Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1396 fois

Naplouse -

Compte rendu du Camp de Balata

Par

A Naplouse et dans le camp de Balata, trois Palestiniens sont morts durant ces derniers jours, dont un père de 5 enfants qui ne faisait rien contre Israël ou les Israéliens. La semaine dernière une femme de 38 ans a été tuée alors qu’elle sortait de sa maison au milieu de la nuit dans la Vieille Ville.

Camp de Balata,
Lundi Matin 10 novembre 2003

Aujourd’hui, c' est le jour qui suit la journée internationale d’action contre le Mur de l’Apartheid. A Jénine, 35 internationaux et 25 Israéliens anarchistes, soutenus par des douzaines de locaux ont effectué un trou de 12 mètres dans la barrière, alors que l’armée les regardait éberluée.

Je voudrais pouvoir dire que cette bonne nouvelle est un évènement important en ce moment, mais non.
A Naplouse et dans le camp de Balata, trois Palestiniens sont morts durant ces derniers jours, dont un père de 5 enfants qui ne faisait rien contre Israël ou les Israéliens.
La semaine dernière une femme de 38 ans a été tuée alors qu’elle sortait de sa maison au milieu de la nuit dans la Vieille Ville; elle suivait les ordres des soldats israéliens qui faisaient évacuer la rue.
Un autre homme est décédé à l’hôpital, après avoir reçu une balle dans la jambe, il y a quelques jours.

La nuit dernière, l’armée est apparue, a fouillé deux maisons dans Balata et a arrêté 9 personnes au milieu de la nuit. Dans chaque cas, l’homme qu’ils cherchaient n’était pas là, et dans un cas, la famille m’a dit que celui-ci n’était pas là depuis 6 mois.

L’armée a tiré dans toutes les pièces de la maison comme rétribution, après avoir mis la famille dehors, sous la pluie, à partir de 2h30 du matin, dans le froid et ceci pendant environ trois heures. Des balles de M-16 étaient visibles partout, ainsi que des trous dans les placards et les murs.

Ils ont aussi répandu de l’huile de cuisine sur la totalité du sol de la cuisine et ont tiré dans la bonbonne de gaz, au risque d’incendier totalement la maison. Et, destruction obligatoire, des réservoirs d’eau sur le toit.

Dans une autre maison de Balata, le fils recherché n’était pas là, alors les soldats se sont contentés de tirer sur son jeune frère de 17 ans, dans l’estomac, et de l’arrêter ensuite, et l’ont menacé de revenir et de faire exploser la maison si la famille ne livrait pas le suspect avant le soir même, une menace habituelle sans contenu.

Tout ceci parce qu'un kamikaze était originaire d’une localité voisine de la ville, appelé Rafidia.

Ce matin, j’étais entrain de porter une tasse de thé à mes lèvres, quand ce fut temps de se bouger. Des jeeps à toutes les entrées du camp, accueillies par les shebab, les enfants de la rue, munis de pierres. Des jeeps étaient aux deux extrémités de l'avenue principale et nous avons séparé le groupe en deux.

A l’intersection principale, les internationaux ont commencé à s’insérer entre les jeeps et les lanceurs de pierres, comme d’habitude. Assez vite, nous avons été rejoints par un énorme tank que quatre d’entre nous ont essayé de bloquer dans une pauvre et triste tentative, ignorée par celui ci, et Joey a été le dernier à sauter sur le bas côté de la route à 25 cm d’une chenille.

Ceci a été perçu comme un nouveau seuil d’agression jamais atteint auparavant. Nouveau aussi, le lancement de ce grand projectile ballistique rempli de balles en caoutchouc. Mika a été touché par l’un d’eux à l’épaule, en rentrant dans la ligne de tir d’un soldat. Elle n’a pas été blessée. Le Gallois de 73 ans, Ray, qui en est à sa 7ème visite ici, a été mitraillé par des éclats d’une balle réelle tirée à bout portant dans le sol. Cet homme est calme comme Buddha. Une simple coupure de la peau, rien de trop grave pour lui.

Même chose pour Kelly, qui, à un moment donné, a marché jusqu’à se trouver entre une jeep et un tank, au milieu d’une grande intersection, et un soldat lui a tiré dessus, la balle frôlant sa tête, alors qu’elle se maintenait en position et se querellait avec eux.

Plus tard, l’un de ces soldats a joué à nous faire peur, hilare, tout en pointant son canon de fusil sur nous, risquant d’ouvrir sa porte et de tirer dans notre direction.
A ce moment là, nous avions sur notre chemin une demi douzaine de gamins qui s'étaient tenus toute la matinée devant une vitrine, l'un d'entre eux avec un lance pierre. Deux des plus jeunes enfants insistaient pour se tenir derrière moi.

Encore une fois du jamais vu, l’apparition accidentelle d’une délégation de l’ONU qui était là simplement pour visiter une école ou quelque chose du genre. Ray et mon copain Suédois ont saisi l’occasion pour leur parler. Apparemment, il s’agissait de parlementaires canadiens et ils étaient plutôt intéressés, nous soutenant totalement, et se sont tirés en vitesse, emmenés par leurs guides. Mais ils ont pris une ou deux photos avant de partir.

Les shebab jetaient encore aujourd’hui des bouteilles de peinture à base de citron , et mon copain suédois s’en est sorti ressemblant à un blessé d’une bataille de barres de chocolat au lait, tout comme le tank et une jeep. Un gamin a arraché un rétroviseur d”une jeep, ce qui fait toujours des points supplémentaires, puisque cela réduit la capacité de surveillance du conducteur.

Cette bataille de 3 heures m’a laissé le sentiment d’avoir été trop exposé (à des risques), dont le résultat a été de recevoir une bombe sonore à 5 mètres. Une deuxième très mauvaise interruption de la matinée.

La réalité de vivre dans une zone de conflit prolongé a fait de ces réfugiés, des gens très durs et c'est au delà de mes capacités de comprendre leur ténacité. Je pense que c'est la même chose pour les Israéliens qui ne comprennent pas et qui n'ont pour seules réponses, que des salves illimitées de punitions collectives.

Source : www.palsolidarity.org

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Naplouse

Même sujet

Incursions

Même auteur

Pappy

Même date

10 novembre 2003