Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 3042 fois

Jérusalem -

En photos et en détail... 26 maisons aux mains des colons à Silwan

Par

Depuis le 30 septembre 2014, les habitants du quartier Wadi Hilweh, à Silwan (à l'est de Al-Quds occupée) sont en état de choc, de douleur et d'indignation, après qu'ils ont réalisé l'énormité de ce qui s'est passé dans le quartier. L'Association coloniale Elad a pris possession d'immeubles et d'appartements dans la soirée, et les colons s'en sont emparés dans la nuit, sous la protection de la police israélienne. Ils ont remplacé les serrures, mis des grilles de métal à toutes les fenêtres, et fermé les principales portes des immeubles avec des chaînes pour empêcher les résidents palestiniens de Silwan d'entrer.

En photos et en détail... 26 maisons aux mains des colons à Silwan

L'assaut a été lancé à 2h30 mardi matin et les résidents se sont immédiatement opposés aux colons, qui, soutenus par des policiers, les ont aspergés par de gaz au poivre.

Dès les premiers instants de mainmise sur les maisons des résidents palestiniens et pour révéler les faits, le Centre d'Information Wadi Hilweh a recueilli des informations de la bouche des habitants et de quelques propriétaires qui étaient sur les lieux. Ces informations ont été rapidement reprises dans les médias locaux et internationaux pour dénoncer le crime que des gens influençables sont en train de commettre dans le quartier.

Selon les informations recueillies par le Centre, 26 maisons (8 immeubles), dont la plupart se trouve dans le quartier Baydoun près de Wadi Hilweh, sauf l'immeuble de la famille Al-Khayyat, deux maisons qui appartiennent à la famille Qaraeen à Wadi Hilweh, l'immeuble Al-Yamani et une maison appartenant à la famille Sarhan, dans le secteur du "cimetière", entre Wadi Hilweh et Wadi Rababeh, ont été "vendues en douce" à l'Association Elad.

L'avocat Mohammed Dahleh : aucun scrupule moral, religieux ou national

Plusieurs résidents du quartier se sont tournés vers le droit pour tenter d'empêcher la mainmise sur leurs maisons. L'avocat Mohammad Dahlej est venu dans le quartier pour avoir un aperçu des détails du processus de confiscation et a déclaré : "Ce qui se passe est un raid sans précédent mené par des associations coloniales, en particulier Elad, dans le quartier Wadi Hilweh à Silwan. Ce n'est jamais arrivé qu'une association coloniale confisque 25 maisons en une nuit, et y héberge immédiatement des colons."

Il a ajouté : "C'est une indication grave de la menace qui pèse sur la présence des Palestiniens à Silwan, car des habitants pourraient avoir le sentiment que vendre leurs maisons est acceptable et ils pourraient facilement se laisser convaincre de le faire. Cela peut en outre avoir tendance à inciter les propriétaires à vendre leurs maisons car rien de fâcheux ne leur arrivera, et ainsi la vente pourrait avoir lieu sans aucun scrupule moral, religieux ou national."

L'avocat a expliqué que l'Association Elad ne cache pas ses intentions de s'emparer des propriétés à Silwan, comme elle l'a toujours fait et qu'elle le fera dans le futur. Il a déclaré : "Par le passé, nous avons réussi à annuler plusieurs accords passés avec l'Association Elad car nous avons découvert, dans certains cas, des infractions au droit, lorsque le vendeur n'avait pas le droit de vendre ou lorsque la propriété appartenait à plusieurs personnes et que la partie vendue n'était pas identifiée entre les différents propriétaires. Dans certains cas, les voisins doivent avoir la priorité pour l'achat du bien quand le propriétaire vend."

L'avocat a fait remarquer que des anomalies ont été détectées dans la vente de ces propriétés puisque des gens extérieurs à Silwan, qu'ils soient de Jérusalem ou du territoire de 1948, ont acheté ou loué des maisons à des habitants de Silwan. Il a ajouté : "Nous allons essayer d'utiliser toutes ces irrégularités pour défendre les droits de ceux qui n'étaient engagés dans aucune transaction et n'avaient pas vendu leur maison."

Il a expliqué que les appartements qui ont été pris par l'Association Elad mardi ont été occupés, sauf un ou deux cas. Cela montre que l'association coloniale prévoit de mener de plus grandes opérations de saisie de maisons.

