Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1437 fois

Naplouse -

Démolir la Culture, détruire les Vies

Par

Les internationaux ont essayé de gagner du temps. L'atmosphère est devenue de plus en plus tendue, oppressive même. Pas à pas les internationaux reculèrent dans la petite ruelle pour atteindre la place suivis par les jeeps et un véhicule plus grand de l'armée.

Démolir la Culture, détruire les Vies

La vieille ville de Naplouse est célèbre depuis des centaines d'années pour son architecture, ses marchés, ses bains turcs, ses ruelles en demi pente, ses arcades. L 'UNESCO devrait la classer comme patrimoine mondial de la culture. Ceci devrait être fait immédiatement, sinon cet héritage sera perdu en raison des démolitions effectuées par les Forces d'Occupation Israélienne ( FOI ) dans la vieille ville de Naplouse, blessant et tuant, imposant le couvre-feu à la population, démolissant des maisons sans raison ou comme punition collective pour les familles des martyrs ( ce qui n'est pas une raison et est illégal selon la 4ème convention de Genève ), créant une atmosphère d'indignité, d'humiliation, de déshumanisation, et de haine.


Depuis environ une semaine, l'Armée d'Occupation Israélienne est présente dans la vieille ville de Naplouse avec tous ses équipements militaires : soldats, jeeps, tanks, blindés ; elle a mis la vieille ville sous couvre-feu avec de rares interruptions, occupe des maisons et terrorise les familles qui y vivent.La vie quotidienne normale n'existe plus. La zone a été déclarée soi-disant " zone militaire fermée " pour la sécurité des non-palestiniens selon l'annonce officielle de l'Armée d'Occupation Israélienne. Probable que c'est plus pour tenir les témoins internationaux à l'écart de la catastrophe qui se déroule actuellement dans la vieille ville de Naplouse ainsi que dans beaucoup d'autres endroits de Palestine Occupée.


Laissez moi vous décrire juste une demie journée, celle du mercredi 27 août 2003. La démolition d'une maison sans raison. Aucune arme n'a été trouvée, ni de martyr dans la famille, juste histoire de montrer le pouvoir des Occupants comme " moyen de rétablir la confiance ", explication claire de la " feuille de route " par l'Armée d'Occupation Israélienne. Aux environs de 3 heures de l'après midi, l'armée a essayé de déloger des personnes d'une petite place dans la vieille ville sans expliquer pourquoi. Au préalable, ils avaient essayé, avec intensité mais en vain, de séparer des Palestiniens et des internationaux d'ISM.


Deux internationaux suivis par un groupe de volontaires Palestiniens de l'UPRMC et de l'Union des Travailleurs Palestiniens de la Santé ont essayé d'engager des négociations avec les soldats des deux jeeps qui se trouvaient à l'entrée de la petite place ( la jeep blanche des services secrets derrière semblait être vide ). L'atmosphère était très tendue, l'un des soldats a sauté de sa jeep et menaçé les deux internationaux avec son fusil M16, leur a dit qu'ils leur tirerait dessus s'ils ne partaient pas immédiatement. Ils ne sont pas partis et ont essayé patiemment de savoir pourquoi cette place était fermée, si toutes les personnes dans les environs allaient bien, si quelqu'un avait besoin de quelque chose.

Cela a pris un certain temps pour faire baisser la tension, jusqu'à ce qu'un soldat de l'autre jeep en sorte et vienne expliquer aux internationaux qu'une maison dans les parages allait être démolie dans les dix prochaines minutes, ajoutant qu'il ne faisait que son boulot.

C'est ce qu'ils disent toujours, qu'ils ne font que faire leur boulot, suivre les ordres, comme s'ils pouvaient ainsi se débarrasser de la responsabilité qu'ils portent de toute façon. Nous avons été autorisés à rester à proximité afin de soutenir la famille après que l'Armée d'Occupation Israélienne aura fait son boulot.

Nous avons attendu presque 40 minutes, avons vu la famille, environ 10 personnes, quitter leur place puis se tenir sous une arcade proche. Puis les soldats se sont précipités dans leurs jeeps, ceux de la jeep blanche aussi, et sont partis. L'explosion a projeté des pierres, des vitres dans tout le secteur, la poussière remplissait l'air. En quelques secondes la maison fut détruite et avec elle, comme conséquence, la vie de cette famille.

Une autre jeep est arrivée, des soldats en sont sortis en courant et voulaient que nous partions, ont obligé trois membres de la famille à rentrer dans une maison, des personnes des maisons avoisinantes sont sorties en courant de chez eux, des ambulances sont arrivées, la presse régionale est arrivée ainsi qu'une équipe de la presse internationale. Les soldats ont essayé d'empêcher la presse de témoigner, sans succès. Personne ne semblait blessé physiquement mais plusieurs personnes ont dûes être emmenées à l'hôpital parce qu'elles étaient évidemment en état de choc, traumatisées, blessées dans l'âme. Une femme enceinte a eu des problèmes.

Non seulement la maison a été détruite mais des maisons avoisinantes ont également été sérieusement endommagées. Les internationaux ont demandé à deux jeeps arrivées par la petite ruelle qui conduit à la place de s'arreter pour que les équipes médicales puissent faire leur travail. Les jeeps ont quitté la petite ruelle. Dix minutes plus tard, ils demandèrent qu'un international prévienne les équipes médicales et les autres personnes de quittent le secteur - sinon l'endroit serait "nettoyé".

Dix minutes purent être négociées, ensuite aucune ambulance ne fut autorisée à entrer, une voiture de l'ONU circulant aux alentours, n'a même pas essayé de soutenir ou aider les Palestiniens. Les internationaux ont essayé de gagner du temps. L'atmosphère est devenue de plus en plus tendue, oppressive même. Pas à pas les internationaux reculèrent dans la petite ruelle pour atteindre la place suivis par les jeeps et un véhicule plus grand de l'armée. Ils n'ont pas " nettoyé " l'endroit, ils sont simplement venus faire sortir leurs camarades des maisons, alors que d'autres soldats sont restés pour continuer l'occupation illégale des maisons palestiniennes dans la vieille ville de Naplouse.

Je me suis moi-même sentie très embarrassée quand les Palestiniens nous ont remercié pour notre courage et notre solidarité. Ils sont courageux et même dans ces moments de désastre ils nous offrent l'hospitalité. Alors que nous attendions sur la place, ils nous ont servi du pain, du fromage et du thé. Je me souviens qu'il est écrit que quand Abraham est venu de Mésopotamie, il est arrivé à Naplouse appelée alors Sichem et fut tres profondément impressionné par l'hospitalité des gens de Naplouse/ Sichem.

Alors que j'écris ce compte-rendu qui est juste un aperçu de ce qui se passe chaque jour en Palestine occupée, je me suis rendue compte que je n'avais pas les mots pour exprimer mes sentiments sur ce dont j'ai été témoin et ma tristesse devant la capacité d'êtres humains à en humilier d'autres.

La situation des gens de Naplouse n'a pas changé, l'Armée d'Occupation Israélienne est toujours là. Elle a pénétré dans le camp de réfugiés de Balata la nuit dernière, y instaurant le couvre-feu, et a commençé à terroriser les réfugiés du camp de la façon que l'on connait bien.

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Naplouse

Même sujet

Incursions

Même auteur

Anna

Même date

27 août 2003