Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 3310 fois

Gaza -

Eau et été à Gaza

Par

Quand vous n’êtes pas en mesure d'utiliser et d'avoir de l'eau toute la journée, quand vous n’êtes pas en mesure de profiter d'un verre d'eau pure, et que vous devez vous forcer à la boire en dépit de son odeur et de sa couleur, quand votre fils revient de l'école très assoiffé car il n'y a pas d'accès à l'eau potable dans son école, et quand vous avez peur d’aller à la plage en raison du taux élevé de pollution en raison du déversement des eaux usées dans la mer, alors vous devez réaliser que vous êtes dans la bande de Gaza.

Eau et été à Gaza


A Gaza, chaque chose est le contraire de ce qu’elle devrait être, et à l’approche des chaudes journées d'été, je suis incapable de faire face à l'idée de ne pas aller à la plage avec mes enfants pour qu’ils aient le plaisir de jouer dans l’eau fraiche de la mer et qu’ils respirent un air sain.

Je ne peux pas me faire à l'idée de ne pas être en mesure de remplir d’eau le tuyau d’arrosoir pour mes enfants afin qu'ils puissent passer du temps à se rafraichir de la chaleur brûlante d'une journée d'été.

Je ne peux pas non plus me faire à l'idée de ne pas pouvoir faire tous les travaux ménagers, la lessive, la vaisselle et prendre une douche après une longue journée de travail épuisant.

Mais à Gaza, vous devez faire des choix entre ce que vous pourriez avoir et faire, et ce que vous n'avez pas et ne pouvez pas faire, des choix qui ne sont pas les vôtres mais que vous êtes forcés de faire en raison des circonstances qui vous entourent.

En été, les journées sont très longues, chaudes et brûlantes, plus longues que celles dont les enfants de Gaza devraient bénéficier pendant leurs vacances. Les pauvres, coincés entre les longues journées ennuyeuses qui passent tellement lentement qu’elles gâchent leur été et la dureté de leur vie à Gaza.

Les pauvres, ils ne peuvent envisager s’amuser et apprécier l’été leurs vacances, car ils devront soit passer toute la journée sous le soleil brûlant de l'été à essayer de vendre un chewing-gum pour tenter d’aider leurs familles en raison de la difficile situation économique des habitants de Gaza, soit jouer avec des amis dans les rues poussiéreuses.

Le seul endroit que ces enfants recherchent avec anxiété, c’est la plage où ils peuvent oublier leur vie difficile et voler quelques moments de leur enfance. Toutefois, avec les fréquents reportages sur le déversement des eaux usées non traitées dans la mer, et l'augmentation du risque d'attraper des maladies graves, les enfants de Gaza ont perdu cette option pour s'amuser, cependant, de nombreuses familles continuent toujours d’aller à la plage en dépit de toutes les mises en garde, non par ignorance, mais par désespoir.

Je me rappelle encore des paroles de ma mère sur notre chance quand nous commentions les plaintes de mes sœurs sur le ménage et sur le fait que nous n'ayons pas à faire des kilomètres pour remplir des poches d'eau et à les porter longtemps pour les ramener à la maison. Toutefois, me souvenir de ces paroles me remplit de pitié et non de jalousie, car nous n'avons pas l’eau douce et propre que ma mère utilisait.

Dans la bande de Gaza, il y a des endroits où les gens souffrent du manque d'eau, où ils n’ont pas d'eau pendant deux à trois heures par jour, et parfois ils doivent rester éveillés toute la nuit afin de pouvoir surveiller l'heure exacte du retour de l'eau et remplir les réservoirs pour pouvoir bénéficier d'une douche le matin.

Certaines familles mettent des poches d’eau en hiver pour récupérer l'eau de pluie afin de compenser le manque d'eau, et certaines sinon la majorité d'entre elles doivent acheter de l’eau potable traitée pour profiter du goût d’un verre d’eau pure

C’est un fait que nous vivons au 21e siècle, mais en comparant les privilèges que nous avons à Gaza, je dois dire que nous sommes à des années de la vie moderne de ce siècle.

Quand vous n’êtes pas en mesure d'utiliser et d'avoir de l'eau toute la journée, quand vous n’êtes pas en mesure de profiter d'un verre d'eau pure, et que vous devez vous forcer à la boire en dépit de son odeur et de sa couleur, quand votre fils revient de l'école très assoiffé car il n'y a pas d'accès à l'eau potable dans son école, et quand vous avez peur d’aller à la plage en raison du taux élevé de pollution en raison du déversement des eaux usées dans la mer, alors vous devez réaliser que vous êtes dans la bande de Gaza.

Notre vie à Gaza est très difficile, l'occupation, le siège, les différends internes qui ont divisé notre société, et enfin le manque des choses essentielles dans notre vie comme l'eau, les médicaments, la liberté de mouvement, ces choses essentielles ne devraient pas être remises en question et nous devrions tous en jouir, mais tous les faits de la réalité disent que nous ne sommes pas encore au 21e siècle.

Source : http://www.thepeoplesvoice.org/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Gaza

Même sujet

Enfants

Même auteur

Najwa sheikh

Même date

6 juin 2008