Il a ajouté : "Il ne fait aucun doute que l'affaire est très grave. Silwan est la porte sud de la mosquée Al-Aqsa et c'est un secteur sensible et visé, une grande colonie y est installée (la Cité de David), et la mainmise sur les maisons par différents canaux et en une seule fois ne fait que montrer que Silwan est en danger réel et qu'il y a une menace réelle de judaïsation de Silwan. Les habitants de Silwan doivent être très prudents, sinon nos rêves d'avoir des quartiers palestiniens et une capitale palestinienne à l'avenir resteront au stade d'espoirs presque impossibles à atteindre."

Des témoins décrivent l'ampleur du désastre...

Les voisins et ceux qui ont été touchés ont été témoins du processus de mainmise des immeubles et des appartements et ils l'ont décrit comme le plus important en terme de planification et d'ampleur.

Ashraf Sarhan
Ashraf Naser Sarhan, de Silwan, est l'un des résidents visés. Il a dit : "Notre immeuble a cinq niveaux. Mes oncles vivent au 3ème étage et le quatrième a été vendu à un homme appelé Wael Abu Sbeih il y a presque deux ans, et le 5ème nous appartient toujours. Le contrat de vente a confirmé notre droit à acheter le bien si le propriétaire Abu Sbeih décidait de vendre, mais il a préféré le vendre aux Juifs."
Le Centre Wadi Hilweh a été informé que l'appartement fait 220 m² et a 6 ou 7 pièces.
Ashraf a confirmé que la famille ira en justice pour récupérer l'appartement.

Elias Karaki, dans le quartier Baydoun
Elias Karaki, 62 ans, a confirmé qu'il a les documents qui prouvent que son fils Nabil a vendu l'appartement à un Palestinien du territoire 48 nommé Farid Al-Hajj Yehya il y a 7 mois et les procédures se sont terminées il y a seulement trois mois, après que Yehya a payé le prix de l'appartement ; Elias a souligné que Yehya n'y a jamais aménagé.
Il a ajouté : "J'étais surpris quand j'ai vu 8 colons fermer les fenêtres, après minuit. Plus tard, ils m'ont dit qu'ils avaient acheté la maison. J'ai vraiment été choqué car la maison n'est qu'à quelques mètres de chez moi. Ma vie va devenir un enfer car j'y vis avec mes fils et mes petits-fils (35 personnes)."
Il a fait remarquer que la maison a deux étages, chaque étage fait 200 m² et dispose de 4 pièces principales et les pièces de service.

Mohammad Baydoun (Abu Anan)
Mohammad Baydoun a expliqué que depuis trois ans, il loue trois étages de l'immeuble familial (six appartements et la terrasse sur le toit). Il a dit : "J'ai été surpris lorsque vers 2h30 du matin, les voisins m'ont appelé pour me dire que des colons avaient envahi l'immeuble, mis des chaînes à la porte principale et installé de nouvelles serrures après avoir brisé les anciennes."
Il a précisé que son immeuble est construit sur une parcelle de 250 m² et chaque appartement possède quatre pièces principales et les pièces de service.

La maison de Faisal Karaki
Le centre a également appris que Faisal Karaki a acheté une maison à la famille Awwad puis construit un autre étage avant de l'occuper ; chaque étage fait 70m² et a 2 pièces principales et les pièces de service.

Abdel Naser Qaraeen
Abdel Naser Qaraeen est l'un des propriétaires à Hosh, dans le quartier. Il a dit : "Nous avons été surpris quand des dizaines de colons ont attaqué Hosh et ont cassé les serrures sans rien dire. Nous avons tenté de les chasser mais la police nous a agressés, nous a frappés et a menacé de nous arrêter. Les colons nous ont aspergés de gaz lacrymogène et ils ont menacé mon neveu Mahmoud Qaraeen de lui tirer dessus. Ils l'ont agressé et roué de coups. Nous sommes restés à Hosh pour empêcher les colons de prendre le contrôle sur les maisons ou même se servent de la cour comme couloir. Nous avons pris contact avec l'avocat Mohammad Dahleh, qui suivra l'affaire au tribunal."
Il a ajouté : "C'est un vrai désastre, et le problème n'est pas la porte fermée, mais cet immeuble est pour une grande famille et tous les appartements sont Palestiniens, et le resteront. Nous nous battrons jusqu'à ce que les colons soient obligés de partir."
Il a expliqué que les deux maisons prises par les colons appartiennent à son père, Mahmoud Qaraeen. La première maison fait 160 m² et la seconde 40 m² ; "Notez que les colons ont démoli le mur entre les deux maisons pour en faire une seule."

