Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2886 fois

Vallée du Jourdain -

En une journée, quatre familles se retrouvent sans abri dans la Vallée du Jourdain

Par

Lundi dernier 27 avril à 5h du matin, l'armée israélienne et ses bulldozers sont arrivés dans le secteur d'al-Makhrouk, al-Jiftlik, et ont démoli quatre maisons appartenant à Fathe Abdullah Ahmad Tareeq, Yakub, Mohammed et Mahmoud Lahafe Dadoub. Les maisons étaient situées juste à côté des colonies agricoles sionistes de Masu’a et de Argaman.

En une journée, quatre familles se retrouvent sans abri dans la Vallée du Jourdain

Fathe Abdullah Ahmad Tareeq devant la maison démolie de la famille de Mohammed Abu Amer.
La première maison détruite appartenait à la famille Tareeq, où Mohammed Abu Amer vivait avec les cinq membres de sa famille. C'est la seconde fois en moins d'un an que leur maison est détruite, sans qu'ils aient reçu la moindre notification. Producteurs de dattes et de légumes, ils vivent près de la terre sur laquelle ils travaillent. Trois des membres de la famille sont des enfants de 1, 3 et 5 ans.

Leur première maison a été détruite le 10 mars dernier. Elle avait été construite en août 2014 et avait tout de suite reçu un ordre de démolition. Après avoir perdu cette maison de 114m², constituée de chambres, de deux salles de bain, d'une cuisine, d'un balcon et d'une étable, qui avait coûté 35.000 shekels (8.300€), la famille a reconstruit.

La seconde maison faisait 50m², avec une cuisine, une salle de bain et une chambre, pour un coût de construction de 8.000 shekels (1.900€).

Quand les militants de Jordan Valley Solidarity et d'International Solidarity Movement sont arrivés sur les lieux, les membres de la famille étaient déjà en train de monter une tente. Ils ont expliqué qu'à peine dix minutes avant, l'armée les prenait en photos en train de travailler. Depuis que la famille avait reconstruit la maison le mois dernier, elle était sous étroite surveillance de l'armée israélienne, qui est venue chercher des preuves des travaux de construction à au moins cinq reprises. Les soldats sont revenus la nuit dernière, quelques heures avant la démolition.

Le père de la famille Tareeq, Fathe Abdullah Ahmad Tareeq, a une maison dans le village de Jiflik. Elle a également été démolie. La structure précédente était en parpaings, cette fois elle a été reconstruite en tôle.

A 5h40 le lendemain, mardi 28, l'armée a détruit au bulldozer les maisons voisines de Yakub et Mohammed Lahafe Dadoub. Chacune comportait deux chambres, une cuisine et une salle de bain. Les parties plus anciennes de la maison (salle de bain et cuisine) avaient été faites en parpaings il y a deux ans. Lorsque les familles ont commencé à ajouter les autres pièces en tôle, il y a 9 mois, l'armée est arrivée, elle a pris des photos des maisons et a laissé un ordre de démolition sous des pierres, devant les maisons. Ce fut la seule communication qu'a reçu la famille au sujet de la démolition. Elle n'a pas d'avocat pour la représenter devant un tribunal israélien. Son expérience précédence du système de la "justice" israélienne est qu'elle pratique une discrimination systématique et délibérée contre les Palestiniens.

Photo
Les décombres des maisons de Yakub et Mohammed Lahafe Dadoub


Yakub et son épouse vivaient dans leur maison avec leurs deux filles d'un mois et deux ans. Mohammed et son épouse ont cinq filles, entre 1 an et demi et 8 ans. Les maisons ont coûté 50.000 shekels (11.800€) chacune et la reconstruction coûtera plus cher. La famille a décidé de déblayer les décombres et de reconstruire, au même endroit.

Leur frère Mahmoud Lahafe Dadoub vivait dans une maison voisine avec sa famille de 10 personnes, dont 4 enfants. Ils ont construit leur maison là pour vivre plus près de la terre familiale. La construction de la maison a coûté 30.000 shekels (7.000€). Aujourd'hui, après avoir reçu au total trois ordres de démolition, leur maison a été détruite pour la deuxième fois. La famille la reconstruira sur une autre partie de leur terrain, pour le même montant.

Photo
Mahmod Lahafe Dadoub à l'endroit où se trouvait la maison de sa famille


93,4% de la Vallée du Jourdain est en "Zone C" (contrôle israélien total), avec 37 colonies israéliennes illégales, agricoles pour la plupart. L'expansion de ces colonies, le vol de la terre palestinienne et la démolition des maisons palestiniennes font partie de la politique d'Israël de nettoyage ethnique et de colonisation des zones les plus plus fertiles et les plus rentables de Cisjordanie . Pendant que le régime d'occupation expulse avec violence les Palestiniens de chez eux et leur interdit de construire la plus petite ferme, il encourage les colons israéliens à construire des maisons et des entreprises en zone C.

La plupart des maisons palestiniennes de la région sont sous le coup d'ordres de démolition. Meteyb Lahafe Dadoub, le père des trois frères, a 15 enfants et en 2012, la maison de son fils Ayman a été démolie trois fois (voir l'article de mars 2012, sur
ISM-France). Les maisons voisines de Mahmoud, Mohammed et Yakub (un autre fils de Meteyb) ont eux aussi des ordres de démolition en attente depuis 2006.

Photo
A gauche : la clôture de la colonie illégale israélienne de Masu'a, juste à côté des maisons démolies des frères. A droite : la famille de Meteyb Lahafe Dadoub a été victime du harcèlement incessant de l'armée d'occupation


La famille avait avant une entreprise agricole spécialisée dans l'exportation d'oliviers aux Etats-Unis, en Jordanie et à Gaza, qui marchait bien. Leur affaire a été ruinée par les restrictions israéliennes qui interdisent l'exportation de leurs produits.

Interviewé, Meteyb a expliqué que les tribunaux israéliens ne se soucient guère qu'il y ait des démolitions ; et même si à de rares occasions ils exigent qu'un ordre de démolition ne soit pas mis à exécution, l'armée israélienne choisit en général de ne pas en tenir compte et procède à la démolition.


Source : Palsolidarity

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Vallée du Jourdain

Même sujet

Démolitions de maisons

Même auteur

ISM

Même date

2 mai 2015