Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1675 fois

Cisjordanie -

Dans toute la Cisjordanie, la population demande l'unité et la fin du massacre dans la bande de Gaza

Par

Alors que les bombardements se sont poursuivis dans la bande de Gaza pour le septième jour de suite, d’importantes manifestations ont eu lieu dans l’ensemble de la Cisjordanie, hier, avec des dizaines de milliers de personnes qui ont condamné les massacres perpétrés par les forces d'occupation. De Hébron, à Jénine, les gens sont descendus dans les rues pour manifester leur solidarité avec la population dans la bande de Gaza, et appeler à l'unité entre tous les Palestiniens, exhortant les gens à se réunir en cette période de crise.

Dans le district de Qalqiliya, un jeune du village de Jayyous a été touché à la jambe par une balle, tandis que cinq autres ont été blessés par des balles en caoutchouc dans différentes parties du corps. Les habitants de Jayyous ont commencé leur manifestation après la prière du vendredi, alors que différents membres de la communauté se sont réunis pour montrer leur unité et leur action collective.

Les manifestants ont marché de la mosquée dans le centre du village jusqu’à la porte sud du mur d'apartheid. Ils ont crié des slogans condamnant l'occupation, et plusieurs jeunes ont réussi à brûler la porte et détruire une partie du mur.

Alors qu’ils arrivaient à la porte sud, les forces d'occupation ont immédiatement commencé à tirer un déluge de bombes assourdissantes, de gaz lacrymogène, de balles en caoutchouc et de balles réelles sur les manifestants. Des affrontements ont continué tout au long de la nuit et dans la matinée, les Forces d’Occupation pénétrant dans le village et continuant leur attaque avec du gaz lacrymogène et des balles.


Dans le district d'Hébron, des événements similaires ont eu lieu, puisque sept Palestiniens, dont deux journalistes, ont été blessés par des balles et des gaz lacrymogènes au cours des manifestations dans la ville d'Hébron. Plusieurs personnes dans différentes régions du district d'Hébron ont également été frappées par les forces d'occupation lors des affrontements.

Cinq autres Palestiniens ont été blessés dans le village de Bani Naim, à l'est du district d'Hébron. Des sources médicales dans les hopitaux d’al Mizan et d’Al Ahli ont déclaré que Mohammad Abed Rabo Manasrah, Mustafa Mohammad Manasrah et Mohammad Tala Manasrah ont été blessés par des balles réelles tirées par les forces d'occupation. Les médecins ont été obligés d’opérer d’urgence les trois victimes.

En outre, deux autres jeunes de Bani Naim, Ibrahim Mohanad Barakat, 12 ans, et Ayman Viab al Hajouj, 11 ans, ont été emmenés dans un hôpital local pour être soignés de leurs blessures causées par des balles en caoutchouc.

Toujours dans le district d'Hébron, dans le village de Beit Omar, Salah Saleh al Alama, 24 ans, a été blessé au pied par des éclats de balle. Saleh Mohammad Khalil, Mohammad Bahjat Abu Sara et Ahmad Mohammad Khalil ont également été blessés, et ont été emmenés à l'hôpital du district pour y être soignés.

Même après la fin de la manifestation de Beit Omar, les forces d'occupation ont continué à tirer des gaz lacrymogènes et des bombes dans les maisons et ont attaqué plusieurs maisons. Comme ce fut le cas à Jayyous, les villageois se sont affrontés avec les forces d'occupation jusqu’aux premières heures du matin.


Dans le district de Naplouse, des milliers de Palestiniens ont participé à des manifestations dans la ville de Naplouse ainsi que dans les villages qui l'entourent, avec des représentants de partis politiques à la tête de certains des protestations. Les participants ont appelé les partis politiques à travailler pour l'unité nationale entre toutes les couches de la société palestinienne.

Cinq personnes dans le district de Naplouse ont souffert de difficultés respiratoires suite aux tirs de gaz lacrymogène, tandis qu'un colon a également essayé d’écraser un Palestinien du village de Huwwara, au sud de la ville.

D’autre part, dans le village d'Azira Shamalya, au nord de la ville de Naplouse, les forces d'occupation ont attaqué les villageois à l'aube, alors qu’ils envahissaient le village en tirant des gaz lacrymogènes et des bombes assourdissantes.


Dans le district de Jénine, des centaines de personnes ont participé à des manifestations. Les protestataires ont crié l’arrêt immédiat de toute agression contre la bande de Gaza, et ont demandé à notre peuple en Palestine de s’unir face à cette violence.

