Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1852 fois

Gaza -

Des familles de Gaza mangent de l'herbe alors qu'Israël boucle les frontières

Par

Alors qu'un convoi de camions bleus et blancs des Nations Unies chargé de nourriture attendaient la nuit dernière l'autorisation israélienne d'entrer à Gaza, Jindiya Abu Amra et sa fille de 12 ans partaient ramasser l'herbe qui fait maintenant vivre sa famille.

"Nous avons eu un repas aujourd'hui – khobbeizeh (*)", dit Abu Amra, 43 ans, montrant les feuilles des plantes qui poussent le long des rues de Gaza. "Tous les jours, je me lève et je me mets à la recherche de bois et de plastique pour remplacer le fuel, et je mendie. Lorsque je ne trouve rien, nous mangeons de l'herbe."

Abu Amra et son mari au chômage ont sept filles et un fils. Leur minuscule maison de parpaings n'a plus de meuble, depuis qu'ils ont brûlé le dernier buffet pour faire de la chaleur.

"Je ne sais plus depuis quand j'ai vu un fruit", dit Rabab, 12 ans, qui va avec sa mère, presque tous les matins, chercher de la nourriture. Elle porte un haut de survêtement et un jeans troué, et elle marche pieds nus.

La situation de la plupart des 1,5 million de Gazaouis s'est détérioré de façon dramatique, le mois dernier, depuis que la trêve entre Israël et le Hamas, le parti islamique au pouvoir, a été rompu.

Israël dit qu'il rouvrira les frontières lorsque le Hamas arrêtera les tirs de roquettes sur le sud d'Israël. Le Hamas dit qu'il arrêtera les tirs de roquettes lorsqu'Israël ouvrira les frontières.

La trêve fragile se termine en principe ce jeudi, et il y a peu de signes qu'elle soit renouvelée. Personne ne sait comment sortir de l'impasse. Des discussions secrètes sont en cours par des intermédiaires égyptiens, bien que les deux côtés nient tout contact.

Israël contrôle les frontières et n'autorise les livraisons humanitaires que de façon sporadique. Les familles avaient de l'électricité six heures par jour la semaine dernière. Le gaz n'est disponible que par les tunnels illégaux qui vont vers l'Egypte, et au cours de la semaine, leur prix a grimpé de 80 à 380 shekels la bouteille.

Les Nations Unies, qui ont la responsabilité d'un million de réfugiés à Gaza, sont au désespoir. "L'économie est écrasée et il n'y a ni importations, ni exportations", dit John Ging, directeur de l'UNRWA.

"Il y a deux semaines, pour la première fois en 60ans, nous avons manqué de nourriture", dit-il. "Nous avions l'habitude de recevoir 70 à 80 camions par jour, maintenant c'est 15 camions par jour, et seulement lorsque les frontières ouvrent. Nous tirons le diable par la queue."

Il a quatre jours de stock de nourriture pour distribuer aux cas les plus désespérés – et aucune idée si Israël rouvrira ou non la frontière. La famille Abu Amra risque de devoir continuer à se nourrir d'herbe dans un avenir prévisible.

(*) "ça avec du pain" (ndt)

Source : Times Online

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Gaza

Même sujet

Blocus

Même date

15 décembre 2008