Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2797 fois

Israël -

Adam Maor au Tribunal : "Continuer et maintenir l’Occupation c’est continuer et maintenir la terreur"

Par

J’observe la chute de l’Etat d’Israël et je ne veux pas contribuer à cette chute. Je ne participerai pas à la création d’un endroit où mon frère peut être blessé toutes les fois qu’il sort de chez lui. Je ne sais pas ce que le gouvernement israélien cherche à obtenir en continuant à refuser d’en finir avec l’occupation, ou en persistant à commettre les crimes les plus horribles contre la population palestinienne.

Le soir où j’ai décidé de refuser de m’engager dans l’armée israélienne, j’étais chez mon père et je regardais Daniel, mon petit frère d’un an, qui faisait ses premiers pas.

Aucun mot ne peut décrire mes sentiments à ce moment-là mais je me rappelle l’avoir photographié immédiatement, avoir lu, écrit et fait de la musique et imaginé les voyages que nous pourrions faire ensemble.

En arrière fond, il y avait la télévision israélienne qui donnait les informations de la semaine, c’était un vendredi soir et j’ai vu les enfants palestiniens qui lançaient des pierres contre les monstrueux chars israéliens et qui en retour se faisaient tirer dessus.

Un énorme véhicule militaire très sophistiqué était occupé à détruire l’infrastructure de ce qui restait des villes palestiniennes, y compris les écoles et les hôpitaux.

Des douzaines de gens sont tués et blessés tous les jours. Cette nuit-là j’ai réalisé que rejoindre l’armée signifie voler à ces enfants ce dont je rêve pour mon petit frère. Même les choses les plus simples sans lesquelles on n’imagine pas notre vie quotidienne, leur sont volées : le logement, la nourriture, les distractions, la santé et la sécurité personnelle.

Je ne pourrai jamais dire que j’aime mon frère, je ne pourrai jamais rêver d’enfance heureuse pour lui si je prends part à un système qui persécute d’autres enfants. Parce que là où de jeunes enfants sont arrachés de leurs lits la nuit et emprisonnés pour faire cracher des confessions vraies ou fausses à leurs parents il n’y a pas de place pour l’enfance. Et je ne participerai jamais à la création d’un pareil endroit.

Mais il y a plus.

Les évènements dont je vous parle ne sont qu’une petite partie de ce que je sais, et qui n’est qu’une petite partie de ce qui est en train de se produire.

Le colonialisme a toujours engendré des révoltes, qui n’ont jamais cessé jusqu’à la fin de l’Occupation. La terreur affecte nos vies dans tous les domaines possibles et c’est la source de la détérioration de la société israélienne. Continuer et maintenir l’Occupation c’est continuer et maintenir la terreur. A divers moments, j’ai été déçu par ces leaders israéliens qui nous promettaient la paix et ne tenaient pas leur promesse.

J’observe la chute de l’Etat d’Israël et je ne veux pas contribuer à cette chute. Je ne participerai pas à la création d’un endroit où mon frère peut être blessé toutes les fois qu’il sort de chez lui. Je ne sais pas ce que le gouvernement israélien cherche à obtenir en continuant à refuser d’en finir avec l’occupation, ou en persistant à commettre les crimes les plus horribles contre la population palestinienne.

Est-ce le désir de créer un transfert spontané ou de briser le courage du peuple palestinien et son aspiration à l’indépendance et à la liberté ? Je n’en sais rien.

Tout ce que je sais c’est que seul le mal peut sortir de ces fléaux, de ces actions corrompues et immorales. Je ne peux y participer.

Je ne me rappelle pas combien de fois j’ai parlé à mon petit frère au cours de mes cinq mois de prison et essayé d’expliquer à ce petit enfant de trois ans ce que c’est que la prison et pourquoi je ne peux aller le voir. Mais quand il sera grand, je serai en mesure de lui dire que j’ai fait tout cela pour lui, grâce à lui et que je n’avais pas le choix

Source : www.refuz.org.il/

Traduction : CS pour ISM-France

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Israël

Même sujet

Objecteurs de conscience

Même date

15 septembre 2004