Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1364 fois

Bilin -

Bil’in rejette la version US du “nouveau Moyen-Orient”

Par

Aujourd’hui, les gens de Bil’in et leurs partisans israéliens et internationaux ont marché vers le Mur de l’apartheid, portant un cercueil drapé des drapeaux palestinien et libanais.
Sur le côté du cercueil on pouvait lire "le nouveau Moyen-Orient", en référence à l’annonce de Condolezza Rice : "C’est le moment d’un nouveau Moyen-Orient" qui a suivi l’envoi par les Etats-Unis de missiles de haute précision à Israël.

Bil’in rejette la version US du “nouveau Moyen-Orient”



Raad Amer, militant palestinien d’ISM a expliqué : « Ce plan de paix pour un nouveau Moyen Orient made in USA mourra, comme tous les précédents que les Etats-Unis et Israël ont essayé d’imposer : la Feuille de Route, Oslo, etc. ».

La manifestation, d’une centaine de personnes, a traversé le village et a pris une autre route que celle prise habituellement, scandant des slogans et leurs vêtements tachés de peinture rouge, pour rappeler les Palestiniens et les Libanais tués par Israël pour mettre en œuvre son nouveau projet pour le Moyen-Orient.

Le Comité Populaire a décidé de modifier le trajet de la manifestation parce que les soldats israéliens étaient déjà stationnés le long de la route et au milieu des arbres où passent habituellement les marcheurs. A la place, ils ont choisi un chemin emprunté par les fermiers et les bergers et ont atteint le mur à un endroit moins fortifié, au pied de la colline.

Les gens qui portaient le cercueil l’ont posé sur le fil de fer barbelé qui constitue la première des deux grilles du mur qui traverse Bil’in. Eyad Bournat, du Comité Populaire contre le mur et les colonies, est monté dessus pour essayer de s’allonger sur le cercueil mais immédiatement, les soldats ont tiré des bombes sonores sur la foule. Les manifestants se sont éloignés des barbelés mais les tirs ont continué.

Abdullah Abu Rahme, du Comité Populaire lui aussi, a été légèrement blessé au pied par une bombe sonore.

La marche a continué sur le versant de la colline vers la grille du mur, les soldats tirant des bombes sonores et des balles en caoutchouc.

Les marcheurs sont arrivés à la route près du sommet de la colline et ont trouvé là de nombreux soldats stationnés à l’intérieur de la grille et au milieu des arbres.

Le Comité Populaire a alors décidé de revenir vers le village pour éviter que l’armée ne s’en prenne aux manifestants. « Nous devons faire très attention », a dit Mohammed Khatib. « Quatre internationaux ont été tués au Liban et l’armée israélienne peut clamer qu’elle ne l’a pas fait exprès, tout le monde la croit ».

Depuis que l’agression israélienne a commencé contre le Liban et Gaza, les militaires ont accru leur violence contre les protestataires à Bil’in, et c’était évident aujourd’hui, car ils étaient prêts à frapper les manifestants depuis différents endroits.

De plus, la guerre au Liban a éloigné l’attention des médias des protestations non violentes et aujourd’hui, il y avait peu de monde, ce qui rend la situation des manifestants encore plus dangereuse.

Bien que la manifestation ait été plus courte que d’habitude, la poursuite de ces protestations a eu un effet positif sur les dossiers que Bil’in a porté devant la Cour Suprême.

Le 25 juillet, la Cour, par la notification HCJ 143/06, a renforcé l’ordre précédent d’arrêter la construction de la colonie Matityahu Est et de stopper l’installation des résidents dans les appartements vides.

Elle a aussi confirmé que les parcelles sur lesquelles les bâtiments des colonies étaient construits appartenaient aux habitants de Bil’in et que ces bâtiments devaient être détruits pour que la terre revienne à son état antérieur.

La cour a aussi décidé qu’il devait y avoir une route pour les passants et les voitures qui relie le village aux parcelles de terre situées à l’intérieur de la colonie parce que les habitants de Bil’in ont le droit d’être là selon les tribunaux israéliens.

En juin, des familles de Bil’in s’étaient installées dans ces maisons construites sur leurs terres pour attirer l’attention sur le vol des terres, mais avaient été aussitôt chassées par la police israélienne.

Après la manifestation, Khatib a déclaré aux manifestants : "Nous continuerons à lutter car ces actions directes ont mis une pression sur la Cour. Nous venons d’obtenir une petite victoire, et les décisions de la cour nous en apporteront d’autres."

Source : ISM

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Bilin

Même sujet

Non Violence

Même auteur

ISM

Même date

28 juillet 2006