pensant que tu avais annulé notre rendez-vous. Il ne m'est pas venu à l'idée que tu pouvais être en danger, ici à Gaza où tu t'es toujours senti chez toi ! Je suis si désolée d'avoir mal évalué la situation. Tu n'as jamais oublié notre rendez-vous, ni mon addiction au chocolat. Et tu voulais mon dessin, jusqu'à ce jour dont je refuse d'accepter qu'il soit le dernier de ta vie.

J'ai dessiné ton portrait, mon cher, et je sais que tu es au paradis, et que tu souris. Malgré mes larmes incontrôlables, je me suis efforcée de le faire, comme je te l'avais promis. Mais j'ai le cœur brisé que tu ne puisses le voir. J'aurais dû le faire lorsque tu me l'as demandé. Mais je dois dire que c'est de ta faute, non, la faute à ton humanité. Tu annulais parfois nos rendez-vous pour rendre visite aux familles des victimes de la dernière attaque israélienne sur Gaza, ou pour écrire un article sur une nouvelle attaque contre les pêcheurs par la marine israélienne, ou pour accompagner les fermiers sur les terres qu'Israël a déclarées "zone tampon".

Tu m'as appelée le vendredi 7 avril pour me dire que tu retardais ton voyage en Italie parce qu'il était question d'une nouvelle offensive israélienne sur Gaza. Tu m'as dit alors, d'un ton goguenard, "Ne t'inquiète pas, tu as maintenant tout le temps de faire mon portrait."

Je pense parfois, "peut-être que si tu n'avais pas été aussi authentiquement humain, si tu ne t'étais pas autant préoccupé des gens de Gaza, ça ne te serait pas arrivé, et tu serais maintenant sain et sauf en Italie."

Je sais que je ne devrais pas penser de la sorte, mais c'est ce choc indicible causé par ta perte qui me conduit à de telles pensées. Je suis allée à tes funérailles en essayant d'accepter que tu étais parti pour toujours. J'ai essayé d'être forte pour toi. Je n'ai cessé de me dire que pour un héros comme toi, nous ne devrions pas soupirer mais célébrer cette vie que tu as consacrée à la poursuite de la justice pour les opprimés, ton courage et la noble cause.

Le troisième jour de tes funérailles, ta mère nous a appelés. Ta mère est aussi formidable que toi. Le chagrin de ta perte a uni les Palestiniens, et ta mère a réussi à unir l'Italie et Gaza, chantant d'une seule voix "Bella Ciao". Après avoir chanté tous ensemble "Bella Ciao", j'ai parlé à ta mère, l'assurant que "les révolutionnaires ne meurent jamais !".

Mon cher Vik, je veux que tu saches que ton corps n'est plus là, mais que ton âme est pour toujours vivante. Je veux t'assurer que tous ceux qui croient en toi et en la justice pour la Palestine continueront sur ton chemin. Je veux que tu saches que tu es notre héros ; pour nous, tu représentes l'humanité. "Restons humains" était la devise qui a guidé chacun de tes pas. Cher Vik, tu es le gagnant que tu voulais être. Tu es le rêveur qui ne renonce jamais. Alors j'espère, mon cher ami, que maintenant tu reposes en paix.


Photo
Shahd Abusalama



Vidéo : 16 avril 2016, un groupe de jeunes de Gaza chante "Bella Ciao"
en l'honneur de Vittorio






Source : Palestine from my eyes

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.

Faire un don

Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Gaza

Même sujet

Victimes ISM

Même auteur

Shahd Abusalama