Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1822 fois

Gaza -

Art portuaire : sur le siège, sur le massacre, sur la soif de vivre

Par

Dans un petit studio d’une ruelle de Gaza Ville, Salman Nawati a installé la première exposition en solo de ses peintures, accompagnée de vidéos. Ses toiles se concentrent sur la vie dans le port de Gaza, englobant en même temps ce qu’il ressent de la vie sous siège et le massacre israélien à Gaza. Les couleurs sont éclatantes, comme le sont les images et les idées.

La toile qui est pour moi de loin la plus parlante est une peinture tactile d’une simple « hassaka » palestinienne (petite barque à rames de la taille d’un bateau de pêche), abandonnée au milieu du fouillis du port détruit, en ruines.

Dans ses peintures, l’artiste montre les filets de pêche ; les frustrations des plus 3.500 pêcheurs de Gaza sautent de la toile [l’industrie de la pêche était jadis florissante à Gaza, avant le siège imposé par Israël, avant les restrictions israéliennes arbitraires des zones de pêche des 20 miles accordés par Oslo aux actuels moins de 3 miles. Des navires de guerre israéliens lourdement armés contrôlent cette limite, dont ils décident comme ils veulent, en tirant et en bombardant les pêcheurs palestiniens, en détruisant les bateaux, les petites « hassakas » et l’équipement de pêche. Et les soldats israéliens enlèvent systématiquement les pêcheurs palestiniens dans les eaux de pêche palestiniennes.]

Une toile montre plusieurs « hassakas », échouées sur la plage, inutilisées, attendant la fin du siège et la reprise de la vie.

Sur une autre, un « saber », un cactus, a poussé entre les bateaux de pêche abandonnés.

Puis, le port lugubre, sur fond de Gaza bombardée.

Sur une autre toile, des pêcheurs réparent leurs filets [sous le siège, les matériaux pour les filets sont impossibles à trouver. Ceux qu’on trouve arrivent par les tunnels, ils sont chers, et les pêcheurs, qui peinent à survivre, ne peuvent pas les acheter.]

Une toile me fait penser à Ghassan Kanafani… et à Van Gogh.

Et d’autres sont juste le reflet de ce qui a attiré l’œil de l’artiste autodidacte…

Les toiles de Nawati sont en vente. Si vous le souhaitez, je peux vous mettre en contact avec lui. (contact@ism-france.org)

Salman Nawati dans une vidéo artistique, en collaboration avec Muhammad Al-Halabi


Pas de greffon vidéo disponible...

Source : In Gaza

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Gaza

Même sujet

Résistances

Même auteur

Eva Bartlett

Même date

13 octobre 2009