Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1834 fois

France -

Des jeunes militants chassent le criminel de guerre Yaalon de la Maison du Barreau de Paris !

Par

> contact@generation-palestine.org

Communiqué de Génération Palestine, le 10/12/07

Aujourd'hui, un groupe de militants de Génération Palestine et de la CCIPPP se sont invités au colloque organisé à la Maison du Barreau, par les associations France-Israël et Avocats sans frontières, accueillant, entre autres figures de l'extrême droite israélienne, Benyamin Netanyahu et le criminel de guerre Moshé Yaalon.

Des jeunes militants chassent le criminel de guerre Yaalon de la Maison du Barreau de Paris !

Cet ancien chef de l'Etat Major de l'armée israélienne est sous le coup de plusieurs plaintes aux Etats-Unis, au Royaume-Uni et en Nouvelle-Zélande pour répondre des crimes de guerres des forces d'occupation israéliennes en Palestine. En cette Journée internationale des droits de l'Homme une réunion de la sorte est d'autant plus intolérable.

Ces militants ont manifesté et déployé un drapeau palestinien sur la façade du lieu dans lequel se tenait cette réunion. De plus un militant, excédé par la provocation, est monté sur le toit de la Maison du Barreau et menacé de se jeter dans le vide forçant ainsi les pompiers et la police à investir les lieux.

L'ensemble des participants, et notamment le Général Moshé Yaalon et Gilles-William Goldnadel, président des associations organisatrices, ont dû quitter les lieux sous la pression des militants et suite à l'intervention du Sous-Préfet et du Bâtonnier de Paris.

Ces militants ont déclaré : "Nous voulons réaffirmer qu'une telle réunion et ces invités ne sont pas les bienvenus dans notre pays tant qu'Israël n'aura pas retiré son armée des Territoires Palestiniens Occupés, levé le siége sur la bande de Gaza, et tant que ses dirigeants n'auront pas purgé les peines de leurs crimes de guerre.

Nous voulons affirmer au Président Nicolas Sarkozy, et à l'ensemble des dirigeants européens, que leurs pays devraient refuser de tels hommages à la politique illégale et meurtrière d'Israël. Tant qu'Israël refusera de se conformer au Droit International, notre gouvernement doit mettre fin à la coopération de la France avec Israël, notamment la coopération militaire. La France doit faire pression pour que cette position soit celle de l'Union Européenne ».

Si Moshé Yaalon est remonté dans sa berline sans être inquiété, les militants présents lors de cette action ont tous été arrêtés avant d'être relâchés dans l'après-midi.



Journée internationale des droits de l’Homme : un criminel de guerre israélien reçu en France
FIDH/LDH/PCHR/AL HAQ
Paris, le 10 décembre 2007

Moshe Ya’alon, ancien chef d’Etat-major des Forces israéliennes de défense (IDF) et ancien chef des services secrets israéliens participe aujourd’hui à une Conférence internationale organisée par l’association France – Israël, Avocat Sans Frontières [1] et la revue Controverse à la Maison du Barreau de Paris [2].

La Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH), la Ligue des droits de l’Homme (LDH), le Centre Palestinien des droits de l’Homme (PCHR) et Al Haq déplorent le fait que le Général Ya’alon, qui porte la responsabilité de violations graves des droits de l’Homme dans les Territoires palestiniens occupés et au Liban, puisse venir en France sans qu’il ne soit inquiété.

La FIDH, la LDH, le PCHR et Al Haq rappellent que M. Ya’alon est visé dans des plaintes déposées aux Etats-Unis, en Nouvelle Zélande et au Royaume Uni pour crimes de guerre et crimes de torture perpétrés dans les territoires palestiniens occupés et au Liban en particulier pour avoir, sous sa supervision visé à plusieurs reprises le camp de la FINUL à Qana au Liban en 1996, tuant 106 civils et blessant plusieurs centaines d’autres.

En effet, après avoir essayé pendant des années de poursuivre M. Ya’alon devant les tribunaux israéliens, le Centre Palestinien pour les Droits de l’Homme (PCHR), organisation membre de la FIDH dans les Territoires Palestiniens Occupés et d’autres organisations de défense des droits de l’Homme ont décidé de recourir au principe de compétence universelle pour poursuivre le général et faire la lumière sur les actes commis par ce dernier [3] .


La FIDH, la LDH, le PCHR et Al Haq rappellent que la France est liée par les Conventions de Genève de 1949 et la Convention contre la torture créant toutes deux une obligation de juger ou extrader toute personne présumée avoir commis un crime de torture ou un crime de guerre se trouvant sur son territoire quelle que soit la nationalité de cette personne ou le lieu où elle a commis les infractions [4].

La FIDH, la LDH, le PCHR et Al Haq appellent le Parquet de Paris à se saisir d’urgence et à ouvrir une information sur les crimes commis par le général Ya’alon.



NOTES :

[1] Cette organisation est distincte de Avocats Sans Frontières FRANCE

[2] La présence de Moshe Ya’alon est attesté à la Maison de Barreau : 2 rue de Harlay 75001 PARIS.

[3] Aux Etats Unis, le général Yaalon est poursuivi pour crimes de guerre, exécutions extra-judiciaires, crimes contre l’humanité et traitement cruel, inhumain et dégradant devant la Cour fédérale américaine pour sa responsabilité dans l’attaque du camp de la FINUL sur la base d’une plainte déposée en décembre 2005 par le Centre pour les droits constitutionnels (CCR), organisation membre de la FIDH aux Etats-Unis.
En Nouvelle Zélande, un mandat d’arrêt a été délivré par la Auckland District Court contre Ya’alon suite à une une plainte déposée par le PCHR avec le cabinet d’avocat anglais Hickman & Rose en 2006.
Moshe Ya’alon est poursuivi pour son rôle central, du fait de sa position, dans l’exécution d’un chef du Hamas à Gaza city en 2002 tuant également 7 membres de la famille voisine et 15 autres personnes.

[4] “Chaque Partie contractante aura l’obligation de rechercher les personnes prévenues d’avoir commis, ou d’avoir ordonné de commettre, l’une ou l’autre de ces infractions graves, et elle devra les déférer à ses propres tribunaux, quelle que soit leur nationalité"

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

France

Même sujet

Actions

Même auteur

Génération Palestine

Même date

10 décembre 2007