Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2338 fois

Hébron -

Comment provoquer un colon à Hebron ?

Par

Quand le fils de Baruch Marzel et ses trois amis se promènent dans les rues de Tel-Rumeida à Hebron, armés de matraques pour chercher la bagarre, les filmer avec une caméra est considéré comme une provocation, ainsi l'ont expliqué les soldats aux défenseurs des Droits de l'Homme après que deux d'entre eux aient été physiquement attaqués par le groupe.
Un soldat a commenté, "Ce ne serait pas arrivé si vous ne les aviez pas filmés."

"Les Palestiniens ne devraient-ils pas se sentir provoqués quand ils sont menacés quotidiennement par des colons armés en rentrant de leur travail?

Baruch Marzel, surnommé "M. Hebron," est un chef fondamentaliste fanatique d'un parti politique religieux d'Extrème-Droite récemment formé, le "Hazit," qui va se présenter à la Knesset.

Le site internet de Hazit déclare que l'"expulsion de l'ennemi (les Arabes) est morale. La Torah d'Israël est la première source de moralité humaine, et selon un de ses mitzvahs, Israël doit conquérir et libérer la terre (Israël et les Territoires Occupés)."

Le Hazit ne laisse aucun doute au sujet de leur position concernant le nettoyage ethnique des Palestiniens et leur droit divin à voler la terre d'un autre peuple.

Baruch Marzel vit dans la colonie de Tel-Rumeida à Hebron, installée sur de la terre volée à des Palestiniens.
Il est l'un des chefs idéologiques et l'une des plus importantes personnalités de sa communauté extrémiste de colons.

Quand les enfants palestiniens vont à l'école de Tel-Rumeida, les enfants de colons leur jettent souvent des pierres.

Les habitants de la colonie de Beit Hadassah, située en face de l'école, sont provoqués par le passage d'Arabes sous leurs fenêtres.

"Les enfants palestiniens ne devraient-ils pas se sentir provoqués quand on leur lance des pierres alors qu'ils vont à l'école ?



La notion de provocation implique une certaine normalité. Elle implique également une stabilité ou un statu quo, qui peut être violé. Quand il y a violation, il y a provocation.

Les colons d'Hébron sont parvenus à déformer cette normalité et ont forcé tous ceux qui sont impliqués à accepter leur irrationalité et leur violence comme quelque chose d'ordinaire.

La présence à Tel-Rumeida des travailleurs internationaux pour les droits de l'homme (HRW) qui documentent l'incapacité et la réticence des autorités israéliennes à traiter les actes violents des colons, est considérée comme provocatrice par la police de Kiriat Arba et par les forces de Défense israéliennes.

C'est pourquoi elles accusent faussement les HRW d'agression, d'intimidation et de harcèlement, font des descentes dans leur appartement et les expulsent.

Un travailleur humanitaire ne devrait-il pas se sentir provoqué quand il ou elle est expulsé(e), qu'il est coupable d'avoir utilisé une caméra, un crayon et que son propre corps sert de bouclier humain pour les Palestiniens de Tel-Rumeida ?



La police de Qiriat Arba et les forces de Défense israéliennes ont non seulement adopté la réalité imposée par les colons, et agissent dans ses limites - mais elles ont également contribué à sa création, et contribuent à l'encourager.

Quand un groupe de visiteurs colons, dont certains portent des masques pour cacher leurs visages, saccage les rues de Tel-Rumeida en lançant des bombes de peinture et des pierres, et en frappant toute personne qui se trouve sur leur chemin, il est considéré comme provocateur d'être sur leur route.

La police a expliqué aux humanitaires qui essayaient de protéger les habitants palestiniens du secteur qu'ils ne devraient pas être dans les rues; que leur présence rendait les colons nerveux et entrainait des émeutes.

Les Palestiniens ne devraient-ils pas se sentir provoqués quand ils sont attaqués par un groupe de colons au beau milieu de la rue où ils habitent ?


Dans cette réalité déformée par les colons d'Hébron, un acte violent en soi n'est pas un problème, mais l'excuse qu'utilise l'agresseur pour expliquer l'attaque, est soit raciste, dingue ou extrémiste.

L'application de la même logique dans d'autres situations résulterait, par exemple, à accuser une victime de viol parce qu'elle s'habille trop sexy, ou accuser un gosse de trop parler quand il reçoit une gifle de son professeur.

Quelques jours après qu'une famille palestinienne se soit installée dans une maison à cêté de la colonie de Tel-Rumeida, des colons ont cassé leurs fenêtres parce qu'ils étaient provoqués par la présence de leurs nouveaux voisins.

La famille éteint les lumières, verrouille sa porte et feint de ne pas être dans la maison quand les colons leur crient des insultes à l'extérieur.

"C'est comme vivre dans une prison," a dit la mère de la famille après l'attaque.

Ne devrait-elle pas se sentir provoquée parce qu'elle n'ose plus laisser ses enfants jouer dehors ?


La seule présence des Palestiniens dans Hebron est une provocation et une excuse raisonnable pour agir violemment contre eux, selon Baruch Marzel et les gens comme lui.

Dans le pire des scénarios, cette provocation a pu causer l'attaque des colons et même la mort des Palestiniens.


Les Palestiniens ne devraient-ils pas se sentir provoqués quand ils vivent dans un secteur bouclé, quand ils passent 2 fois par jour le checkpoint, quand ils peuvent se faire vérifier leurs identités à tout moment par un soldat, quand ils ne peuvent pas utiliser leur voiture ou ouvrir leurs boutiques dans le quartier en raison d'un ordre militaire, quand ils sont ignorés par la police après avoir été attaqués par des colons et en sachant que leur proche voisin conspire constamment pour prendre sa maison ?


Comme les sales gosses, les colons d'Hébron ne sont pas responsables de leurs actes violents.

Dans le cadre raciste qu'ils ont créé, attaquer une personne n'est pas une provocation si la personne attaquée est d'une certaine origine ethnique.

Quand est-ce que Baruch Marzel et ses amis violents commenceront-ils à être traités comme des adultes responsables et quand seront-ils jugés ?


Source : www.palsolidarity.org/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Hébron

Même sujet

Colonies

Même auteur

Johan

Même date

6 février 2006