Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2175 fois

Naplouse -

Assassinat extrajudiciaire des Forces d’Occupation Israélienne dans le camp de réfugiés de Balata à Naplouse

Par

Le vendredi 18 avril, Hani Kabi, 21 ans, recherché par l'armée israélienne, a été assassiné par les forces spéciales de l'armée israélienne dans le camp de réfugiés de Balata à Naplouse.
À 2 heures du matin, plus d'une vingtaine de jeeps israéliennes sont entrées dans le plus grand camp de réfugiés de Cisjordanie, les soldats ont cerné le quartier de la vieille mosquée dans le centre du camp et ont envahi plusieurs maisons à proximité de l'endroit où se trouvait Hani.

Assassinat extrajudiciaire des Forces d’Occupation Israélienne dans le camp de réfugiés de Balata à Naplouse


Hani séjournait dans la maison de la famille Al 'Arsi où habitent six familles. Les soldats ont commencé à tirer à balles réelles par les fenêtres de la chambre à coucher alors que la famille dormait. La famille a été ensuite contrainte de sortir dans la rue où les soldats jetaient des bombes assourdissantes sur les enfants et menaçaient de démolir sa maison.

Toute la famille a ensuite été forcée de se déshabiller entièrement, malgré le froid, même Malak, la petite fille de deux ans et demi. Les soldats ont particulièrement insisté sur le fait que la grand-mère âgée retire elle aussi tous ses vêtements. Samer Abu Leil, 26 ans, a été arrêté de même que son père de 59 ans qui a été kidnappé par les Forces d’Occupation Israélienne. La famille ne sait pas encore où les hommes sont détenus.

Les soldats ont ensuite occupé la maison pendant toute la durée de l'opération d'assassinat, qui a pris trois heures. Lorsque l'assassinat a été perpétré, les soldats ont ensuite saccagé la maison, cassé un lit et renversé tous les meubles et jeté les vêtements à terre.

Dans le même temps, la maison voisine appartenant à la famille Kassim était aussi occupée. Des soldats israéliens ont forcé la serrure de la porte et sont entrés en silence pendant que la famille dormait. L’un des hommes de la famille a pensé qu’il y avait des voleurs dans sa maison, et il est descendu et a commencé à attaquer les soldats dans le noir. Il a rapidement été plaqué au sol et menotté ainsi que son frère et son père qui étaient eux aussi descendus, en entendant le bruit.

Les soldats leur ont dit : «Si vous dites quoi que ce soit, nous allons vous tuer."
Les soldats ont ensuite utilisé le toit de la maison Kassim pour tirer sur la maison des Al 'Arsi où se trouvait Hani.
Pendant cette occupation de maison, les soldats ont cassé la télévision et chaîne hi-fi, brisé les fenêtres et uriné partout dans la salle de bains. Quand les propriétaires de la maison leur ont demandé d’expliquer pourquoi ils se comportaient ainsi, un soldat a répondu : «Je peux faire tout ce que je veux".
Ce n'est pas la première fois que la famille Kassim est victime d’une occupation de ce genre puisqu’elle a déjà vécu une expérience similaire il y a à peine trois mois.

L’assassinat extrajudiciaire d’Hani s’est déroulé sur le toit de la maison après qu’il se soit rendu volontairement et pacifiquement quand il a appris que la famille avait pu sortir de la maison et qu’elle était en sécurité. Selon la famille, il s'est excusé avant de se rendre en disant : "pardonnez-moi, je suis désolé", en évoquant le fait que sa présence avait attiré les soldats israéliens dans leur maison.

Il a été tué par ce que les habitants appellent « une bombe inerte », une bombe tirée d'un fusil M16, et ensuite les soldats ont criblé son corps de balles sous les yeux de son ami Samer qui a été forcé de regarder.

Les membres de la famille ont empêché la mère d’Hani de voir son corps, étant donné les graves blessures infligées à son visage.

Hani était en dernière année d'une maitrise de français à l'université An Najah. Il a été enterré vendredi soir par ses parents, ses cinq frères et quatre sœurs et ses amis.

Le camp de réfugiés de Balata avait été envahi par les soldats israéliens chaque soir la semaine précédente, et neuf personnes ont été kidnappées au cours de la semaine.

Les habitants estiment que cinq à dix personnes sont kidnappées chaque semaine à Balata et 40 dans l’ensemble de la Cisjordanie .


Source : http://www.palsolidarity.org/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Naplouse

Même sujet

Assassinats ciblés

Même auteur

ISM

Même date

20 avril 2008