Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 3670 fois

Cisjordanie -

En photos : la survie grâce aux olives

Par

La récolte des olives a commencé début octobre en Cisjordanie et continuera dans certains villages jusqu'à mi-novembre. Les olives sont cultivées sur la terre palestinienne depuis des milliers d'années. 95% de la récolte sert à faire l'huile d'olive, et le reste est utilisé comme condiments, olives de table et savon. Elle représente environ 364 millions de shekels (73 millions d'euros) par an pour la fragile économie palestinienne qui lutte sous le fardeau de l'occupation. Au moins 100.000 familles dépendent de la récolte des olives pour leur subsistance.

En photos : la survie grâce aux olives

Qaryut : un soldat de l'occupation vérifie les papiers d'identité des fermiers palestiniens
Les olives sont aussi le symbole de la culture palestinienne et le lien à la terre. Leur récolte contient une dimension politique forte, en particulier dans les villages harcelés par les attaques des colons et les interférences de l'armée israélienne d'occupation.

Les attaques des colons contre les oliveraies sont en nette augmentation ces dernières années. On a vu des colons tirer à balles réelles sur les agriculteurs, des milliers d'oliviers incendiés et déracinés. Les forces israéliennes interviennent peu pendant ces attaques et interfèrent régulièrement dans la récolte, obligeant les fermiers à demander l'autorisation de cueillir les olives sur leurs propres terres, une autorisation qui n'est souvent donné que pour quelques jours insuffisants dans les grandes oliveraies. Et même lorsqu'elle a donné le permis, l'armée d'occupation oblige souvent les fermiers à cesser la récolte, sous le faux prétexte éculé de "zone militaire fermée".

La présence de militants internationaux qui documentent et interviennent par des actions non violentes peut réduire la menace de violence des colons et de l'armée. C'est aussi l'expression vitale de la solidarité avec les fermiers palestiniens assiégés.

Alors que des colons lourdement armés attaquent souvent les fermiers en toute impunité, ces derniers ont des moyens limités pour se protéger. Comme le dit Ibrahim El-Buriniy, 27 ans, agriculteur de Burin, "Nous n'avons rien pour nous protéger à part une pierre, notre cœur et Dieu." Malgré la pression croissante à laquelle il est confronté, El-Buriniy reste déterminé : "La terre est comme notre père et notre mère. Nous ne pouvons pas la quitter, et qui pourrait ?"


Photos de la récolte des olives 2011

Source : Palsolidarity

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Cisjordanie

Même sujet

Cueillette des olives

Même auteur

ISM

Même date

19 octobre 2011