Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1298 fois

Jénine -

Dans la prison de Nafha, vive tension et inquiétude

Par

Les séances rapides des tribunaux internes aux prisons et centres de détention sont devenues une pratique courante, imposée par la direction des prisons pour punir les prisonniers.
C'est en tout cas une pratique quasi généralisée dans la prison de Nafha, où les prisonniers ont été victimes ces derniers temps d'une campagne systématique de mise en isolement dans des cellules individuelles et d'imposition d'amendes.

Dans un entretien avec l'avocat Shadi Younes, le prisonnier Abdel Khaleq Natché, l'un des dirigeants du mouvement Hamas, qui est détenu dan! s la prison de Nafha, affirme que la direction de la prison a récemment accentué sa répression et ses provocations à l'encontre des prisonniers : fouilles à toute heure, condamnations, amendes que les détenus ne peuvent pas payer.

La direction de la prison veut punir les prisonniers à cause de leur activité et leur rêle dans la résistance à l'occupation.

Natché affirme que la situation dans la prison de Nafha est devenue insupportable. La direction entretient un climat de tension extrême, par ses provocations.

"Malgré nos protestations, nous sommes toujours la cible des fouilles, même en pleine nuit. Bien que la direction soit au courant de nos pratiques religieuses, elle fait tout pour nous en empêcher. Lorsque nous protestons, nous sommes mis en isolement, pour plusieurs jours.

Au cours de la nuit, nos cellules sont fouillées, nous sommes tirés hors de nos lits, avec des menaces, pour nous retrouver entourés de nombreux gardes armés.


L'avocat Shadi Younes a rapporté les paroles de Natché, disant que le plus dur que vivent les prisonniers de Nafha sont les séances des tribunaux formelles.

A tout moment, les soldats arrivent, sans motifs ou cause, ils investissent les sections et obligent plusieurs prisonniers à les accompagner, comme cela s'est passé avec moi et certains détenus, il y a moins d'une semaine.

Ils nous ont demandés et nous ont emmenés pour nous mettre en isolement. Un jour plus tard, ils m'ont emmené au tribunal, où j'ai trouvé une longue liste d'accusations fabriquées, mensongères, avec un jugement tout prêt, qui est l'isolement pour une semaine et une amende de 250 shekels, l'interdiction des visites familiales pendant un mois. Je n'avais le droit ni de protester ni de discuter.



Le geêlier est lui-même juge

Natché a affirmé que ces tribunaux formels sont une dérision, leurs jugements sont préparés par la direction de la prison.

Pire encore, le juge dans ce tribunal est l'officier de la prison, ou plus précisément l'officier geêlier, qui est la cause du problème avec le prisonnier, le même qui a demandé son isolement.

Pour moi et mes camarades, le juge était l'officier qui nous avait précédemment isolés.

La condamnation ne nous a pas étonnés, comment voulez-vous qu'un geêlier soit une juge impartial et juste ?

C'est ce qui se passe, actuellement, dans la prison. Nous en comprenons que la direction de la prison veut entretenir une tension et susciter des problèmes avec les prisonniers, bien que les prisonniers cherchent plutêt à calmer la situation, tout en maintenant leurs droits et leur dignité.

En termes de provocations, la direction de la prison a investi les sections le jour de la fête du Fitr et a empêché la prière collective. Le prisonnier chargé du sermon et ceux qui priaient ont été emmenés en cellules, puis ils ont été condamnés à l'isolement et l'interdiction de visite pendant un mois, et en plus, des amendes entre 200 et 500 shekels.

Les amendes sont une vraie calamité, pour le prisonnier et pour sa famille, qui arrive à peine à se débrouiller dans la vie ordinaire.


Suite à sa visite, l'avocat Younes a déclaré que les prisonniers de Nafha sont victimes d'une répression féroce.

"Au cours de ce mois, la direction a condamné 12 prisonniers à l'interdiction de visite, à l'isolement et aux amendes.

C'est une situation intenable pour les prisonniers. Il faut que les institutions humanitaires fassent pression sur la direction de la prison pour la suppression de toutes les mesures répressives.

Les prisonniers ont adressé une lettre dans ce sens, et ont affirmé qu'ils mèneraient une grève de la faim si les provocations ne cessaient pas.


Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Jénine

Même sujet

Prisonniers

Même auteur

Ali Samoudi

Même date

22 novembre 2005