Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1711 fois

Jénine -

Exécutions sommaires menées par les unités spéciales de l'occupation :

Par

Des témoins affirment que les unités spéciales ont tiré sur les martyrs Zayed et Abahira pour les tuer et les ont exécutés de sang-froid
Au milieu des cris et des larmes, la mère du martyr Ibrahim Abahira a fendu les rangs de la foule qui stationnait, en colère, devant les portes de l'hôpital de Jénine.
Elle sanglotait et disant : "Allah Akbar ! Comment ont-ils pu le tuer ? Il avait achevé son repas un quart d'heure plus tôt ! N'y a t-il pas de justice ? pas de conscience ?"

Tenant la tête de son fils martyr, elle criait : "Ce sont des assassins ! De quelle trêve parlent-ils ? Où est le monde pour voir notre tragédie ? Ils tuent nos enfants de sang-froid puis nous sommes accusés d'être des terroristes. Ils nous privent de nos enfants en une seconde, ils exécutent nos enfants de sang-froid, sans raison, sinon parce qu'ils sont Palestiniens!"

Alors que les équipes médicales s'approchent pour la secourir, la dépouille du second martyr, Mahmoud Zayed, assassiné au cours de la même opération, arrive à l'hêpital.

La colère est grande chez tous les Palestiniens, qui bouillonnaient, après cette seconde opération, en une semaine, dans la région de Jénine.

La population vit toujours le drame de l'exécution du martyr Shuja' Bal'awi, par les unités spéciales, alors qu'il avait été arrêté, rien que blessé.

En pleine journée, une unité spéciale israélienne a mené l'opération de l'assassinat de Zayed et Abahira, à l'entrée ouest de Jénine.

Des témoins affirment que vers une heure de l'après-midi, jeudi dernier, ils ont été surpris par la présence de membres de cette unité, vêtus en civils, qui sautaient d'une voiture Mercedes, blanche, portant une plaque palestinienne, dans la rue Jénine-Haïfa, à l'entrée ouest de Jénine.

En face, s'avançait une autre voiture. Les membres de l'unité spéciale ont tiré sur la voiture qui a bifurqué de sa route. Elle fut poursuivie par les forces israéliennes qui ont continué à tirer pour être sûrs d'exécuter les deux martyrs.


Pour les témoins, l'opération n'a duré que quelques minutes. Il n'y a eu aucune réaction de l'intérieur de la voiture visée. Une autre unité spéciale a aussitêt fermé la route.

Les forces israéliennes qui ont assassiné Zayed et Abahira auraient pu très bien les arrêter, avant de poursuivre les coups de feu, mais le but était de les exécuter et de s'assurer de leur mort, avant de se retirer.


A l'hêpital de Jénine, le médecin annonce la mort des deux martyrs, affirmant que les corps étaient déchiquetés par des balles tirées à bout portant, ce qui confirme la volonté de tuer.


Les témoins ont démenti formellement les allégations israéliennes selon lesquelles les deux martyrs avaient refusé de s'arrêter au barrage dans la région que l'armée d'occupation avait installé.

Samir Abahira a affirmé que l'armée israélienne ment, et les blessures profondes sur les corps des martyrs indiquent que les forces de l'occupation voulaient tuer.

"Cela montre toute l'illusion de la trêve, utilisée par Israël pour assassiner notre peuple. Il n'y avait aucune raison pour les assassiner, et ce n'est pas parce qu'ils appartiennent aux Brigades des martyrs d'al-Aqsa qu'ils doivent être assassinés."



Réactions palestiniennes

Les Brigades des martyrs d'al-Aqsa ont dénoncé cette opération terroriste menée par les troupes de l'occupation, faisant porter l'entière responsabilité à l'Etat d'Israël.

Le communiqué des Brigades insiste sur le fait que les forces israéliennes auraient pu arrêter les jeunes au lieu de les exécuter, ce qui montre que l'Etat d'Israël mène une guerre contre toutes les forces et les groupes de résistants.

Les Brigades ont promis de riposter à ces exécutions et à la guerre terroriste menée par le gouvernement de Sharon.

De son cêté, le gouverneur de la province de Jénine, Qadoura Mousa, a déclaré que l'intensification menée par Israël par le biais de ses forces spéciales est extrêmement grave car il démontre l'existence d'un plan israélien pour déstabiliser la situation palestinienne interne.

Au cours de la période récente, a-t-il poursuivi, les forces de l'occupation ont assassiné 7 Palestiniens dans la province de Jénine, dont un enfant, et arrêté des dizaines de personnes, malgré la trêve proclamée par les organisations palestiniennes. Cela ne peut conduire qu'à l'explosion de la situation.


