Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2078 fois

Jenin -

Crime organisé et châtiments collectifs, l’armée israélienne attaque Jenin

Par

Dounia, militante et correspondante française, vit en Palestine occupée depuis 2 ans et 3 mois.

19.01.2018 - Dans la nuit du mercredi 17 au jeudi 18 Janvier, l’occupation lance un assaut de plus de 12 heures sur la ville de Jenin, dans le but de tuer un jeune palestinien de 22 ans Ahmad Nasr Jarrar, du quartier Wadi Burquin, accusé soudain du meurtre du colon rabbin Raziel Shevah, chef extrémiste de la colonie illégale Havat Gilad, au sud de Naplouse, assassiné par des tirs le mardi 9 janvier, près du village de Sarra.

Crime organisé et châtiments collectifs, l’armée israélienne attaque Jenin

Jeudi 18 à 1h du matin, je me rends avec deux journalistes à Jenin. Une unité spéciale des forces de l’occupation a assiégé les maisons d’Ahmad Nasr Jarrar, de son cousin Ahmad Ismail Jarrar et de son oncle “voisin” avec 2 bulldozers et au moins 150 véhicules militaires qui ont également encerclé les environs, notamment le camp de réfugiés où les soldats de l’occupation ont blessé 3 Palestiniens, dont un grièvement.

Photo


Ahmad Nasr (photo ci-dessus) a réussi à s’enfuir tandis que son cousin Ahmad Ismail, 31 ans tombe en martyr en refusant de se rendre et après avoir protégé un groupe de résistants en tirant jusqu’à sa dernière balle sur des officiers des brigades spéciales de l’occupation dont 2 ont été blessés.

Photo
Le martyr Ahmed Ismail Jarrar, 31ans


Vers 23h30, les forces de l’occupation annoncent aux trois familles la destruction imminente de leur maison, sans avertissement préalable, leur font quitter les lieux et séquestrent hommes, femmes et enfants dans une pièce d’une habitation voisine pendant plus de 11 heures. Les familles n’ont pu prendre aucun objet personnel, aucun vêtement, certains n’ont même pas eu le temps d’enfiler leurs chaussures. En quelques heures toute leur vie et leurs souvenirs ont été détruits. Punition collective gratuite, juste dans le but de fabriquer un coupable et de venger l’assassinat d’un colon pour satisfaire le gouvernement d’Israël’ et les colons.

Photo
Jeep bloquant le passage qui mène aux maisons


Durant 2 heures, nous attendons dans un passage qui mène aux maisons ; au bout les forces de l’occupation nous empêchent d’aller sur les lieux en nous visant à coup de grenades incapacitantes alors que plusieurs journalistes viennent de nous rejoindre.

Photo
Grenade incapacitante, appelée aussi assourdissante


Pour chercher Ahmed Nasser Jarrar, les forces spéciales ont déployé les grands moyens, avec l’arsenal habituel complété de drones et des chiens. D’habitude, lors de leurs incursions nocturnes quotidiennes en Cisjordanie occupée, ils repartent à l’aube, mais ce matin-là, ils sont restés jusqu’aux alentours de 10h voyant les résistants affluaient sur les lieux.

Photo
Le père du martyr soutenu par ses proches


Au bout de plus de 11 heures d’enfer pour nous et surtout elles, nous arrivons auprès des familles d’Ahmad Nasr Jarrar et d’Ahmad Ismail Jarrar, paix à son âme. Nous rejoignons le père de celui-ci, enfin libéré, et nous découvrons à ses cotés ce qu’il reste de la maison familiale.

La mère d’Ahmad Nasr, celle du martyr et les tantes se réunissent à l’extérieur près de leurs maisons détruites, une des femmes témoigne en pleurant que le jour du meurtre du colon, elle avait un problème de santé et qu’Ahmad était présent, qu’il ne pouvait pas l’avoir tué, tout en s’exclamant : “Et pourquoi ils ont détruit les 3 maisons si c’était lui qu’ils voulaient punir ? C’est ça, leur démocratie ?

Photo
Les femmes des familles Jarrar


Il est important de savoir qui est Ahmad Nasr Jarrar et pourquoi ils l’ont choisi comme coupable idéal du crime du colon : son père était un leader des brigades Ezzedine Al-Qassam à Jenin, où il est tombé en martyr en 2002. Ce résistant du Hamas avait perdu ses deux jambes et un bras et il circulait en chaise roulante. Lorsque les troupes de l’occupation ont assiégé sa maison, au début de la seconde intifada, il a refusé de se rendre et il a été abattu chez lui.

Photo
Le résistant Nasr Jarrar, dirigeant des brigades al-Qassam


« Depuis que je suis ici, » dit Dounia, « combien de fois ai-je pensé avoir vu le pire, pour me rendre compte ensuite que j’en étais loin, tant l’occupation innove sans cesse dans la perversité et la barbarie. »

Photo
Nous cherchons dans les gravats pour récupérer le plus d’objets possible, bijoux, livres, photos, vaisselle, etc. La robe de mariée de la tante d'Ahmed a pu être retrouvée.


Photo
Chambre d'une des petites filles vivant dans la deuxième maison détruite, celle du martyr d'Ahmad Ismail Jarrar


Photo
Album de famille que je retrouve sous les gravats


Photo
Photo précieuse de la famille d'Ahmad Nasr Jarrar, prise sur l'Esplanade des Mosquées d'Al-Aqsa, avec ses frères, sa mère et son père tombé en martyr en 2002 à Jenin


Photo
Quelques vêtements récupérés dans la maison détruite du père du martyr Ahmad Ismail Jarrar

Photo
Les livres qui ont été sauvés


Source : Facebook

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Jenin

Même sujet

Assassinats ciblés

Même auteur

Dounia