Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 8527 fois

Gaza -

Affamer Gaza pour Noel

Par

Vous savez que ça va mal à Gaza lorsque le Times londonien de M. Murdoch annonce que des familles dans la bande de Gaza mangent de l'herbe alors qu’Israel verrouille les frontières.
Le Times est l'un des nombreux médias des grands groupes internationaux dont le constant penchant pro-israélien a aidé à créer le contexte de la tragédie qui se déroule actuellement en Palestine.
Aujourd'hui, nous apprenons que la cruauté fonctionne bien. Il y a une énorme famine aux portes de l'Europe, délibérément provoquée par la puissance occupante.

Affamer Gaza pour Noel


Photo : Un enfant affamé à Gaza

Marie Colvin témoigne :
Alors qu'un convoi de camions bleus et blancs des Nations Unies chargé de nourriture attendait la nuit dernière l'autorisation israélienne d'entrer à Gaza, Jindiya Abu Amra et sa fille de 12 ans partaient ramasser l'herbe pour faire vivre maintenant la famille.

"Nous avons eu un repas aujourd'hui – khobbeizeh (*)", dit Abu Amra, 43 ans, en montrant les feuilles des plantes qui poussent le long des rues de Gaza. "Tous les jours, je me lève et je me mets à la recherche de bois et de plastique pour remplacer le fuel, et je mendie. Lorsque je ne trouve rien, nous mangeons de l'herbe."

Israël contrôle les frontières et ne permet l’entrée de provisions humanitaires que de façon sporadique. Les familles n’ont eu de l'électricité que pendant six heures par jour la semaine dernière. Le gaz de cuisson n’est disponible que grâce aux tunnels illégaux qui vont en Egypte, et la semaine dernière son prix a grimpé de 80 shekels (15 Euros) la bouteille à 380 shekels (72 Euros).

Les Nations Unies, qui ont la responsabilité du million de réfugiés dans la bande de Gaza, sont désespérés. "L'économie a été écrasée et il n'y a pas d’importations ou d’exportations", a déclaré John Ging, le directeur de son agence de secours et de travaux. «Il y a deux semaines, pour la première fois en 60 ans, nous avons manqué de nourriture", dit-il. "Nous étions habitués à avoir de 70 à 80 camions par jour, maintenant nous n’avons que 15 camions par jour, et seulement lorsque la frontière est ouverte. Nous tirons le diable par la queue."

Il a quatre jours de nourriture en stock à distribuer aux plus désespérés - et sans savoir si Israël va rouvrir la frontière. La famille Abu Amra pourrait devoir manger de l’herbe pendant un certain temps.

Dans TruthDig, Chris Hedges parle du «crime contre l'humanité d’Israël dans la bande de Gaza.

Gaza passe maintenant 12 heures par jour sans électricité, ce qui peut être une condamnation à mort pour les personnes gravement malades dans les hôpitaux. Il y a peu de médicaments et peu de remèdes, et aucun médicament contre le cancer ou la mucoviscidose.

Les hôpitaux ont des générateurs, mais manquent souvent de carburant. Le matériel médical, dont l'un des trois scanners de la bande de Gaza, a été détruit par les surtensions et les fluctuations.

Le personnel médical ne peut pas contrôler la température des incubateurs pour les nouveau-nés. Et Israël a annulé la plupart des visas de sortie, ce qui signifie que certains de ceux qui ont besoin de soins spécialisés, y compris des patients atteints de cancer et ceux qui ont besoin de dialyse, sont décédés.

"C’est macabre», a dit Richard Falk, le rapporteur spécial des Nations Unies. "Je ne sais pas du tout ce qui correspond exactement à cette situation. Les gens font référence au ghetto de Varsovie comme étant la plus proche ressemblance de l'époque moderne."

"Il n'existe pas de structure d'une occupation qui ait duré pendant des décennies et aient entraîné ce type de situation d'oppression», a ajouté le rapporteur.

"L'ampleur, l’intention délibérée, les violations du droit international humanitaire, l'impact sur la santé, la vie et la survie et les conditions générales exigent la qualification de crime contre l'humanité. Cette occupation est l'intention exacte de l'armée et des autorités civiles israéliennes. Ils sont responsables et doivent rendre des comptes."


Un autre triste Noël pour la Palestine

L’objectif du siège israélien est, manifestement, de briser le Hamas, le groupe islamique radical qui a été élu au pouvoir en 2007. Mais le Hamas a proposé à maintes reprises des trêves à long terme avec Israël et a proposé de négocier une trêve permanente. Au cours du dernier cessez-le-feu, négocié par des intermédiaires égyptiens en juillet, le Hamas a respecté la trêve même si Israël a refusé d'alléger le blocus.

C'est Israël qui a, le 4 novembre, lancé une attaque armée qui a violé la trêve et tué six Palestiniens. C'est seulement alors que le Hamas a repris les tirs de roquettes sur Israël. Les Palestiniens ont lancé plus de 200 roquettes sur Israël depuis que le dernier cycle de violence a commencé. Il n'y a pas eu de victimes israéliennes.

Il semble que ces remarques - et d'autres de la même veine - du professeur juif américain Falk ont été trop difficiles à supporter pour les Israéliens.

Dire de telles choses sur l'Etat juif d’Apartheid en Palestine est très certainement un «discours de haine» - qu’il soit ou non le rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits de l'homme dans les territoires palestiniens représentant l'humanité dans son ensemble.

C'est le genre de discours qu'ils détestent.

Dans un geste qui illustre comment l’État sioniste est tombé bien bas, il a expulsé Falk alors qu’il entrait Israël pour se rendre à Ramallah Occupée, en le renvoyant aux États-Unis.

Les dirigeants de l’Etat d’Apartheid d'Israël sont-ils devenus complètement cinglés ? Cela semble possible. Sur quelle planète pensent-ils être ?


Bien sûr, c'est une chose de s’en plaindre depuis la relative immunité d'un autre continent. C’en est une autre que de vivre dans la même région que ce violent État voyou. Les Palestiniens méritent admiration et respect pour leur résistance opiniâtre.

Mel Frykberg fait remarquer que la trêve à Gaza arrive à expiration. Il envisage quelques scénarios possibles, chacun d'entre eux plus déprimants que les autres.

Les occupants ont un certain succès dans la séparation des Gazaouis des Palestiniens de Cisjordanie , non seulement par la mise en place d’un isolement géographique, mais en travaillant à élargir le fossé politique.

Il y a clairement un débat en Israël sur jusqu’où torturer les Palestiniens.

Le Premier Ministre israélien se vante qu’Israël est la «seule démocratie au Moyen-Orient».

La vérité, c'est que la démocratie israélienne est un oxymore.

Le monde n’a considéré à aucun moment que l'apartheid sud-africain était "démocratique". L'apartheid d'Israël n'est pas différent.

(*) "ça avec du pain" (ndt)


Pas de greffon vidéo disponible...

Source : http://sydwalker.info//

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Gaza

Même sujet

Blocus

Même date

18 décembre 2008