Ils ont demandé aux pays arabes de faire immédiatement pression sur le Conseil de sécurité pour qu’il adopte une résolution condamnant sans réserve toutes les formes d'agression contre notre peuple dans la bande de Gaza, et sans aucune condition.

Une initiative similaire a eu lieu à Jéricho, où une autre importante manifestation a eu lieu qui a condamné l'agression sur la bande de Gaza. Les représentants de toutes les factions et des forces de l'OLP ont participé à la manifestation, ainsi que Kamil Hamid, le gouverneur de Jéricho et de la vallée du Jourdain, l’avocat Hassan Saleh, le chef de la municipalité de Jéricho, et des représentants religieux des communautés musulmanes et chrétiennes.


À Ramallah, les manifestants sont descendus dans la rue une fois de plus. Des milliers de drapeaux palestiniens ont été portés dans toute la ville : de la place al Manara au checkpoint de Qalandiya. Les participants ont appelé à l'unité nationale et au dialogue national.
A mi-chemin en direction de Qalandiya, les forces de "sécurité" de l’Autorité Nationale Palestinienne ont arrêté la marche pour empêcher les manifestants de s’affronter avec les forces d'occupation.


Dans le village de Ni'lin, les Forces d'Occupation ont tiré un déluge de balles de caoutchouc et de balles réelles, ainsi que des gaz lacrymogènes et des bombes assourdissantes contre les manifestants qui participaient à la manifestation hebdomadaire contre le mur dans le village. Les manifestants ont répondu en jetant des pierres sur les forces d'occupation, mais aucun blessé n'a été signalé.


Dans le village de Bil'in, des manifestants ont crié des slogans nationalistes qui exprimaient leur solidarité avec la population de Gaza. Certains témoins ont signalé que les forces d'occupation ont utilisé une nouvelle arme, appelé le "cri". Cette arme a un son très aigu qui fait très mal aux oreilles et fait perdre l’équilibre à ceux qui l'entendent. Des témoins ont également signalé que certaines personnes ont souffert de difficultés à respirer en raison des gaz lacrymogènes.

Cinq jeunes, Mohammad Yassin, Abdullah Ahmad Yassin, Abdullah Mohammad Yassin, Mohammad Ahmad Hamad et Hamza Suleiman Yassin ont été blessés par des balles en caoutchouc et ont été soignés à l’hopital Al Sheikh Zayid de Ramallah.


Enfin, dans le district de Bethléem, les fidèles ont prié fidèles pour les âmes des martyrs qui sont tombés au cours de l'agression de l’occupant contre la bande de Gaza. Après la fin de la prière, les personnes ont participé à plusieurs marches, la plus importante étant celle entre la mosquée Omar bin Al Khattab et l'église de la Nativité. Tous ont condamné les massacres contre notre peuple dans la bande de Gaza, et ont demandé à la communauté internationale d’assumer leurs responsabilités pour protéger les droits des Palestiniens.

Dans leurs tentatives pour réprimer les soulèvements massifs dans la Cisjordanie , les Forces d'Occupation ont imposé le bouclage de plusieurs villes et villages. Par exemple, le district de Bethléem a été assiégé et plusieurs points de contrôle ont été installés aux premières heures du matin aux entrées principales de nombreux villes et villages.

Un bouclage total a été imposé à Jérusalem depuis jeudi matin, puisque les forces d'occupation ont pris la mesure extrême de déployer des milliers des soi-disant «policiers des frontières" pour quasiment fermer la vieille ville et patrouiller autour de la mosquée Al Aqsa. Ils ont empêché toutes les personnes de moins de 50 ans d’entrer dans la vieille ville et de prier à Al-Aqsa. D'autres points de contrôle ont également été installés le long des principales routes menant à Jérusalem.


Face à cette répression, les Palestiniens refusent de faire marche arrière. La mobilisation massive dans l'ensemble de la Cisjordanie , et l'unité grandissante de la population ne fera que renforcer l'action collective et un mouvement de résistance.

Les Palestiniens ne resteront pas sans rien faire alors que les massacres continuent dans la bande de Gaza et leurs actions de solidarité ne seront pas étouffées.

Source : http://stopthewall.org/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Cisjordanie

Même sujet

Résistances

Même auteur

Stop The Wall

Même date

3 janvier 2009