Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2304 fois

Palestine occupée -

Agissez pour la libération de Khalida Jarrar, députée palestinienne en détention arbitraire

Par

Khalida Jarrar, députée au Conseil Législatif Palestinien (CLP), a été arrêtée par les forces militaires israéliennes après un raid à son domicile à Ramallah, le 2 avril dernier à 1h du matin et condamnée à 6 mois de détention administrative sans procès. Depuis sa cellule, elle lance un appel au monde libre dans une lettre ouverte (pour la lire, cliquez ici). Écrivez à Laurent Fabius en quelques clics pour demander sa libération.

Agissez pour la libération de Khalida Jarrar, députée palestinienne en détention arbitraire

Khalida Jarrar a consacré les dernières 20 années de sa vie à défendre avec détermination les droits humains, notamment les droits des femmes et ceux des prisonniers politiques palestiniens. Khalida Jarrar est également l’actuelle vice-présidente du Conseil administratif de l’Association palestinienne pour la Défense des Prisonniers politiques et des droits de l’Homme, Addameer, et présidente du comité des prisonniers au CLP. Elle représente la Palestine au Conseil de l’Europe.

Le parquet militaire israélien a présenté l’acte d’accusation contre Khalida Jarrar à la Cour militaire d’Ofer, le mercredi 15 avril 2015. Les douze accusations portées contre elle tournent autour de son rôle au sein du CLP, de ses responsabilités politiques, ainsi que sa campagne pour les droits des prisonniers politiques. D’autres accusations font l’objet d’un « dossier secret » auquel même ses avocats n’ont pas accès. Son audition, qui devait avoir lieu le 29 avril dernier, a été soumise à plusieurs reports, pour finalement se tenir le 21 mai dernier.

Lors de l’audience à la cour militaire d’Ofer, le juge Ronen Atsmon a indiqué qu’il n’avait pas été convaincu que Khalida Jarrar posait un danger pour la sécurité de la région ; estimant que les accusations portées contre elle se basaient sur des faits datant de 2011, et que le dossier secret ne contenait pas suffisamment de preuves.

En conséquence, le juge a rendu la décision de libérer Khalida Jarrar en attendant la fin du procès, contre une caution de 20.000 shekels (4.630 €) avec des garanties de tiers.

Le procureur militaire israélien a fait objection à la décision, il a demandé un délai pour procéder un appel contre cette décision et il avait averti le tribunal que dans le cas où elle est relâchée, il avait l’intention de demander un ordre de détention administrative de la part du commandant militaire contre Khalida Jarrar. Par la suite le juge a accepté de garder Khalida Jarrar en détention le temps que le parquet prépare son appel.

L’appel a été présenté à la cour militaire le 25 mai, il a été accepté par le juge militaire le 28 mai. En conséquence, Khalida Jarrar est maintenue en détention administrative sur la base d’informations secrètes, infirmant la décision précédente de libération sous caution.

Ces faits se produisent dix mois après la décision du tribunal militaire israélien qui a tenté de la transférer de force le 20 août 2014 de Ramallah - où elle demeure et travaille - à Jéricho. En réaction à cette décision arbitraire, elle avait campé devant le siège du CLP et avait reçu un important soutien international qui avait permis l’annulation de l’ordre militaire le 16 septembre 2014.

L’arrestation de Khalida Jarrar ainsi que celle d’autres membres du Parlement palestinien et leur transfert de force du territoire occupé à un autre, sont des violations des articles 49 et 76 de la Quatrième Convention de Genève et des conventions et pratiques internationales concernant l’immunité des élus. Les parlementaires palestiniens sont souvent maintenus en détention administrative sans inculpation ni jugement, ou encore jugés par des tribunaux militaires devenus un véritable outil de répression politique, et qui ne répondent en aucun cas aux normes d’un procès équitable.

Suivez la campagne internationale pour la libération de Khalida Jarrar : www.freekhalidajarrar.org

Source : Plateforme Palestine

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Palestine occupée

Même sujet

Prisonniers

Même date

16 juin 2015