Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1037 fois

Liban -

Comment pouvez-vous envoyer un message d'amour avec un missile ?

Par

Mon nom est Usama Abu el-Sheikh, et je suis de Tabaria, en Palestine.
Je suis naturellement un réfugié et je n'ai jamais été dans ma ville natale en Palestine bien que je me sois renseigné auprès de mes grand-pères et que j'aie lu quelques livres à son sujet.
Je n'ai jamais été à Tabaria, mais je suis un Tabarien, et je le resterai, mais je suis aussi de Shatila et je le resterai.

Comment pouvez-vous envoyer un message d'amour avec un missile ?


Ussama Abu el-Sheikh (à droite) et Ali Abunimah dans les ruines romaines de Tyr, Liban, 19 novembre 2005

Bien que j'aie toujours rêvé de correspondre avec mon pays et ma ville natale pour savoir si j'y ai toujours de la famille, j'ai été incapable de le faire parce que le courrier ne fonctionne pas entre le Liban et l'Etat d'Israël.

Ironiquement, seuls les missiles du Hizbullah peuvent être envoyés en Israël. Nous ne sommes pas autorisés à y retourner, mais les missiles vont là où nous ne pouvons pas aller. Mais comment pouvez-vous envoyer un message d'amour à Tabaria avec un missile ?

J'ai dix-neuf ans maintenant, et j'ai grandi dans le camp de Shatila. Quand j'étais enfant, je voulais faire beaucoup de choses, parfois docteur, parfois ingénieur ou journaliste. Quand j'étais enfant, vous savez, je pouvais rêver de ce que je voulais et je voulais beaucoup de choses.

Pourtant, quand j'ai grandi, mes rêves ont commencé à être frappés par ma réalité, par mon statut de réfugié au Liban où nous n'avons aucun droit civique.

Étant l'ainé d'une mère veuve avec sept enfants et personne pour prendre soin d'eux après la mort de mon papa quand j'avais seulement 7 ans, j'ai dû lutter en mon fort intérieur. Les paroles de mon père alors qu'il était sur son lit de mort me demandant "de m'occuper de la famille" sont des mots que j'ai toujours en mémoire.

Je suis devenu "l'homme de la famille" sans le choisir, sans le savoir.

Quand j'étais enfant, tout allait bien, mais quand je suis devenu adolescent, je voulais toujours assumer cette responsabilité, toujours. Je ne pouvais pas admettre le fait que je ne n'assumais pas ma responsabilité en tant que chef de famille.

Ma maman, comme toutes les mères palestiniennes, voulait que je fasse des études. Pour elle, c'était un moyen d'aider la famille, parce que l'identité "instruite" est une sorte de compensation à notre identité perdue en tant que Palestiniens – mais pas perdue en termes de nos propres sentiments mais en termes de la façon dont le monde nous traite.

Pourtant, il m'était difficile de me concentrer, en particulier parce que je ne voyais pas de futur.

Comment est-ce que je pourrais être un docteur dans un pays où nous n'avons aucun droit ? Donc, j'ai quitté l'école, et maintenant je travaille dans une boutique pour appels téléphoniques dans le camp.

Vous vous demandez peut-être pourquoi j'écris au sujet de ma vie personnelle en cette période de guerre. Je voulais juste dire que cette guerre m'a renforcé dans l'idée que ce dont nous avons besoin, c'est d'une solution globale pour tous, et non des solutions individuelles comme elles sont offertes ici et là.

Tout comme être "instruit" ne remplacera pas la perte de mon identité, une solution pour la Palestine, séparée du Liban ou de la Syrie ou de l'Irak n'est pas possible.

Je m'assieds dans le camp et je pense aux nombres d'efforts qui sont faits pour nous séparer les uns des autres. Et maintenant nous avons les F-16 au-dessus de nos têtes qui nous rassemblent tous dans un seul camp.

Je ne veux pas parler du camp de Shatila, mais d'un camp bien plus grand pour tous ceux dont la vie ne vaut pas grand chose dans ce monde, le camp de ceux qui meurent comme des bêtes, le camp sur qui ils testent leurs armes.

Je suis fier d'appartenir à la résistance du Liban mais je ne pense pas que je reviendrai en Palestine bientôt.

Je continue à envoyer des messages d'amour dans ma ville natale en Palestine.

Je sais que le monde n'entend jamais nos cris. Mais il entend les hurlements des missiles.

Pouvez-vous envoyer un message d'amour sur un missile ?

Avec amour de Shatila.

Source : Electronic Lebanon

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.

Faire un don

Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Liban

Même sujet

Réfugiés

Même date

8 août 2006