Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 3865 fois

Moyen Orient -

Albawaba: Malgré l'interdiction, Leviev va vendre des bijoux lors du Gala d’ouverture de l’Hôtel Atlantis à Dubaï

Par

Adalah-NY a appris que les bijoux du milliardaire israélien et du constructeur de colonies, Lev Leviev, seront vendus lors du gala d’ouverture cette semaine du luxueux hôtel Atlantis, The Palm à Dubaï. En dépit de la construction de colonies israéliennes par Leviev et des affirmations des dirigeants des Émirats Arabes Unis que Leviev ne recevra aucune autorisation pour y vendre ses bijoux, la coalition pour les droits de l’homme basée à New York, Adalah-NY, a confirmé que les bijoux de Leviev sont en vente dans la succursale l'Atlantis de la chaine de bijouteries Levant sur la légendaire île de Palm Jumeirah.

Adalah-NY a également entendu d'une source de Dubaï que Leviev assistera en personne aux manifestations d'ouverture, mais le groupe n'a pas été en mesure de corroborer cette information. Un communiqué de presse sur le site internet d’Atlantis affirme que le gala d'ouverture, fixé aux 20 & 21 Novembre, "se terminera dans un feu d'artifice géant", et que parmi les invités se trouveront des PGDs, des chefs d'entreprises, des politiciens, des acteurs et des musiciens et les membres de la famille royale de Dubaï."

Adalah-NY a obtenu des photos de bijoux Leviev exposés en vue dans les vitrines du magasin Levant à Atlantis, avec le nom et le logo de Leviev inscrits sur une vitrine. Les bijoux et l’emblème de Leviev sont présentés dans le magasin Levant de l'Hôtel Al Qasr. Leviev indique Dubaï comme étant un lieu de stockage sur le devant de sa boutique de Madison Avenue à New York, et sur les dernières publicités de Leviev parues dans le New York Times.

Avant la campagne de sensibilisation d’Adalah-NY et des Juifs contre l'Occupation-NYC, Leviev avait annoncé ses projets d’ouvrir deux magasins Leviev à Dubaï et de vendre ses produits dans un troisième magasin en partenariat avec son partenaire local, Arif Ben-Khadra, qui est d’origine-palestino-marocaine. Suite à l’article paru le 30 avril dans le Gulf News de Dubai, Ali Ebrahim, directeur général adjoint des Affaires Commerciales à Dubaï, avait déclaré que Leviev ne serait pas en mesure de faire des affaires à Dubaï. "Nous sommes au courant de ces reportages et nous n’avons pas accordé de licence commerciale à une entreprise de ce nom. Si une telle demande nous parvenait, nous agirions en conséquence», a déclaré Ebrahim.

En outre, Ebrahim avait déclaré au journal que les citoyens israéliens ne sont pas autorisés à faire des affaires à Dubaï, et que des "mesures de précaution" s’assurent de cela. Ebrahim avait laissé entendre que Leviev ne serait pas en mesure de faire des affaires par l'intermédiaire d'un partenaire local. "Il n'y a pas d’échappatoires», avait-il dit. "Nous vérifions les historiques des entreprises qui déposent des demandes."


Leviev a bâti son énorme fortune dans le commerce des diamants à l’époque de l'apartheid en Afrique du Sud. Sa société de mines de diamants travaille en partenariat avec le régime oppressif du gouvernement angolais. Le New York Magazine avait signalé en 2007 que l'Angola, "Une entreprise de sécurité travaillant en sous-traitance pour Leviev a été accusée ... de participer à des pratiques d’«humiliation, de coups de fouet, de torture, de sévices sexuels, et, dans certains cas, d’assassinats "." Aussi, selon les organismes de surveillance de l’industrie du diamant, Partenariat Afrique Canada, Angola et Leviev ne se conforment pas pleinement au Processus de Kimberley.

En Cisjordanie , les entreprises Leviev ont construit des colonies pour Israéliens seulement telles que Ma'ale Adumim, Mattityahu-Est et Zufim sur des terres palestiniennes volées. Selon Stop the Wall, Leviev est actuellement en train d’agrandir la colonie de Zufim avec 45 logements sur des terrains appartenant au village de Jayyous (voir photo).

Jayyous continue d’organiser des manifestations non violentes contre la confiscation de leurs terres. Toutes les colonies de peuplement israéliennes sont illégales en vertu du droit international.

L'UNICEF et Oxfam ont tous deux rejeté le soutien de Leviev en raison de ses violations des droits de l'homme, et le gouvernement britannique est sous pression pour qu’il annule son accord de location concernant sa nouvelle ambassade à Tel-Aviv.

Daniel Lang/Levitsky d’Adalah-NY a déclaré que "Dubaï a affirmé qu’il avait fermé toutes les échappatoires, mais nous avons vu que cela était manifestement faux. Les bijoux Leviev seront présentés et vendus dans un grand hôtel à Dubai.

En permettant une telle violation flagrante de ses propres lois, Dubaï a ridiculisé sa promesse de boycott de Leviev. Les habitants du village de Jayyous et de Bil'in, dont les colonies de Leviev sont situées sur leurs terres volées, seront attristés et indignés, comme tous les défenseurs des droits de l’homme dans le monde entier. "

Source : http://www.palsolidarity.org/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Moyen Orient

Même sujet

Boycott

Même auteur

Adalah

Même date

19 novembre 2008