Mohammad Adel Khayyat
Mohammad Adel Shafiq Taha a dit qu'alors qu'il était à Kobar (village au nord-ouest de Ramallah), il a reçu un appel de sa famille et de ses voisins pour l'informer que des colons s'étaient emparés de sa maison. Il a ajouté : "Je suis venu rapidement et j'ai essayé d'entrer. J'ai discuté avec des policiers et je leur ai dit que c'était ma maison, mais ils ont refusé de m'écouter, ils m'ont repoussé et m'ont agressé."
Il a fait remarquer que les colons ont fait main basse sur trois appartements résidentiels qui lui appartiennent, sans connaître la raison du raid, et il a dit qu'il ira en justice pour récupérer son bien.

Al-Yamani
Faisal Karaki a vendu à Al-Yamani, qui a construit un immeuble de 8 appartements résidentiels il y a 2 ans, où la famille Al-Yamani a vécu pendant un an avant de partir.

Une réunion à Silwan
Le Centre d'Information Wadi Hilweh et les autres organisations qui travaillent à Silwan, ainsi que les forces nationales et islamiques, ont appelé à une réunion jeudi dernier au stade de Wadi Hilweh, pour discuter de l'affaire des ventes de maisons et de biens.
Le Centre a confirmé que suite aux appels et aux réunions, un commission d'enquête a été créée, en plus d'un action en justice pour récupérer les maisons ayant fait l'objet d'une "évasion" immobilière.

* * *


Le Mouvement islamique (section du nord) nie toute relation avec le soi-disant "Farid Al-Hajj Yehya"
Nous, au Mouvement Islamique du territoire de 1948, tenons à souligner que nous protègerons toujours la ville de Jérusalem ; notre position est claire et restera claire pour ce qui concerne la protection de Jérusalem avec ses résidents, ses maisons, ses biens et sa terre. Nous avons toujours suivi cette option, celle de notre dirigeant Sheikh Raed Sala, depuis de nombreuses années, et nous continuerons.
Pour éviter toute confusion, nous confirmons que "Farid Al-Hajj Yehya" n'a jamais été membre du Mouvement Islamique et n'a jamais fait partie de notre organisation, ni d'aucune organisation du Mouvement Islamique.


Le Mouvement Islamique (section du nord) publie une déclaration
Le Mouvement Islamique dans le territoire de 1948 tient à affirmer que le processus de vente des maisons de Silwan à des colons est un crime odieux et une trahison de Dieu (Allah), de Son Messager et de la nation. En conséquence, concernant les informations publiées sur une personne du territoire de 1948, "'Farid Al-Hajj Yehya" qui travaille à l'Association Al-Aqsa du Mouvement Islamique, nous insistons sur ce qui suit :
1. Nous, Mouvement Islamique, n'avons aucune relation, de près ou de loin, avec cet individu. Il a été employé à l'Association Al-Aqsa entre 2007 et 2010 mais [son contrat] a pris fin et nous avons informé ce jour les associations caritatives, par courrier officiel, qu'il ne représente en aucune façon le Mouvement Islamique ou l'Association Al-Aqsa.
2. L'Association Al-Aqsa pour la protection des Awqaf et des lieux saints islamiques, qui fait partie du Mouvement Islamique, n'a aucune relation avec le processus d'achat et de vente de maisons à Jérusalem ou à Silwan, et les informations publiées parlent d'une association différente nommée Association Al-Aqsa pour l'aide et le développement.
3. Nous n'avons aucune relation avec cette association, nous ne la connaissons pas, ni ce qu'elle fait ni toute autre information, et aucun des membres du Mouvement Islamique ne fait partie de cette association.


Voir les nombreuses photos qui illustrent cet article sur le site du Centre d'Information Wadi Hilweh.


Source : Wadi Hilweh Information Center

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.

Faire un don

Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Jérusalem

Même sujet

Attaques de Colons

Même auteur

Wadi Hilweh Information Center