Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 3457 fois

Qalqilia -

Déviation du mur d’apartheid à Qalqilya pour annexer des terres pour les colonies

Par

Dans la région de Qalqilya, en Cisjordanie, les forces israéliennes ont commencé à reconstruire le mur d’apartheid près des petits villages de Ad Dab’a, Wadi ar Rasha, Ras at Tira, Arab Alramodin et Arab Abofarda. Ces villages étaient auparavant à l’ouest du mur, et les protestations incessantes, qui n’ont pas stoppé la construction, ont à peine modifié le tracé. De nouveaux plans, actuellement en cours de mise en oeuvre, placeront 3 de ces villages à l’est du mur, séparés de leurs terres agricoles.

Déviation du mur d’apartheid à Qalqilya pour annexer des terres pour les colonies


Ci-dessus : Carte de la région de Qalqilia - agrandir la carte

Le 15 septembre 2005, la Haute Cour de Justice a décidé que l’armée israélienne devait dévier le mur pour rendre ces 5 villages aux territoires palestiniens de la Cisjordanie . Cependant, le 31 juillet 2007, la Haute Cour a révisé sa décision pour demander le retour de seulement 3 de ces villages du côté palestinien du mur, les villages d’Arab Alramodin et Arab Abofarda restant du côté ouest du mur. Ces villages se trouvent très près de la colonie illégale d’Alfe Menashe et comprend des terres qu’Israël veut pour l’expansion de sa colonie illégale. Les autorités israéliennes font pression pour que la population de ces villages soit déplacée ailleurs en Cisjordanie .

La terre palestinienne annexée illégalement pour la croissance de la colonie Alfe Menashe

Le nouveau mur sera construit de manière à séparer les 3 villages Ras at Tira, Wadi ar Rasha et Ad Dab’a de leurs terres agricoles. Les villages eux-mêmes reviendront du côté palestinien, alors que leurs oliveraies et terres agricoles resteront du côté israélien. La majorité des habitants de ces villages étant des fermiers, ils seront privés de leur moyen de ressource. La nouvelle construction provoquera aussi des dégâts énormes à la terre, puisqu’une bande d’environ 70 mètres de large sur 5 kilomètres de long sera nettoyée et passée au bulldozer, et tous les arbres et la végétation déracinés.

La nouvelle route proposée par l’armée israélienne offre aux villageois le choix de laisser l’ancien tracé, qui annexe de fait les 5 villages à Israël, ou de voir 3 d’entre eux revenir du côté palestinien du mur, mais sans leurs terres qui seront annexées à Israël pour l’expansion de la colonie illégale. Les représentants des villageois ont refusé cette option, statuant que la seule solution acceptable est qu’Israël construise son mur d’apartheid sur la Ligne Verte, frontière internationnalement reconnue.

Des rencontres ont lieu actuellement entre les représentants des 5 villages affectés par les projets pour résister à la nouvelle construction par des méthodes non violentes. Ils ont dit être prêts à protester chaque jour pour empêcher la construction de la nouvelle route du mur d’apartheid.

Les villageois ont rencontré des représentants légaux dimanche 15 février. L’Administration civile de l’armée israélienne a accepté un délai d’une semaine avant de commencer la construction, pendant que les avocats représentant les villages préparent les derniers arguments de leur appel.

Il semble que l’acceptation de l’Administration civile israélienne d’une semaine de délai pour les appels est au mieux une mesure de pure forme, au résultat prédéterminé. Au pire, les autorités israéliennes n’ont pas l’intention d’honorer leur promesse et commenceront immédiatement leur travail de destruction. Les représentants du villages ont demandé une présence internationale dans leur village pour témoigner de cette nouvelle activité illégale du gouvernement israélien. Les villageois ont exprimé leur espoir que les militants internationaux et les médias les aident dans leur lutte, ainsi qu’à attirer l’attention du monde sur leur cas.

Le mardi 17 février, les représentants de Ras at Tira, Al Dab’a et Wadi al Rasha se sont rencontrés pour discuter des options présentées par l’armée israélienne. Ils ont convenu d’accepter le retour de leurs 3 villages avec une zone de 3.500 dunums du côté palestinien du mur, mais ont également demandé le retour des 2.500 dunums restant qui appartiennent aux villages. Alors qu’ils étaient en pleine réunion, les bulldozers de l’armée israélienne commençaient à arriver, ainsi que d’autres engins de chantier, à Waid al Rasha.

Les géomètres et les ouvriers israéliens ont déjà commencé à marquer le tracé du nouveau mur. Il semble aussi que la campagne d’intimidation ait commencé, la police israélienne harcelant les propriétaires de commerces et d’équipement et les accusant de voler du matériel dans les colonies voisines. Les arrestations qui s’en suivent et les demandes de cautions semblent destinées à intimider les villageois pour les empêcher d’organiser la résistance aux projets.

La polide israélienne accuse les villageois de voler des équipements à Ras at Tira

Le 8 février 2009 vers 20h, le propriétaire d’un magasin dans le petit village de Ras at Tira a été arrêté par un policier israélien qui l’a accusé d’avoir volé deux générateurs électriques et de s’en être servi pour l'éclairage de son magasin. Il a déclaré qu’il avait acheté un des générateurs il y a 5 ans, et l’autre il y a 15 ans.

Le véhicule de police était accompagné de 6 soldats dans une jeep militaire. Le propriétaire du magasin et ses générateurs ont été emmenés au poste de police dans la colonie voisine et il a été détenu jusqu’à 1h du matin. Au poste de police, il a été interrogé et accusé du vol des générateurs. Il a été libéré après avoir payé une caution de 2.400 shekels (460 €). Les générateurs sont restés en garde à vue au poste de police en attendant le procès qui aura lieu en avril.

Le 14 février, la police israélienne a accusé le propriétaire d’un tracteur-pelleteuse de l’avoir volé et a exigé que le propriétaire et son tracteur soient transférés au poste de police de la colonie pour enquête. Le propriétaire du tracteur a demandé à la police de mener son enquête sans déplacer le tracteur, puisqu'elle peut mener son enquête sur place.

Source : ISM

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Qalqilia

Même sujet

Le Mur

Même auteur

ISM

Même date

19 février 2009