Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1629 fois

Naplouse -

Des soldats israéliens terrorisent les villageois de Zawata, près de Naplouse

Par

Trois familles ont été terrorisées par des soldats israéliens dans le village de Zawata vendredi soir, le 7 Novembre.
Au moins vingt soldats israéliens de la base militaire voisine de Shave Shomron ont attaqué la partie haute du village en lançant des bombes assourdissantes et en tirant et en encerclant des maisons et en forçant les familles à sortir en pleine nuit. Les soldats ont déclaré que l'invasion et leur opération terroriste étaient une réponse à la découverte de plusieurs petits enfants brûlant un pneu sur la route militaire voisine.

Des soldats israéliens terrorisent les villageois de Zawata, près de Naplouse


Les soldats sont entrés dans le village vers 17h où ils ont d’abord cerné la maison de la famille Attaallaa. "Nous étions assis ici, avec des invités - mon cousin, sa femme et leurs trois enfants – et nous regardions la télévision quand nous avons entendu le bruit des bombes, deux à l’avant de la maison et deux à l'arrière», raconte Ahmad, 23 ans, professeur d'anglais.

«Ils [les soldats israéliens] pointaient leur fusil-laser en direction de la fenêtre. Comme vous pouvez l'imaginer, tout le monde a eu peur. Les enfants ont commencé à pleurer».

Les 20 personnes dans la maison ont ensuite été forcées à sortir sous la menace des armes, avec deux des soldats tirant sur le côté le frère ainé d’Ahmad, Mohammad, 32 ans, qui porte un minerve en raison d'un récent accident de voiture.

Les soldats ont commencé à le frapper, en tentant, en particulier, d'aggraver sa blessure en lui donnant des coups dans le cou. Les soldats ont interrogé Mohammed à plusieurs reprises au sujet "des terroristes". "Qui est le terroriste?", a demandé Mohammad.
"Qui vient ici et fait peur aux enfants? Ils ne cessent de parler de terrorisme mais ils sont les terroristes».

Au bout de 30 minutes, les soldats ont quitté la famille Attaallaa, en les laissant rentrer dans leur maison, et emportant deux des bombes assourdissantes utilisées avec eux. "Ce comportement est étrange de leur part», explique Ahmad. "Ils ne veulent pas que le monde soit au courant de leur comportement violent".


Les soldats ont ensuite encerclé la maison voisine de Zarifi Azam, où, après avoir tiré trois balles en l'air, les soldats ont à nouveau jeté des bombes assourdissantes en direction de la maison et bombardé de pierres la porte d’entrée en criant et en forçant les 10 membres de la famille à sortir de la maison.

Le commandant de l'unité les alors menacés : si les enfants du village reviennent sur la route militaire, les soldats reviendront dans la maison de la famille Zarifi et frapperont l’ensemble de la famille et mettront la maison en pièces.


L'unité s’est ensuite rendue dans la dernière maison sur la route où vit un homme âgé, Ahmed Khawalid avec sa famille élargie de plus de soixante personnes. Là, les soldats ont tiré sur la maison de trois étages, couvrant davantage la façade de la maison d’impacts de balles. Les soldats ont également jeté des bombes assourdissantes devant les portes, et, sans attendre, ils les ont ouvertes à coups de pied.

Les soldats ont ensuite pénétré dans la maison, obligeant tous les membres de la famille à sortir dans la nuit froide, dont un bébé de 9 mois, Mohammad, que sa mère était en train de baigner lorsque les soldats ont envahi la maison. N’écoutant pas les supplications de la mère, les soldats l’ont forcée à sortir de la maison avec le bébé trempé et tout nu et sont restés dehors pendant plus d'une heure alors que des soldats fouillaient la maison.

Ahmad Khawalid a également été menacé par les soldats. Le commandant a à nouveau prévenu Ahmad que si les enfants retournaient sur la route militaire, les soldats reviendraient attaquer la famille, ils les frapperaient et mettraient la maison sens dessus dessous.

La famille Khawalid a beaucoup souffert suite à la construction de la route militaire sur les terres du village en 1997-98. Mohammad Khawalid, le neveu d'Ahmad, et berger, a été assassiné par des soldats israéliens alors qu'il se trouvait près de la route avec ses moutons en 2002. Il avait tout juste 25 ans.

Des soldats israéliens ont également tué un cheval et un âne appartenant à la famille – en tirant sur les animaux alors qu’ils circulaient à proximité d’un terrain de la famille qui est situé à proximité de la route.

Pendant la deuxième Intifada, la famille a souffert chaque jour car la région était "comme une bouteille pour les soldats israéliens et les combattants de la résistance", dit Ahmad. Chaque jour, les soldats tiraient sur les fenêtres de la maison, forçant l'ensemble de la famille à sortir de leur maison pendant que les soldats cherchaient des combattants de la résistance. "Maintenant, c’est seulement quand que les enfants du village vont sur la route et sifflent les soldats" – cela arrive tous les mois.

Ce type de punition collective est illégal au regard du droit international. Ahmed Attaallaa raconte : «Je lui ai dit [au soldat] que si quelqu'un incendiait un pneu sur la route, alors il devrait s’en occuper tout de suite. Ne venez pas dans ma maison effrayer tout le monde et faire pleurer les enfants».

Source : http://www.palsolidarity.org/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Naplouse

Même sujet

Incursions

Même auteur

ISM

Même date

8 novembre 2008