Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 4599 fois

Palestine occupée -

Ahmad Manasrah, jeune palestinien de 14 ans, condamné à 12 ans de prison par Israël

Par

Lundi 7 novembre, un tribunal israélien a condamné Ahmad Manasrah, 14 ans, à 12 ans de prison ainsi qu’à des amendes s’élevant à 180.000NIS (43.000€). L’avocat palestinien Jamid Saadeh a noté, lors de l’inculpation d’Ahmad en mai dernier, que « l’occupation a délibérément maintenu le jeune Ahmad Manasrah en prison dans un centre de rééducation jusqu’à ce qu’il atteigne l’âge légal pour une condamnation, selon la loi israélienne, qui est de 14 ans… La cour n’a tenu aucun compte des souffrances qu’il a éprouvées dès le début de sa détention, blessé, attaqué et insulté, traité à l’intérieur de l’hôpital comme une menace, et confronté aux hurlements des fonctionnaires pendant l’interrogatoire ; tous ces faits ont été filmés et condamnent l’occupation. »

Ahmad Manasrah, jeune palestinien de 14 ans, condamné à 12 ans de prison par Israël

Ahmad, 14 ans, a été accusé d’avoir participé à une opération au couteau contre des colons israéliens dans la colonie de Pisgat Ze’ev, à Jérusalem Est, alors qu’il avait 13 ans. Ahmad était avec son cousin de 15 ans à l’époque, Hassan Manasrah (photo ci-dessous), le 12 octobre 2015. Hassan a été abattu par des colons dans la rue, tandis qu’Ahmad était renversé en voiture par des colons et grièvement blessé.

Photo


La vidéo montrant des colons hurlant et insultant Ahmad en sang, et lui criant qu’il devait mourir, a été largement diffusée dans les médias sociaux.



Deux colons ont été blessés dans l’incident, alors qu’Ahmad était grièvement blessé, et qu’Hassan perdait la vie. Hassan est l’un des 57 enfants palestiniens tués par les forces israéliennes depuis le 5 octobre 2015.

Ahmad Manasrah a été inculpé par les tribunaux israéliens en mai et condamné aujourd’hui à 12 ans de prison. Dans les tribunaux israéliens, dans les affaires de « sécurité », les jeunes palestiniens n’obtiennent pas de réduction de peine malgré leur jeune âge. Au lieu de cela, pour chaque inculpation sur une accusation passible d’une peine maximale de plus de six mois, les enfants de 14 ans et plus sont condamnés de manière identique aux adultes de plus de 18 ans. Ces charges comprennent le jet de pierres, l’appartenance à une organisation interdite ou l’incitation par des publications dans les réseaux sociaux. Les enfants palestiniens sont également détenus sans inculpation ni jugement en détention administrative.

L’application de très longues peines aux enfants palestiniens est une tendance croissante dans les tribunaux militaires et autres cours israéliennes, comme illustré par le cas de Muawiya Alqam (photo ci-dessous), 14 ans, condamné à six ans et demi de prison, et l’affaire en cours de Nurhan Awad, 17 ans, contre qui une peine de 15 ans est requise.

Photo

Le cas de Nurham est étonnamment similaire à celui d’Ahmad ; elle était avec sa cousine, Hadeel, qui a été abattue par des colons israéliens alors que Nurham était grièvement blessée.

Photo
Hadeel (à gauche) et Nurham Awad


L’interrogatoire d’Ahmad a été lui aussi enregistré ; plusieurs enquêteurs font pression sur lui, lui hurlent dessus alors qu’il affirme ne pas se souvenir de l’incident.



Ahmad est l’un des près de 400 enfants détenus dans les prisons israéliennes. Ils sont régulièrement soumis à la torture et aux mauvais traitements pendant les interrogatoires, à l’isolement, aux coups et aux coups de pieds par le personnel militaire de l’occupation, menacés d’agression sexuelle et autres formes d’abus, comme rapporté par Defence for Children International Palestine. Ils sont aussi interrogés hors de la présence d’un parent ou d’un avocat.

Le Réseau de solidarité avec les prisonniers palestiniens Samidoun condamne la sentence de Ahmad Manasrah et exige sa libération immédiate, ainsi que celle de tous les enfants palestiniens emprisonnés. Nous appelons en outre à une action internationale pour obliger l’Etat israélien à respecter la Convention des Nations Unies sur les droits de l’enfant, et pour mettre fin à l’aide et à l’assistance militaire internationale qui financent l’emprisonnement et la torture des enfants palestiniens. L’emprisonnement, l’oppression et le meurtre des enfants palestiniens tels que Ahmad et Hassan Manasrah par l’occupation israélienne fait partie intégrante du projet colonial israélien en Palestine, et la seule véritable liberté des enfants palestiniens ne sera garantie que par la liberté du peuple palestinien et de la terre palestinienne.


Source : Samidoun

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Palestine occupée

Même sujet

Enfants

Même auteur

Samidoun