Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1815 fois

Israël -

Ce qu'on n'a pas dit sur la "mutinerie" de Ketziot

Par

Le 22 octobre, à 2 h du matin, les gardiens de la prison israélienne Ketziot, dans le désert du Néguev, se sont mis à fouiller les tentes et les affaires des détenus palestiniens.
La fouille des tentes des prisonniers en pleine nuit est une forme classique de harcèlement, pour empêcher les gens de dormir. Quelques prisonniers ont résisté à la fouille et l'armée a répondu par des tirs de grenades assourdissantes et de gaz lacrymogène dans les tentes, et sur les prisonniers eux-mêmes.

Les médias ont rapporté qu'entre 30 et 250 détenus ont été blessés, et que les forces israéliennes ont utilisé des méthodes non létales pour réprimer les prisonniers.

Les informations israéliennes et internationales ont aussi raconté qu'au cours de la "mutinerie" déclenchée par les prisonniers, ceux-ci ont brûlé leurs propres tentes.

Lors des tirs de gaz lacrymogènes, les grenades sont brûlantes et déclenchent fréquemment des incendies lorsqu'elles tombent près des herbes ou des arbres. Il est bien plus vraisemblable que les Palestiniens n'ont pas mis le feu aux tentes dans lesquelles ils dorment, mais que l'incendie a été déclenché par les grenades lacrymogènes.

L'information selon laquelle l'unité militaire israélienne Nahashon n'a pas utilisé de méthodes "non létales" s'avère elle aussi fausse. Ce que les médias israéliens ou internationaux n'ont pas rapporté, c'est qu'un détenu, Mohammed Al-Ashkar, est mort au Centre médical Soroka, en Israël, d'une balle dans la tête.
Al-Ashkar avait vingt-cinq ans, et il ne lui restait qu'un mois de détention à faire avant d'être libéré.

Les sources ne sont pas précises, certains disent que c'était une balle caoutchouc-métal, d'autres que c'était une balle réelle. Peu importe le type de balle, un homme est mort, et c'est bien une arme létale qui l'a tué.

Si des balles réelles sont utilisées, on peut se demander pourquoi les gardiens de prison ont besoin d'ouvrir le feu sur des prisonniers désarmés. Si c'était une balle en caoutchouc, alors il faut en finir avec cette farce qui consiste à dire que ces balles ne sont pas mortelles.

Pour plus d'informations, vous pouvez appeler :

02 2971824
0542389549
0599943157

Source : ISM

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Israël

Même sujet

Prisonniers

Même auteur

ISM

Même date

23 octobre 2007