Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1267 fois

Cisjordanie occupée -

Enfance occupée : Ahed Tamimi parle de sa vie en prison et après sa libération

Par

« Je suis un enfant de l'occupation israélienne. Elle a toujours été là. Mon premier vrai souvenir est celui de l'arrestation de mon père en 2004 et de ma visite en prison. À l'époque, j'avais trois ans. Il a depuis été arrêté à deux reprises. L'année dernière, à l'âge de 16 ans, j'ai également été arrêtée lors d'un raid nocturne pour avoir giflé un soldat qui se tenait dans notre cour. J'ai été condamnée à huit mois dans une prison israélienne.

Enfance occupée : Ahed Tamimi parle de sa vie en prison et après sa libération

Ahed Tamimi et sa mère Nariman, entourées à leur sortie de prison par leur père et mari Bassem
« La vie derrière les barreaux a été très dure. Les gardes nous réveillaient à 5h30 du matin pour nous compter et à 8h du matin, ils revenaient fouiller les cellules. Nos portes étaient ouvertes à 10h30, pour le petit déjeuner. Ensuite, nous allions dans les autres pièces, où je pouvais parler à mes codétenus. Nous étions environ 25. Nous n'avions pas le droit de sortir et nous nous promenions dans une grande salle pour faire de l'exercice. Avec les autres filles, j'ai essayé de former des groupes d'étude, mais l'administration pénitentiaire ne l'a pas encouragé et a démantelé la classe. A la place, nous lisions des livres et j'ai réussi à passer mes examens de fin d’année en prison. Seule ma famille proche a été autorisée à me rendre visite, des visites limitées à 45 minutes à travers une vitre tous les deux mois.

« Après mon arrestation, je suis devenue le symbole de l'occupation, mais il y a 300 autres enfants dans les prisons israéliennes dont personne ne connaît l'histoire. Nurhan Awwad a été arrêtée à l'âge de 16 ans et condamnée à 13 ans de prison. On dit qu'elle a essayé de tuer un soldat. Nurhan se promenait avec son cousin, qui a été tué sous ses yeux par balle. Les forces de sécurité israéliennes ont également tiré sur Nurhan, qui a dû être hospitalisée. De là, ils l'ont emmenée en prison avec une peine de 13 ans. Elle a 18 ans aujourd'hui. La plus jeune fille en prison est Hadia Arainat. Elle a 16 ans et a déjà fait trois ans de prison ; elle devrait être libérée dans quatre mois. Ils disent qu'elle aussi a essayé de tuer un soldat ; elle se rendait à l'école à Jéricho au moment de son arrestation.

« Depuis que j'ai été libérée le 29 juillet, je suis devenu une porte-parole de la cause palestinienne, ce qui n'est pas facile. Ce rôle entraîne beaucoup de responsabilité et de pression. En parallèle, je suis condamnée à une peine de cinq ans avec sursis ; si je dis quelque chose qu'ils n'aiment pas, je peux être emprisonnée pendant huit mois supplémentaires. Je dois être prudente. Les gens me demandent souvent où je trouve la force et le courage de faire face à l’occupation, mais je vis une situation qui me force à être forte. Bien sûr, c’est également dû à l'influence de mes parents. Ils restent ma plus grande inspiration. Pourtant, je pense que tout le monde dans mon village est comme moi ; je ne suis pas unique. Est-ce que je souhaite parfois pouvoir simplement me laisser aller et ne pas être forte ? Non, sous occupation, vous devez être fort. J'ai toujours défié ma peur et trouvé la force dont j'avais besoin.

« S'il n'y avait pas d'occupation et que la Palestine était un pays normal, je m'installerais à Acre, je vivrais au bord de la mer et j’irais nager. Je ne l'ai fait qu'une fois, même si l'eau n'est qu'à 30 km de chez moi. Il y a quelques années, pendant le ramadan, Israël nous a donné la permission de visiter Jérusalem. Ce jour-là, mon père nous a emmenés, nous les enfants, à la mer. Nous avions peur, bien sûr, parce que c'était illégal - le permis dont nous disposions ne nous permettait de rester à Jérusalem que quelques heures, mais mon père était déterminé.

« Je veux être une fille de 17 ans normale. J'aime les vêtements, j'aime le maquillage. Je me lève le matin, je consulte mon compte Instagram, je déjeune et je marche dans les collines autour du village. Parfois, je vais à Ramallah avec des amis pour jouer au bowling, manger des glaces et aller au restaurant - mais je ne suis pas une adolescente normale. Mes parents ont fait de la prison, tout comme moi, et maintenant mon frère aîné, Waed, est également emprisonné. Si j'étais autorisée à être une adolescente normale vivant dans un pays normal, je ferais du sport. Je voulais devenir joueur de football mais je ne joue pas ici parce que nous n’avons pas le temps. Au lieu de cela, je participe à des manifestations et à des confrontations avec l'armée israélienne depuis que je suis enfant. Beaucoup critiquent cela, mais pourquoi ne pas critiquer l'armée qui se met devant des enfants ? Sous l'occupation, tout est un crime. Les gens ne devraient pas nous accuser ; c’est l’occupation qui a tort.

« Tout ce que nous, les Palestiniens, faisons est en réaction contre l’occupation. Je ne vois aucun signe d'amélioration. Au contraire, les colonies continueront à se développer et il y aura encore plus de postes de contrôle ; c’est ce que je vois dans trois ans en Cisjordanie . Pourtant, nous aspirons toujours à ce qu'un jour nous vivions dans une Palestine libre. Deux États ne se réaliseront jamais. Nous pensions que les accords d'Oslo (signés en 1993 et 1995) constitueraient un pas en avant pour atteindre cet objectif - mais voyez la situation aujourd'hui.

« Maintenant que j'ai terminé mes études secondaires, je veux étudier le droit, mais je ne sais pas où. Je rêve de travailler au niveau international, dans cinq ans, en faisant une sensibilisation de haut niveau pour la Palestine et en prenant la parole devant la Cour pénale internationale à La Haye.

« Je comprends que j'ai ce rôle maintenant, mais je n'ai plus de vie privée. Parfois, j'ai l'impression de me perdre - ma personnalité. Les gens me demandent comment était la vie en prison, mais j'aimerais ne pas avoir à en parler. Je veux juste oublier. »


Le 15 décembre 2017, Ahed Tamimi a été filmée en train de gifler un soldat israélien après que son cousin, âgé de 15 ans, ait été touché à bout portant avec une balle en acier recouverte de caoutchouc. La vidéo de l'incident a fait le tour du monde et Tamimi a été arrêtée quatre jours plus tard chez elle à Nabi Saleh. Elle a été condamnée à huit mois de prison et à une amende, dans le cadre d’un contrat de plaidoyer qui l’a condamnée à plaider coupable d’agression, d’incitation à la haine et d’obstructions aux soldats. Tamimi fut l'une des 1.467 mineurs palestiniens arrêtés par l'armée israélienne en 2017.


Source : Vogue Arabia

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Cisjordanie occupée

Même sujet

Enfants