Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1897 fois

Naplouse -

Des policiers des frontières filmés en train de frapper un jeune Palestinien

Par

Amnon Meranda et Lilach Shoval ont contribué à ce rapport

(VIDEO) Des policiers des frontières ont été filmés en train de maltraiter un jeune Palestinien du village d'Hawara âgé de 17 ans alors qu'il rentrait de l'école. Les habitants du village disent que la vie dans le village est devenu un cauchemar en raison de la violence des garde-frontières.
Le chef des Gardes-frontière a déclaré qu'il y aurait une enquête sur l'incident.

Des policiers des frontières filmés en train de frapper un jeune Palestinien


Photo Ynet : Des gardes-frontière frappent un jeune Palestinien (voir la vidéo)

VIDEO – Des policiers des frontières ont été filmés mercredi en train de frapper un jeune Palestinien âgé de 17 ans dans le village d'Hawara, près de Naplouse. L'incident a été documenté par un villageois.

Les trois officiers des Gardes-Frontière impliqués dans l'incident ont été suspendus de leurs fonctions jeudi soir suite à un ordre publié par le commandant des gardes-frontière, Hassein Fares.

Les officiers ont été sommés vendredi matin de présenter leur version à l'unité d'Investigation de la Police.

Plus tôt, Fares avait déclaré en réponse à l'incident : "Ce genre de comportement est extrèmement grave. L'unité d'Investigation de la Police fera une enquête sur l'incident."

"Les combattants de la Garde-Frontière travaillent pour protéger les citoyens d'Israël et ont pour mission d'empêcher les actions terroristes hostiles, tout en traitant les nombreux actes de violence perpétrés à leur égard," a-t'il ajouté.

Le commandant a également déclaré qu'il y avait eu une baisse de 64% des enquêtes lancées contre des officiers des gardes-frontière pour usage excessif de la force en 2006


La police des frontières frappe un jeune Palestinien

Le chef de l'Equipe d'Investigation, Avi Peretz, a indiqué que l'enquête ne prendrait pas beaucoup de temps car la preuve était solide et qu'une "image vaut des milliers de mots."

L'unité d'Investigation de la Police a décidé de lancer une enquête juste après avoir regardé le film. Peretz a estimé que l'enquête durerait une semaine ou deux et que ses résultats seraient alors remis au Bureau du Procureur d'Etat.

"Nous devons encore écouter la version des suspects. Par le passé, dans des cas semblables, des soldats ont été jugés et même emprisonnés," a-t'il dit.

Le jeune Palestinien, Hindawi Qawarik, a déclaré à Ynet que mercredi vers 12h30, lui et ses amis ont quitté l'école quand ils ont remarqué une jeep des gardes-frontière à proximité.

"J'ai dit à mes amis que si nous passions près d'eux, ils nous frapperaient comme ils l'ont fait, il y a quelques semaines."

Les policiers se sont approchés des adolescents et les ont interrogés sur un incident de jet de pierres qui s'était déroulé un peu plus tôt. Ils ont alors décidé de détenir trois des adolescents pour un complément d'enquête.

Hindawi était l'un des trois adolescents. "J'ai feint de ne pas les entendre et j'ai continué mon chemin, parce que je me souvenais des coups que j'avais reçu la semaine dernière. Mais l'un des flics m'a poursuivi. Quand j'ai vu qu'il en avait après moi, je me suis arrêté. Il m'a traîné vers la jeep, et quand nous y sommes arrivés, il m'a poussé et bloqué contre le mur, de sorte que personne ne puisse voir ce qu'ils me faisaient."

Selon Hindawi, c'est à ce moment-là que la violence a commencé. "Deux des policiers ont commencé à me frapper aux jambes avec leurs armes, en me donnant des coups de poing, en me tapant la tête contre la porte d'un containeur voisin, en me poussant au sol et en me frappant tête."

"J'ai crié : Je n'ai fait rien, vous pouvez vérifier mon identification". Hindawi dit que l'un des policiers a essayé de persuader les autres de s'arrêter, "mais ils l'ont ignoré et ont continué à me frapper."

Selon l'adolescent, un des policiers a également sorti des livres de son cartable et en a déchiré certains. Alors ils l'ont libéré, mais pas avant "de lui donner quelques claques et des coups de poing;"

Le témoignage de Hindawi a été confirmé par un témoin.



"Nos vies sont devenues un cauchemar"

Hindawi a indiqué à Ynet que la violence de la police était devenue une habitude quotidienne dans le village.
"Nous nous sommes déjà habitués aux coups, mais c'est très dur pour nous d'étudier… très souvent, nous ratons les deux premiers cours de la journée parce qu'ils nous détiennent, nous humilient et nous frappent".

D'autres résidants de Hawara ont déclaré à Ynet que les soldats et les policiers, la plupart du temps des policiers des frontières, ont transformé leurs vies en cauchemar.
"Tous les quelques jours les policiers et les soldats déclarent un couvre-feu dans le village, en prétendant que les jeeps des gardes-frontière ont été bombardées de pierres."

L'un des habitants a déclaré qu'en plus de la violence, les policiers harcelaient les filles du village, ce qui entraine "de graves problèmes sociaux dans les familles palestiniennes et des problèmes sociaux et psychologiques pour les filles, qui sont forcées de faire avec ces difficultés qui sont inacceptables dans notre société."

Des sources au conseil du village ont affirmé que les plaintes déposées à l'Autorité de Coordination et de Liaison n'ont donné aucun résultat.



Un député du Meretz : C'est la cruauté de l'occupation

Les députés de Gauche à la Knesset ont répondu avec colère. La présidente du Meretz, le député Zahava Gallon-Sur, a invité l'unité d'Investigation de la Police à lancer une enquête immédiate contre les officiers impliqués dans l'incident.

"Il est impensable que les policiers des Gardes-Frontière utilisent la violence contre les Palestiniens parce qu'ils pensent que personne ne les voit et qu'ils ne seront pas punis. Ces images montrent la brutalité de l'occupation dans les territoires", a-t'elle déclaré à Ynet.


Le député Danny Yatom (Travailliste) a exhorté le ministre de la sécurité interne, le commissaire de police et le commandant des Gardes-frontière "à lancer une enquête immédiate et à publier ses résultats. Si les officiers des Gardes-frontière sont reconnus coupables, il devront être punis sévèrement, et sinon, il est important que le public israélien le sache.
L'enquête a pour but de révéler la vérité et de punir les officiers coupables, ou sinon, d'empêcher de porter atteinte encore plus à la réputation de l'Etat d'Israël
"


Le député Avshalom Vilan (Meretz) a déclaré : "Il est clair pour tous que l'occupation corrompt le meilleur des soldats. Il doit y avoir une enquête sur l'incident et nous devons nous assurer qu'on ne permettra pas des normes de comportement déplacé chez les soldats de l'IDF et des officiers de la police des Gardes-frontière".


Le president du Hadash, le député Mohammad Barakeh, a déclaré que : "des membres des Gardes-frontière et des forces de sécurité tirent leur cruauté de l'atmosphère régnante dans la rue israélienne."

Voir la vidéo diffusée sur Ynet

Source : http://www.ynetnews.com/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Naplouse

Même sujet

Enfants

Même auteur

Ali Waked

Même date

23 mars 2007