Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1911 fois

Bilin -

Bil'in donne un cours d'histoire à l'armée

Par

A 12h, la protestation hebdomadaire contre la barrière d'Apartheid de Bil’in démarrait.
Le groupe est sorti du village avec à sa tête une banderole illustrant la Palestine : d'abord avec une carte d'avant sa partition en 1948, puis une autre carte de 1967, ensuite une carte 2002-2005 montrant en tant que territoire palestinien : Gaza et une petite enclave de la Cisjordanie, et enfin un point d'interrogation pour le futur.

A 12h, la protestation hebdomadaire contre la barrière d'Apartheid de Bil’in démarrait.
Le groupe était composé d'une centaine de 100 personnes, composé en majorité d'hommes palestiniens locaux et accompagnés d'environ 40 Israéliens et internationaux.

Le groupe est sorti du village avec à sa tête une banderole illustrant la Palestine : d'abord avec une carte d'avant sa partition en 1948, puis une autre carte de 1967, ensuite une carte 2002-2005 montrant en tant que territoire palestinien : Gaza et une petite enclave de la Cisjordanie , et enfin un point d'interrogation pour le futur.

Au niveau de la barrière, il y avait environ 15 soldats qui attendaient, mais le groupe n'a pas poursuivi sur cette route et au lieu de cela a dévié en passant par les oliveraies pour se diriger jusqu'à la carrière de la construction où environ 15 autres soldats attendaient.

Les protestataires ont dépassé les gardes sans être gênés et plusieurs membres pouvaient mesurer la montagne de pierres dans la carrière.

Ils sont restés sur la colline pendant une vingtaine de minutes jusqu'à ce que le nombre de soldats grossissent, une quarantaine - ils ont alors demandé aux gens de quitter les rochers dangereux où les soldats et les protestataires glissaient et trébuchaient. Il n'y a pas eu de blessés sérieux.

L'extraction de la terre continuait quand même. Quand les camions sont arrivés vers le secteur occupé de la colline, les protestataires se sont assis sur la route, stoppant tout mouvement pendant plus qu'une demi-heure, ce qui a mis très en colère les chauffeurs.
Les roches et la terre sont utilisées pour les fondations de la barrière.

Pendant ce sit-in, la banderole montrant la terre de la Palestine était tenue bien en évidence face à la ligne des soldats qui bloquait le chemin entre les protestataires et les engins.

Un des protestataires israéliens a saisi l'occasion de donner un cours d'histoire aux soldats pendant 15 minutes : il s'est dirigé vers la carte, a insisté sur les saisies de terre, a parlé des projets du Premier Ministre Ariel Sharon et a demandé aux soldats de participer à la manifestation.

Personne parmi les soldats n'a osé faire un commentaire ou poser des questions. Ils n'étaient pas de très bons étudiants, malgré leur apparence attentive.

Pendant ce temps, quelques internationaux chantaient : "Où sont parties les fleurs ?" ou "où sont les oliviers? Tous arrachés... Apprendront-ils un jour ?" et "Où sont les soldats ? Ils occupent tous la Palestine... Apprendront-ils un jour ?".

Ensuite le groupe s'est dispersé quand l'armée à tiré du gaz lacrymogène en direstions des jeunes avec des pierres qui s'étaient repliés parmi les oliviers. Environ 25 boîtes métalliques ont été tirées.

Source : www.palsolidarity.org/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Bilin

Même sujet

Non Violence

Même auteur

Sarah

Même date

25 novembre 2005