Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1615 fois

Bilin -

Démoniser la résistance non-violente

Par

Le vendredi 25 mai, selon le site d'information israélien, Walla, , le porte-parole de l'armée israélienne a affirmé que la manifestation à Bilin "s'est terminée dans un calme relatif."
Le porte-parole de l'armée a affirmé que "ce calme relatif provient du fait qu'il n'y avait presque aucun activiste israélien de Gauche", puisqu'ils "sont responsables de la majeure partie des frictions entre les manifestants et les FOI."

Pendant cette manifestation "relativement tranquille", les soldats ont tiré des balles de caoutchouc et du gaz lacrymogène sur la foule d'une distance de 200 mètres sans qu'il n'y ait provocation, blessant six Palestiniens, dont un journaliste d'AFP, qui a été évacué d'urgence à l'hôpital après avoir reçu une balle de caoutchouc dans la tête. Deux activistes ont été détenus pendant la manifestation.

Le premier, Mohammad Khatib, du Comité Populaire Contre le Mur et les colonies de Bilin, a été frappé pendant son arrestation et après avoir menotté.
Le deuxième, l'Israélien David Reev, s'est fait tordre le bras par un soldat qui exigeait que David lui remette son appareil-photo.

Abbas Momani, 33 ans, un photographe de l'Agence France-Presse, a été touché lorsque des soldats israéliens ont tiré sur un groupe de journalistes. Turkish Daily News a déclaré que Momani se tenait à l'extérieur d'une résidence palestinienne à Bilin quand les soldats les ont interpellés et leur ont demandé de partir.

Momani a déclaré : "Nous avons expliqué que nous allions partir mais que nous attendions que les jeeps de l'armée qui bloquaient nos voitures s'en aillent. Un des soldats, qui se tenait à peine deux mètres de nous, a alors tiré."

Est-ce vraiment les activistes de Gauche israéliens qui provoquent les "frictions" et incitent les soldats à tirer des grenades assourdissantes, du gaz lacrymogène, et des balles en acier recouvert de caoutchouc ?
Ou y a-t-il une autre raison pour laquelle les militaires veulent se débarrasser des activistes israéliens et internationaux ?

Les soldats israéliens ont déclaré devant le tribunal que leurs règlements concernant l'ouverture du feu étaient diffèrents si les Israéliens sont présents ou si les Palestiniens manifestent seuls.

Si les soldats estiment que les Israéliens sont présent, ils ne peuvent pas tirer à balles réelles sur la foule. Un exemple saisissant est Beit Likya, un village voisin de Bilin.

Contrairement à son voisin, il n'y a eu aucune manifestation organisée contre le Mur et donc aucun activiste israélien ou international n'a été présent à Beit Likya au cours des deux dernières années.

Mais pendant ce temps, trois enfants du village ont été assassinés, un soldat et un garde de sécurité les ont tués en tirant à balles réelles dans des incidents liés au mur d'Apartheid.

Cette démonisation des activistes non-violents n'est pas originale ou étonnant. Le Muhatma Gandhi et Martin Luther King ont été également qualifiés des provocateurs et des fauteurs de troubles par ceux qui soutenaient les systèmes racistes qu'ils combattaient.

Video de l'arrestation de Mohammad Khatib

Source : http://www.palsolidarity.org/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Bilin

Même sujet

Non Violence

Même auteur

ISM

Même date

27 mai 2007