Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2587 fois

Liban -

Deux survivantes du massacre de Sabra et Shatila, une mère et une fille, se retrouvent par hasard

Par

Les retrouvailles poignantes de Rihab et de Maimanah sont suivies d'images de l'Intifada.

Rihab Kanaan, poétesse palestinienne, est née à Beyrouth en 1959. Elle récitait ses poésies patriotiques palestiniennes sur des chaînes de télévisions arabes ; l'Intifada et la manière brutale avec laquelle l'occupation sioniste a essayé de la mater furent le thème de ses poèmes. Elle était appelée Al-Khansaa, du nom de la vieille poétesse arabe qui a passé sa vie, dans ses poèmes, à pleurer son frère mort.



En 1982 au Liban, pendant le massacre dans le camp de réfugiés palestiniens de Sabra et Shatila, Rihab a perdu 54 membres de sa famille.

Il se trouve que le bébé de Rihab, Maimanah, a échappé au massacre et a été élevée par ses voisins. Maimanah a grandi dans un camp de réfugiés palestiniens. La poétesse Rihab ne savait pas que Maimanah était une des quelques survivants du massacre, et personne ne savait que sa mère aussi avait survécu.

Rihab a déménagé à Tunis, s'y est mariée et y a vécu pendant 15 ans, jusqu'à ce que les autorités libanaises l'autorisent à se rendre au Liban.

Avec le déclenchement du deuxième Intifada, Ribab (Al-Khansaa) a commencé à passer à la télévision palestinienne pour réciter ses poèmes patriotiques ; un de ses voisins de Sabra et Shatila l'a vu réciter ses poèmes, l'a reconnu grâce à son nom, alors qu'il pensait qu'elle faisait partie des 2.000 victimes martyres. Le voisin a informé sa fille, submergée de bonheur d'avoir au moins sa mère en vie.

La chaîne de la télévision Abu Dhabi a eu connaissance de l'histoire et a organisé la rencontre, en direct, sans que la mère le sache.

Ces retrouvailles blessent les meurtriers sionistes et remplissent de joie la mère et la fille, ainsi que tous les Arabes. Une histoire qui parle d'une tragédie sanglante et qui condamne encore davantage le racisme sioniste et le terrorisme d'Etat.

Pas de greffon vidéo disponible...

Source : The Peoples Voice

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Liban

Même sujet

Réfugiés

Même date

23 mars 2008