Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 5523 fois

Bilin -

Bil'in : La violence de l'armée était encore au rendez-vous

Par

Je me tenais à côté d'un jeune homme palestinien qui distribuait l'eau aux manifestants quand il a été soudain touché par une balle en caoutchouc à la tête.
Il s'est immédiatement effondré, le sang coulait de sa tête, et plusieurs personnes se sont précipitées pour le mettre dans une ambulance.
Quand j'ai vu cet homme visé par un soldat israélien, j'ai réalisé à quel point l'occupation brutale avait atteint un nouveau degré.

Pour marquer les 1 an d'anniversaire de la décision de la Cour Internationale de Justice qui a jugé illégale le Barrière d'Annexion construite par Israël, des centaines de villageois, des Palestiniens des villages environnants, des internationaux et des Israéliens ont manifesté à Bil'in vendredi.

La population de Bil'in avait construit une grande balance haute de trois mètres, avec Israël d'un côté et le reste du monde de l'autre côté, et "Israël" pesait bien plus lourd que le "monde." La balance représentait la balance symbolique de la justice et il y avait un drapeau américain au dessus.

Par cela, les gens de Bil'in voulaient transmettre le message que pour les Etats-Unis, ce que veut Israël est bien plus important que ce que veulent tous les peuples du monde entier.

Avec la balance, des affiches et des drapeaux palestiniens, nous avons marché jusqu'au tracé du mur en scandant des slogans en arabe et en appréciant la musique du taxi qui nous accompagnait le long de notre route.

A plusieurs centaines de mètres, nous nous sommes heurtés aux soldats israéliens et à la police des frontières que nous attendaient derrière un barrage routier qu'ils avaient installé avec des blocs de béton et du barbelé.

Les soldats avaient également placardé des documents près de la barrière pour nous prouver que le secteur au delà du barrage routier était une Zone Militaire Fermée.

Lorsque nous avons atteint le barrage routier, nous avons scandé des slogans en anglais, en arabe, et en hébreu, et puis nous nous sommes arrêtés pour la prière de midi.

Après la prière, il y a eu quelques négociations entre les villageois et le commandant de l'armée israélienne et les manifestants ont enlevé le fil barbelé qui se trouvait en travers de la route au mur.

Quelques moments plus tard, les soldats et la police ont commencé à tirer le gaz lacrymogène, les bombes assurdissantes, et les balles en caoutchouc sur la foule de manifestants et certains des jeunes Palestiniens ont commencé à jeter des pierres en direction des soldats.


A ce moment là, la manifestation s'était dispersée dans le village, et les soldats ont suivi les manifestants, en continuant à tirer impitoyablement des balles en caoutchouc et quelques balles réelles.

Je me tenais à côté d'un jeune homme palestinien qui distribuait l'eau aux manifestants quand il a été soudain touché par une balle en caoutchouc à la tête.

Il s'est immédiatement effondré, le sang coulait de sa tête, et plusieurs personnes se sont précipitées pour le mettre dans une ambulance.

Quand j'ai vu cet homme visé par un soldat israélien, j'ai réalisé à quel point l'occupation brutale avait atteint un nouveau degré. Cet homme offrait simplement de l'eau à ses amis et les invitait dans son village quand il a été blessé.

Être palestinien semble être une raison suffisante pour que les militaires israéliens tirent des armes mortelles sur une personne.

Au moins quatre autres Palestiniens ont été blessés dans cette manifestation, et deux, dont l'homme visé à la tête, ont dû passer la nuit à l'hôpital.

La dernière information que j'ai reçu à son sujet, le lendemain, était qu'il était en soins intensisf, avec un hémorragie interne, et sans connaissance en raison de ses blessures.



Nouvelles de Ramzi Yasin
10 Juillet 2005

Ramzi Yasin, 24 ans, est toujours dans un état critique. Il a reçu une balle en caoutchouc à la tête pendant la manifestation contre le mur de vendredi à Bil'in. Ramzy a été transféré à l'hôpital Muqassed à Jérusalem en raison de la détérioration de son état.

Source : www.palsolidarity.org

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Bilin

Même sujet

Résistances

Même date

10 juillet 2005