Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 3442 fois

Egypte -

Egypte : Des groupes révolutionnaires exigent la démission du gouvernement (vidéos)

Par

21.11.2011, Le Caire - Ce matin, 37 groupes révolutionnaires ont exigé la démission du gouvernement de Essam Sharaf et la création d'un calendrier pour le transfert au pouvoir du Conseil suprême des Forces Armées (SCAF) à un gouvernement civil élu, au plus tard en mai 2012. Les revendications ont eu lieu sur fond des violences en cours Place Tahrir, qui ont débuté samedi et ont fait jusqu'à présent au moins 22 morts.

Egypte : Des groupes révolutionnaires exigent la démission du gouvernement (vidéos)

Le Caire, dimanche 20 novembre (photo Fouad Elgarnousy)
Les groupes, dont le Mouvement de la jeunesse du 6 avril, la Coalition de la jeunesse révolutionnaire du 25 janvier et des groupes salafistes, ont condamné le recours à une force excessive contre les protestataires de la Place Tahrir et ont appelé à la formation d'un gouvernement intérimaire de salut national en remplacement du gouvernement militaire nommé par Sharaf.

"Nous confirmons que nous sommes prêts à faire face à toutes les forces qui veulent faire avorter la révolution, reproduire le vieux régime ou faire glisser le pays dans le chaos et transformer la révolution en coup d'Etat militaire," déclare le communiqué diffusé par les 37 groupes.

De plus en plus méfiants envers le Conseil militaire au pouvoir étant donné la violence en cours, les groupes exigent la mise en œuvre d'un calendrier qui permettra son départ rapide du pouvoir.

Ils suggèrent que le calendrier inclut le début d'élections législatives la semaine prochaine comme prévu, suivies par la formation d'un gouvernement national par le parlement nouvellement élu, puis des élections présidentielles en avril 2012 pour garantir que le SCAF transfère tant le pouvoir législatif qu'exécutif aux civils élus d'ici mai prochain.

Selon le calendrier actuel du SCAF, le prochain gouvernement sera désigné par le SCAF et des élections présidentielles n'auront pas lieu avant 2013.

"Le Conseil militaire vient de montrer son véritable visage, maintenant il y a du sang entre nous et ceux qui dirigent le pays exactement comme Moubarak ; il est maintenant évident pour tous que le Conseil militaire ne diffère pas le moins du monde de Moubarak," a dit Islam Lotfy, membre de la Coalition de la jeunesse révolutionnaire du 25 janvier, qui représentait aussi l'actuel Parti islamiste progressiste égyptien.

Suite aux protestations de vendredi dernier, auxquelles ont participé en majorité des Islamistes opposés à la série de principes supra-constitutionnels proposés par le SCAF, mais aussi des forces pro-démocratie, un groupe de personnes qui avaient été blessées pendant la révolution et d'autres ont commencé à se rassembler et ont organisé un sit-in Place Tahrir. Elles ont été violemment dispersées par la police samedi matin, et des milliers d'autres sont venues sur la Place pour soutenir les manifestants attaqués.

Les affrontements entre les protestataires et la police, qui en sont maintenant à leur troisième jour, ont dégénéré en extrême violence, la police tirant à balles réelles sur les manifestants, une répression que l'on n'avait pas vu depuis le 28 janvier, jour où les manifestants anti-régime avaient mis en échec les forces sécuritaires de Hosni Moubarak. Le ministère égyptien de la Santé a annoncé qu'au moins 22 personnes avaient été tués et environ un millier avaient été blessées dans les affrontements jusqu'ici.


Vidéos de Al-Arabawy

De sang froid

Rue Mohamed Mahmoud, on entend des soldats et des officiers de la sécurité égyptienne se féliciter pour avoir touché un manifestant à l'oeil...


La foule des manifestants Place Tahrir le 20 novembre





Vidéo Al-Jazeera sur la violence de la répression



Source : AlMasry AlYoum

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Egypte

Même sujet

Révoltes

Même date

21 novembre 2011