Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1606 fois

Gaza -

Dans la Bande de Gaza : Pas de chaussures, pas une goutte de carburant

Par

Le siège imposé à la bande de Gaza est devenue la première préoccupation des Palestiniens qui vivent dans la plus grande prison au monde. Ces civils sont gravement touchés par la politique israélienne de punition collective qui a des conséquences sur tous les aspects de leur vie, que ce soit le jour ou la nuit.
Ces civils innocents sont frappés maintenant par la pénurie actuelle de chaussures, de sabots, de pantoufles et de sandales liée aux diminutions des livraisons en carburant.

Dans la Bande de Gaza : Pas de chaussures, pas une goutte de carburant


La pénurie de ces produits de base est due à la liste des produits interdits que les Israéliens ont établie pour la Bande de Gaza. Cette liste noire comprend des milliers de matières premières et de produits alimentaires en violation flagrante de tous les lois et chartes des droits de l’homme.

J'ai été faire un tour sur le marché populaire d’Al zawya, au centre de la ville de Gaza, où sont présents tous les commerçants. L’endroit était misérable et l'odeur des déchets se répandait partout. Les magasins étaient presque vides, aussi bien de clients que de marchandises!

Mohammed Al Razyna, un marchand de chaussures m’a dit : «La situation est terrible et honteuse. Aujourd'hui, aucune marchandise ne passe pas par les points de passage et les prix se sont envolés, les gens sont gravement touchés par cet embargo très dur. Nous sommes pris au piège dans un cercle vicieux de la mort, de la pauvreté et de la faim."

Le plus étrange est que les gens de Gaza n'ont pas changé de chaussures plus de 1 fois depuis le début de siège. Ils ont changé leurs façons de vivre en réparant et en gardant leurs vieilles chaussures.
J'ai rencontré un autre propriétaire de magasin (Abou Ali) qui était vraiment frustré par ce problème. Il m’a dit : «Les gens n’ont pas les moyens d'acheter des chaussures en raison de la non-disponibilité et du prix élevé. Le prix de certaines chaussures sont passés de 20 $ à 60 $. Mais hélas, on ne trouve plus ces chaussures»,

Ce qui ajoute l'insulte au préjudice c’est la crise du carburant. Israël a porté ses livraisons de fioul et d'essence à son plus bas niveau depuis juin. Cela a poussé les propriétaires de stations-services à se mettre en grève… entrainant les habitants de Gaza dans un autre cercle de souffrance.

Les étudiants, les employés, les écoliers, les médecins, les enseignants, les hommes d'affaires et toutes les autres personnes n’ont plus de moyen de transport. Ils marchent entre 1 et 7 km par jour pour se rendre à leurs destinations.

Le secteur de la santé a été le plus touché car les ambulances doivent être ravitaillées en essence ! jusqu'à présent, 70% des ambulances sont arrêtées maintenant!


Pour autant que je sache, la puissance occupante doit :

1. S’assurer que les personnes sous son contrôle soient traitées de façon humaine et protégées contre tout acte de violence (Article 27, 4ème Convention de Genève);

2. Assurer l'approvisionnement de la population en vivres et en produits médicaux (Article 55, 4ème Convention de Genève);

3. Maintenir les établissements et les services médicaux et hospitaliers, ainsi que la santé et l'hygiène publiques dans le territoire occupé (Articles 56-57, 4ème Convention de Genève);

4. Autoriser les opérations de secours au profit de la population du territoire occupé si l'ensemble de la population - ou une partie de celle-ci – est insuffisamment approvisionnée (Article 59, 4ème Convention de Genève); et

5. S’abstenir de prendre des mesures de punition collective : L’Article 33 de la 4ème Convention de Genève interdit à la puissance occupante d’imposer des peines collectives contre les personnes protégées et leurs biens.


Hein, hein, Rien de tout ça ne se passe à Gaza, c’est plutôt le contraire.

Il semble qu’Israël ne viole aucun de ces articles. Pourtant, les enfants de Gaza, qu’ils soient âgés de quelques heures, de quelques jours ou de quelques mois les violent. Ils sont capables d’utiliser des mitrailleuses, des B7, des lance-roquettes et ils tuent des Israéliens!


Source : www.gazatoday.blogspot.com

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Gaza

Même sujet

Famine

Même auteur

Sameh A. Habeeb

Même date

26 avril 2008