Les Brigades d'al-Quds ont déclaré que l'occupation a ouvert la voie à toutes les possibilités, et il est important que les forces palestiniennes adoptent une position commune pour y faire face. Les crimes commis de sang-froid, contre des militants arrêtés et blessés, constituent des pratiques graves qui réclament une attitude ferme de la part des organisations.

Les Brigades réclament l'arrêt immédiat des contacts entre l'Autorité palestinienne et le gouvernement de l'occupation.



Des témoins affirment que Shuja' Bal'awi a été exécuté de sang-froid par les forces spéciales israéliennes

Le 12 novembre, les unités spéciales de l'armée sioniste ont exécuté de sang froid Shuja' Bal'awi.
Ghadir Nazmi, mère de Shuja', raconte à notre correspondant les détails de cet assassinat. Shuja' n'avait que 20 ans.

Le soir, les unités spéciales étaient venues, renforcées par des unités de l'armée d'occupation. Elles se sont infiltrées dans la région de Beer Jammal, à l'entrée sud de Jénine, et se sont faufilées parmi les arbres.

Soudain, mon fils Shuja' apparaît près de la mosquée al-Yamouni, avec quelques-uns de ses camarades.
Alors qu'ils se tenaient debout, ils ont été surpris par les balles tirées dans tous les sens. Il a été blessé et est tombé par terre.

Imad Jammal, dont la maison se trouve dans la zone, ajoute : sitêt j'ai entendu les balles, j'ai aperçu plus de dix patrouilles investir la zone et imposer la fermeture de toutes les issues. Les soldats israéliens sont arrivés jusqu'à l'endroit où Shuja' a été blessé, ils ont alors renforcé leur présence et commencé à fouiller toutes les maisons avoisinantes, à sa recherche.

Malgré la présence impressionnante des forces israéliennes, Shuja' a réussi à courir, pour se cacher derrière une maison. Il a contacté sa famille et leur a annoncé qu'il est blessé à la jambe par plusieurs balles.

La famille appelle le Croissant Rouge Palestinien qui envoie rapidement une équipe, qui essaie d'arriver à la zone et lui sauver la vie. Mais les forces de l'occupation refusent le passage de l'ambulance et ordonne à l'équipe médicale de s'en aller.

Pendant ce temps, les troupes armées sionistes passent au peigne fin toute la zone, utilisant les chiens, les hélicoptères qui survolaient à basse altitude, et les bombes éclairantes.
Quatre heures plus tard, Shuja' appelle ses amis et sa famille, leur disant qu'il a froid, qu'il saigne abondamment.
Puis, soudain, le silence. Shuj'a ne répond plus.

Les forces sionistes ont réussi, à l'aide de leurs chiens, d'arriver jusqu'à Shuja' qui ne pouvait plus bouger. Les chiens sont lancés sur lui. La population affirme avoir entendu les cris de Shuja', pendant que les chiens le tiraient à terre. Puis des coups de feu.
Lorsque les forces sionistes se sont assurées que Shuja' a été exécuté, elles ont quitté la zone.

A l'hêpital de Jénine, le médecin affirme que le corps de Shuja' avait des traces des crocs des chiens et que son décès n'est pas dû à la première blessure, dans la jambe, mais à cause de la dizaine de coups de feu tirés sur son ventre et sa poitrine. Les coups mortels ont été tirés à une distance d'un mètre tout au plus.


Sa mère, Ghadir, dit que les forces de l'occupation l'avaient plusieurs fois menacée de tuer son fils, lorsqu'elles investissaient la maison.

Shuja' était! recherché depuis trois ans à cause de sa résistance à l'occupation. Il a été plusieurs fois la cible d'assassinats, et il avait été blessé l'an dernier.

"Dans toutes les lois humaines, le blessé doit être secouru et aidé, même sur un champ de bataille. Mon fils a été laissé seul, en train de saigner, avant d'être exécuté de sang-froid, par une armée. L'assassinat de mon fils est un nouveau signe de l'infamie de l'occupation, et du monde qui laisse commettre tous ces crimes, sans agir.

Où sont ces organisations des droits de l'homme qui pleurent sans cesse mais qui n'hésitent pas à qualifier mon fils et tous les combattants de la liberté de terroristes, parce qu'ils aiment leur peuple et la liberté ?
Ils l'ont assassiné, ils ont lâché leurs chiens sur son corps.

N'est-ce pas le soldat qui a tiré qui est terroriste ?


Ghadir considère qu'il ne sert à rien de porter plainte contre les soldats qui ont tiré sur son fils. Elle rappelle tous le! s crimes précédents où les assassins ont été libérés ou jugés de façon formelle.

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Jénine

Même sujet

Assassinats ciblés

Même auteur

Ali Samoudi

Même date

21 novembre 2005