Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2004 fois

Jérusalem -

Abu Kamel de la famille al-Kurd est décédé deux semaines après avoir été expulsé de force de sa maison

Par

Abu Kamel de la famille Al-Kurd, expulsée par Israël de leur maison à Jérusalem-Est Occupée le 9 Novembre, est décédé après avoir subi une grave attaque cardiaque.
Cela survient deux semaines après qu’il ait été emmené immédiatement à l'hôpital suite à l’invasion nocturne et à l'expulsion forcée de son domicile par les forces israéliennes.
Les funérailles ont eu lieu à 11h, le 23 Novembre à Sheikh Jarrah, Jérusalem-Est occupée.

Souffrant d'hypertension artérielle, suite l’expulsion de la famille emblématique de la maison de Sheikh Jarrah et, par conséquent, transformé en sans-abri, Abu Kamel, 61 ans, souffrait d'une détérioration de ses problèmes de santé et a été réadmis à l'hôpital vers 22h le samedi 22 Novembre. Il a été rapidement annoncé qu'il avait été victime d'une attaque cardiaque et qu’il était décédé.

Fawzia Al-Kurd a perdu son mari et sa famille en deux semaines en raison de la campagne d’expansion des colonies juives de l'Etat israélien dans le quartier Sheikh Jarrah.

En dépit de plaintes officielles du département d'État américain, de nombreux consulats étrangers et d’hommes politiques européens, qui ont ouvertement remis en question la légalité des revendications des colons, Israël a violemment poursuivi ses projets d'expulser les réfugiés de 1948.

Le prix de la campagne politique d'Israël à l'égard des réfugiés inclut maintenant la vie d’un homme de 61 ans. Comme l’a déclaré le 9 Novembre dernier un collaborateur du Premier ministre palestinien Salam Fayyad, Abdelkader Haten : «Ils veulent expulser les Palestiniens de Sheikh Jarrah. Il s'agit d'une escalade avant les élections municipales,". Il a également noté que l'expulsion avait été effectuée bien qu’un recours en appel ait été deposé, ce qui "illustre que le problème n'est plus juridique, mais politique." (AFP)

Il faut également noter qu’après être devenus des réfugiés de Jérusalem-Ouest en 1948, la famille al-Kurd est devenue réfugiée une seconde et une troisième fois quand Israël l’a expulsée de son domicile le 9 Novembre avant de détruire la tente qui avait été installée le 19 Novembre.

La santé d'Abou Kamel était au cœur de la campagne israélienne pour occuper la maison des Al-Kurd. En 2001, puisque la famille se trouvait en Jordanie pour rendre visite à Abu Kamel où il était soigné, quand des colons ont fait irruption dans une partie de la maison de la famille qu'ils continuent d'occuper depuis.


Le quartier Sheikh Jarrah à Jérusalem-Est a été construit par les Nations Unies et le gouvernement jordanien en 1956 pour abriter les réfugiés palestiniens de la guerre de 1948.

La famille Al-Kurd a commencé à vivre dans le quartier, en tant que réfugiés de Jaffa et de Jérusalem-Ouest. Toutefois, avec le début de l'occupation israélienne de Jérusalem-Est, à la suite de la guerre de 1967, des colons ont commencé à revendiquer la propriété du terrain sur lequel le quartier Sheikh Jarrah avait été construit.

En déclarant qu'ils avaient acheté le terrain à un ancien propriétaire ottoman dans les années 1800, des colons ont revendiqué la propriété des terres.

En 1972, les colons ont réussi à enregistrer cette revendication dans le Registre des Terres d’Israël. Alors que la famille Al-Kurd avait entrepris des procédures judiciaires pour contester la revendication des colons, les colons ont déposé une plainte contre la famille palestinienne.

En 2006, le tribunal a déclaré nulle la revendication des colons, en reconnaissant qu'elle était basée sur de faux documents. Ensuite, l’avocat de la famille Al-Kurd a demandé au Registre des Terres Israélien d’annuler l'enregistrement des colons comme propriétaire du terrain et d’enregistrer le véritable le nom du véritable propriétaire. Bien qu'il ait annulé la revendication la demande des colons, le Registre des Terres Israélien a refusé d'indiquer le nom du propriétaire du terrain.

En 2001, des colons ont occupé une extension de la maison de la famille Al-Kurd. Bien que leur revendication de la terre ait été annulée, les colons ont reçu les clés de l’agrandissement de la maison de la famille Al-Kurd de la municipalité locale israélienne.

Cela a été possible après que la municipalité ait confisqué les clés de l'agrandissement construit par la famille Al-Kurd sur leur propriété afin de répondre à l'expansion naturelle de la famille. Lorsque cet agrandissement a été déclaré illégal par les autorités israéliennes, la municipalité israélienne a remis les clés aux colons israéliens.

La famille al-Kurd a déposé une plainte en justice et un ordre d'expulsion a été émis contre les colons. Lorsque la famille al-Kurd a été expulsée le 9 Novembre 2008, les colons ont été autorisés à rester dans la propriété, en dépit de leur propre ordre d'expulsion.

En Juillet 2008, la Cour suprême israélienne a ordonné l'expulsion de la famille Al-Kurd parce qu’elle refusait de payer un loyer aux colons pour l’usage de la terre. Bien que la revendication de la propriété des colons ait été annulée deux ans plus tôt, le tribunal a basé sa décision sur un accord conclu entre un ancien avocat et les colons. Il convient de noter que la famille Al-Kurd et le quartier Sheikh Jarrah dans son ensemble avaient rejeté cet accord et viré leur représentant légal.

Source : http://www.palsolidarity.org/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Jérusalem

Même sujet

Nettoyage ethnique

Même auteur

ISM

Même date

23 novembre 2008