Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 10807 fois

Palestine occupée -

Des soldats israéliens brûlent des enfants palestiniens avec des mégots de cigarette dans une colonie illégale

Par

Trois enfants palestiniens auraient été brûlés avec des cigarettes et privés de nourriture, d'eau et d'accès aux toilettes après avoir été arrêtés et détenus par des soldats et des policiers israéliens en septembre 2013, indique un nouveau rapport de DCI-Palestine. Dans des incidents distincts, les trois enfants auraient été attaqués et maltraités pendant leur arrestation et leur transfert au poste de police qui est situé à l'intérieur de la colonie illégale Ariel, en Cisjordanie occupée.

Des soldats israéliens brûlent des enfants palestiniens avec des mégots de cigarette dans une colonie illégale

(Sliman Khader / APA images)
Dans son rapport [publié début décembre 2013], Defence for Chilidren International-Palestine Section (DCI-Palestine) dit que :
"(...) Des soldats israéliens ont roué de coups à plusieurs reprises Ali S., 14 ans, d'Azzun, Hendi S., 17 ans de Salfit et Mohammad A., 15 ans, de Tulkarem, après les avoir arrêtés. Un soldat a éteint une mégot de cigarette sur la lèvre d'Ali tandis qu'un autre brûlait le bras d'Hendi avec une cigarette, selon les témoignages sous serment des deux adolescents. Hendi et Mohammad ont été privés de nourriture, d'eau et d'accès aux toilettes pendant une longue période. Ils étaient tous les trois accusés d'avoir jeté des pierres."

DCI-Palestine ajoute avoir soumis dix plaintes distinctes en 2013 sur des mauvais traitements présumés et "des tortures sur des enfants palestiniens par des policiers et des soldats israéliens," mais dans huit des cas, "les autorités israéliennes n'ont pas informé DCI-Palestine si elles avaient ou non ouvert une enquête. Pour les deux autres affaires, la décision de l'avocat-général militaire fut de clore l'enquête en raison d'une insuffisance de preuves. Les autorités israéliennes considèrent le refus des victimes de témoigner hors de la présence d'un avocat comme une insuffisance de preuves."

Le groupe cite des statistiques de Yesh Din, une organisation israélienne de défense des droits de l'homme, qui indiquent que seules 5 pour cent des plaintes adressées à la Division des Enquêtes criminelles de la police militaire ont débouché sur une inculpation.

"Arrestations traumatisantes"

Dans son communiqué de presse, DCI-Palestine ajoute :

"Des soldats israéliens arrêtent les enfants palestiniens de façon traumatisante, souvent dans la violence et l'humiliation, pour les mettre en condition de passer rapidement aux aveux pendant l'interrogatoire," dit Iyad Misk, un avocat de DCI-Palestine. "Le fait de brûler des enfants avec des mégots de cigarette est particulièrement alarmant et exige une enquête rapide, transparente et impartiale de la Division des Enquêtes criminelles de la police militaire qui permettra de tenir les agresseurs pour responsables."

Les autorités israéliennes ont libéré sans condition Hendi et ont condamné Mohammad au temps passé en détention préventive. Ali reste en détention.

C'est la deuxième fois cette année que Hendi est victime de mauvais traitements. En février 2013, DCI-Palestine a porté plainte auprès du Service des Enquêtes internes de la Police sur les mauvais traitements subis par Hendi pendant un interrogatoire au poste de police d'Ariel, en février.
"

Le mois dernier, il a été révélé que des soldats israéliens ont mis des prisonniers palestiniens - dont des enfants - dans des cages, à l'extérieur, pendant une grosse tempête hivernale.

Et il y a une semaine, des soldats israéliens ont été filmés en train de kidnapper et de tabasser des jeunes Palestiniens près du mur israélien, à Jérusalem Est occupée.



Human Rights Watch a récemment rapporté qu'au moins à deux reprises en 2013 les forces israéliennes d'occupation se sont mises en embuscade et ont tiré et tué des enfants palestiniens près de leurs écoles en Cisjordanie , sans raison apparente.

DCI-Palestine dit qu'il y a eu une moyenne de 203 enfants en détention israélienne en 2013, dont une moyenne de 33 avaient entre 12 et 15 ans. "L'accusation habituelle est le jet de pierres", ajoute DCI-Palestine. "Actuellement, 51,4 pour cent des enfants palestiniens prisonniers sont détenus en Israël, en violation de l'article 76 de la Quatrième convention de Genève."


Source : Electronic Intifada

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Palestine occupée

Même sujet

Enfants

Même auteur

Nora Barrows-Friedman

Même date

23 janvier 2014